Archipel des Açores

Publié le 26 avril 2013 © François Burthey - Lac de Sete Cidades - Sao Miguel - Açores - Portugal
© Alexandre Visinoni - Açores

Des Hommes et des volcans au cœur de l'Atlantique

Le volcanisme est actif aux Açores : des solfatares au cœur des villages, des fumeroles sur le Pico, des caldeiras béantes (cratères d'effondrement) et des "misterios" (champs de laves)..., il n'y a pas un siècle sans que les éruptions et les tremblements de terre ne touchent les îles. L'esprit des volcans est omniprésent et s'inscrit profondément dans la vie des Açoréens.

Petite géographie des Açores

"São Miguel travaille, Terceira prie et Faial s'amuse" dit le dicton.
L'île de São Miguel, la plus grande, 60 km sur 20, présente d'est en ouest, le grand cratère de Sete Cidades, une plaine agricole ponctuée de petits cratères avec la capitale Ponta Delgada, les cratères de Lagoa de Fogo (éruption en 1652) et de Furnas.
L'île de Faial de 15 km de diamètre est une grande caldeira avec la coquette ville de Horta. Face à elle la grande île de Pico (42 km sur 15), impressionne par la silhouette imposante de son volcan (2300m). Parallèle à Pico au nord, l'île de São Jorge avec ses 4 km de large sur 60, et son arrête centrale à plus de 1000 mètres très caractéristique.
Au pied des falaises s'étalent les "fajas", des langues de terre où les villages et les cultures se sont développés.
Avec la présence du Gulf Stream et de l'anticyclone des Açores, le climat est doux et humide, favorisant les cultures subtropicales. La canne à sucre, les orangers, les bananiers et les théiers ont eu un rôle économique considérable dans le passé. Les paysages ruraux sont dominés par les pâturages destinés à l'élevage de vaches laitières pour la production de fromage.

Escale des Grands Navigateurs

Les Açores et Madère sont indissociables de l'histoire des grandes découvertes portugaises à la conquête d'une route maritime pour les Indes au XVe siècle. Inhabitées à l'origine, elles furent colonisées à partir de 1420 par des aventuriers portugais, flamands, génois et des paysans déshérités d'Europe continentale qui les ont déboisées et mises en valeur. Escale de ravitaillement pour les navires sur les routes du Brésil et des Indes, elles connurent la richesse du cycle des épices au XVIe siècle, celle de l'or et des diamants au XVIIIe.

Baleines et Amériques

Les baleines fréquentent les eaux riches en plancton de Pico, Faial et São Jorge et, au XIXe siècle, les baleiniers du New Bedford chassaient intensément les cétacés pour en tirer essentiellement une huile d'éclairage avant l'exploitation du pétrole. Les rues de Paris et de New York étaient éclairées avec cette huile. Les baleiniers constituaient des équipages açoréens, et nombreux sont les îliens qui ont immigré aux Amériques. L'économie baleinière se développa à Faial et Pico, avec la fabrication de la chaloupe à moteur équipée de voile pour approcher la baleine sans bruit, la création de tours de guet et d'usines de transformation. Elles produisaient des huiles de précision, des substances pour les cosmétiques, et des farines pour l'agriculture et l'élevage. En 1985 un moratoire mit fin à la chasse aux baleines.

• Tous nos voyages aux Açores

© Turismo de Portugal - Ile de Sao Miguel - Archipel des Açores