40 ANS DE VOYAGE A PIED

Et vous, pourquoi marchez-vous ?

TÉMOIGNAGES

Sandrine Esclangon Sandrine Esclangon

Sandrine Esclangon

Documentaliste

Sur le chemin, dans la plaine, dans la forêt, sous les oliviers, j'avance sans laisser de trace. Les pierres qui roulent sous mon poids font crépiter le chemin. Peu importe où je vais, chaque pas posé sur le sol m'ancre. Je goûte des fleurs, cueille des tiges, pose mes mains sur la terre rouge et l'égrène entre mes doigts. Je touche l'écorce des chênes et les murs en chaux des hameaux des garrigues.
Avec le vent, les pores ouverts, l'ouïe affûtée, les odeurs se mélangent et se diffusent jusqu'à mon cerveau. L'air s'infiltre par mes cheveux, le long de mes épaules, sur ma nuque et entre mes seins. Les kilomètres s'enchaînent et les pensées s'envolent au moment où je passe un petit col d'où je discerne la mer s'unir au ciel.
Quand l'après-midi se rafraîchit et que les ombres s'allongent, je sens la fatigue. Mes muscles se tendent et je gère la douleur sans perdre le rythme de l'eau qui cogne dans la gourde sanglée dans mon dos. Puis mes pieds raclent et s'alourdissent. Vient la sensation de l'effort avec le goût de l'effort. Mon cœur s'accélère, que je maintiens au-dessus de son tapage habituel. Je ne pense pas à l'arrivée. Rester concentrée.
Plus tard, je passe au-dessus des murets de pierres et coupe à travers les oliveraies pour me réapproprier la nature. Quand je retrouve le sentier, je lève la tête pour connaître ma route, mais qu'importe, ma vie est ici sur ce chemin.

Voir tous nos voyages