Terre, une invitation au voyage

Secrets de la Grèce antique, par Jean-Philippe

Marion
Secrets de la Grèce antique, par Jean-Philippe

Jean-Philippe, notre correspondant Terres d’Aventure en Grèce, nous conte son expérience et nous dévoile les raisons de son amour pour le pays.

Comment es-tu venu à ce métier ?

C'est une longue histoire de cœur... A quatre ans, j'ai affirmé à ma famille (je suis Belge) que je vivrai sur une île plus tard. Mon enfance a été bercée d'histoires et de BD mettant en scène des personnages historiques, romains et grecs. Adolescent, j'ai ensuite été passionné par l'Iliade et l'Odyssée.

Puis, adulte, je suis passé « par hasard » dans le monde de la banque et de l'assurance, qui m'a enseigné le sens du service. Une bonne partie de ma clientèle était issue de la diaspora grecque, et naturellement je me suis inscrit aux cours de grec. Puis, un jour, l'appel du large et le besoin de s'évader de réaliser son rêve est devenu crucial : j'ai tout vendu, je suis venu m'installer en Crète ! J'ai rapidement été adopté (surtout grâce à mes enfants). J'ai voulu faire découvrir tout d'abord à mes amis la face cachée de la Grèce, cette alchimie de personnages fiers, révoltés et tellement chaleureux ; ce bonheur de vivre entre mer et montagnes, ce mélange de sentiments visuels, olfactifs, gustatifs. J'ai décidé d'utiliser ma notion de service et ma disponibilité pour partager mon rêve grec avec mes hôtes, en leur offrant une parenthèse enchantée dans leur vie agitée, une fenêtre sur le bonheur de vivre des choses simples.

Longos, Paxos

La plus belle randonnée pour découvrir la Grèce antique ?

Affirmer qu'il y a une randonnée plus belle que les autres serait une grande injustice pour ce pays tellement généreux en paysages et en sites historiques. Je dirais donc que, personnellement, je suis ému par deux types de randonnées. La première est une grande balade à la découverte de sites historiques, notamment Olympie et Dion. La visite doit se faire dès l'aube, car ces deux sites sont très étendus et nécessitent plusieurs heures de marche. L'un est connu pour ses célèbres jeux, l'autre pour être la cité d'Alexandre Le Grand. Dans la fraîcheur matinale, lorsqu'on se retrouve seul, face à cette nature généreuse à Olympie, face au mont Olympe à Dion, on se trouve petit, minuscule, dans un bain de jouvence agrémenté de couleurs chatoyantes, les dieux sont à nos côtés !

Olympie, Péloponnèse

La seconde randonnée a également deux sites majeurs, deux théâtres. Je choisis de vous parler de la Thessalie et des monastères des Météores, puis du Péloponnèse et de la forteresse de Mystra. Deux sites majestueux où les constructions dominent la plaine, comme si elles maitrisaient l'ensemble du paysage. Tant à Mystra qu'aux Météores, il existe des chemins secrets, qui vous mènent par des voies détournées dans la montagne. Après quelques heures de marches, vous arrivez "au-dessus" de ces éléments architecturaux, la vue est imprenable ! Vous dominez la forteresse de Mystra, arrivez au-dessus du monastère du Grand Météore... Avec la sensation d'avoir les pieds sur terre et un regard d'aigle. C'est cela l'esprit de la Grèce : se sentir petit, humble, et envahi par une histoire et des croyances millénaires.

Quelle est ton histoire mythologique préférée ?

L'histoire de Thésée, de son départ d'Athènes jusqu'au suicide de son père Egée, est formidable. Elle a marqué culturellement les arts tout au long des siècles. Le Minotaure, Ariane et son fil, Icare, Dédale, le roi Minos... Je ne me lasse pas de la raconter lors de nos voyages.

Un livre à nous recommander pour le voyage ?

L'île des oubliés de Victoria Hislop, ce n'est sans doute pas à 100% la vérité historique, mais c'est bien raconté et la description des lieux est tellement réaliste sur un sujet qui a marqué l'histoire de la Crète et de la Grèce.

Mythikas, Mont Olympe

Que manger après une bonne journée de randonnée ?

La Grèce et la gastronomie ne font qu'un il n'y a pas d'endroit dans ce magnifique pays où les effluves de bonne cuisine sont absentes : l'huile d'olive, l'origan, la cannelle, le thym, tout est là pour faire frémir vos papilles !

Dans chaque village une taverne locale sent bon le poulpe grillé, la feta légèrement cuite au four, le fromage de chèvre, les olives savoureuses. Après une randonnée, asseyez-vous et laissez-vous servir, un assortiment de mezzés, pas une grande quantité de nourriture, mais un florilège de goûts, de saveurs, un petit verre de vin du pays, un kokinello bien frais, un délice.

Mais il est déjà tant de repartir, de gravir les sentes des bergers et si vous en rencontrez un, il aura toujours dans sa besace un petit dakos à partager, un peu de graviera et quelques olives... Kali orexi !

Retour