40 ANS DE VOYAGE A PIED

Et vous, pourquoi marchez-vous ?

TÉMOIGNAGES

Alexandre Caeiro
Alexandre Caeiro Alexandre Caeiro
Alexandre Caeiro

Alexandre Caeiro

Chef de produit

Seul, le rythme soutenu d'un pas devant l'autre, et les jambes m'apparaissent comme l'instrument le plus savamment conçu : un vélo ça s'entretient, mais là il suffit d'avancer, sans aucune règle de conduite, et avec la totale liberté d'accéder à tous types de terrains. La liberté, aussi, de prendre mon temps, d'aller à mon propre rythme, et de m'arrêter où je veux.
Chaque obstacle, chaque montagne, jungle ou désert à traverser, s'érige sous mes pas comme un nouveau défi qu'aucune autre machine que mon simple corps ne m'aidera à atteindre. Pourtant, passés les premiers temps de l'effort où le challenge physique monopolise mes pensées, il arrive un moment où mon esprit, accoutumé à ce mouvement répétitif, se met à avancer plus vite que moi. Ma concentration, occupée à saisir chaque détail des environnements naturels qui se déroulent sous mes pieds, me mène inconsciemment à associer des idées, en faire naître de nouvelles, peser le pour et le contre, laisser enfin divaguer mes songes pour qu'ils deviennent féconds.
L'excitation de découvrir ce qui se cache après le virage d'un sentier, au détour d'un chemin méandreux, au-delà d'une colline, me permet de complètement me vider la tête, en me focalisant sur le moment présent, sans être interrompu par des objets qui accaparent mon attention. C'est comme si chaque paysage découvert permettait d'élargir mon horizon intérieur. Enfin, marcher c'est aller vers l'inconnu, autoriser des rencontres inouïes à prendre place, et surtout, provoquer la prise de conscience d'un sentiment unique : le bonheur, si accessible, qui se tapit au bout de la piste arpentée, dans la mer de nuages au sommet du pic gravi, ou qui se révèle dans le sourire de l'ermite heureux croisé sur un rocher.

Voir tous nos voyages