Périodes de départ et prix

Du au

  • Forfait tente
  • Base 2 personnes : 1725 € par personne
  • Base 3 personnes : 1550 € par personne
  • Base 4 personnes : 1390 € par personne
Demande de devis

Le prix comprend

les documents de voyage, l’hébergement tel que mentionné, la pension complète du petit déjeuner du J2 au petit déjeuner du J14, le transport des bagages, les transferts en véhicule avec chauffeur, l’assistance d'une équipe locale et d’un accompagnateur anglophone pendant le trek, le matériel de bivouac et les taxes de camping, les droits d'entrée dans les monastères mentionnés pendant le trek, la taxe environnementale. L’accès au service médical de l’Ifremmont, spécialisé sur l’altitude, ouvert 24h/24 et 7j/7 (dans la mesure ou une communication GSM ou satellite peut être établie).

Le prix ne comprend pas

les assurances, les frais d’inscription, les frais de visa, le transport aérien international et vols intérieurs, les visites non mentionnées, les pourboires et les dons dans les monastères, les boissons, le supplément en chambre individuelle.

Complément d'information tarifaire

Vols intérieurs aller-retour entre Delhi et Leh : 380€

Supplément chambre individuelle : 240€

Supplément guide francophone : nous consulter.

Idées associées

Padmasambhava, Gelugpa, Monastère, Indus, Leh, Hemis, Tsomoriri, Changtang.

Jour par jour

Jour 1 : Leh

Arrivée à Leh. Journée libre à Leh (3505m) pour vous acclimater à l'altitude.

  • Type d'hébergement : à l'hôtel

Jour 2 : Leh - vallée de l'Indus

Journée d'acclimatation, et de découverte de la vallée de l’Indus et des grands monastères qui la jalonnent, hauts lieux de l’histoire et du paysage ladakhis. Dans la matinée, excursion à Stok et Matho, situés sur l'autre rive de l'Indus. Le palais de Stok est le seul qui soit encore occupé et entretenu. Actuelle résidence royale, il abrite un très beau musée présentant des thangkas, des bijoux anciens et des objets précieux dont le "perak" de la reine et la couronne royale, copiée sur le modèle de celle du roi tibétain Songtsen Gampo. Le musée fut aménagé par Rani Parvati, veuve du roi du Ladakh. Matho est le seul monastère du Ladakh appartenant à l'école semi réformée des Sakyapa. Il est célèbre pour la fête qui s'y déroule en hiver.
Retour à Leh. A 10km de la ville, vous pourrez voir le village des réfugiés tibétains de Choklamsar, et tout près de Leh, le petit monastère de Shankar (gelugpa) où l'on peut se rendre à pied à travers la campagne. Il fut édifié à la fin du XIXe siècle et abrite environ 25 moines. Il dépend du monastère de Spituk. Arrêt au stupa de Shanti, inauguré en 1985 par S.S. Le Dalaï Lama, et construit par un ordre japonais militant pour la paix dans le monde.

  • Type d'hébergement : à l'hôtel

Jour 3 : Leh - vallée de l'Indus

Tôt le matin départ vers Spituk (3400m, à 6km de Leh), le monastère gelugpa le plus vénéré du Ladakh, accroché à un piton rocheux surplombant la vallée. Il abrite les réincarnations de l’un des disciples du Bouddha : le Bakula Rimpoche. Vous aurez peut-être la chance d’assister à une cérémonie rituelle du matin (il est possible également de s'y arrêter en fin de journée). Continuation vers Alchi (3060m). Visite du superbe monastère, construit au XIe siècle par Rinchen Zangpo, fondateur de 108 monastères au Ladakh, au Spiti et au Tibet central. Vous y découvrirez de superbes fresques murales de style cachemiri, d’une grande finesse, représentant Bouddhas, Bodhisattvas et Mandalas, réalisés avec des peintures végétales et minérales. A 10 minutes, en haut du village, vous pouvez visiter le "tugdje chenpo", le temple du Bouddha de la compassion (belles peintures datant du XVe siècle). Après la visite, route de retour vers Leh dans l'après-midi (88km). En chemin, visite du monastère de Phyang (Drikung-Karguyk, 3500m, 17km de Leh). La légende raconte que Kungha Tagspa (XVe siècle), Lama médecin au Tibet, a guéri à distance le roi Jamyang Namgyal atteint de la lèpre alors que tous les autres médecins avaient échoué sur place. En échange, le roi lui offrit la terre de son choix sur laquelle Kungha Tagspa fonda une sangha (communauté religieuse) consacrée au Drikung-Kargyuk, dont dépendent aujourd’hui Phyang et Lamayuru.

Note : Ces deux journées (3 nuits à 3500m) permettent non seulement de visiter tous les grands sites de la haute vallée de l'Indus mais aussi et surtout de s'acclimater à l'altitude avant votre trekking. En effet, il est possible que vous vous sentiez très fatigués durant les 2 premiers jours à Leh. Risque de mal de tête léger, ressenti par la majorité des voyageurs. N’ayez aucun souci, ce phénomène est normal et s’estompe rapidement. Mais en cas de maux de tête, il est peut-être préférable de rester un jour à l’hôtel afin de vous reposer. Vous mettrez ainsi toutes les chances de votre côté pour être en forme pour le trekking.

  • Type d'hébergement : à l'hôtel

Jour 4 : Leh - Rumtse

Découverte de la haute vallée de l’Indus à travers ses monastères construits à l’époque de la dynastie des Namgyals : Shey, Thiksey et Hemis.
Le palais de Shey (3400m), l’un des plus anciens de la vallée, fut construit par le premier roi du Ladakh au IXe siècle. On y admire son Bouddha Shakyamuni géant, construit par le fameux roi Singay Namgyal au XVIIe siècle.
Thiksey (3400m, 20km de Leh), "le petit Potala" le plus ancien monastère de l'Ecole gelugpa au Ladakh. Vous pourrez admirer son nouveau Bouddha Maitreya, le temple des 21 taras. 80 moines y résident.
Hemis, (3570m, 43km de Leh) : l’un des monastères drukpa-kargyuk les plus importants du Ladakh, construit dans un vallon de belles roches sédimentaires. Vous visiterez son nouveau temple de Padmasambhava et ses huit représentations. Il abrite aujourd'hui environ 200 moines.
Après les visites, continuation de la route jusqu'à Rumtse à 80km de Leh (4095m) et premier campement.

  • Type d'hébergement : sous tente

Jour 5 : Rumtse - Chorten Sumdo

Départ du trek à travers de très belles gorges. Journée tranquille où vous traversez deux fois la rivière. Vous remontez une vallée et installez le deuxième camp à Chorten Sumdo (4450m).

  • Heures de marche : entre 4h30 et 5h
  • Dénivelé + : 355 m
  • Type d'hébergement : sous tente

Jour 6 : Chorten Sumdo - Tisaling

Vous remontez la petite vallée qui s'élargit avant d'atteindre le Kumur La (4950m). Vue sur la chaîne du Kang Yatse. La descente, raide au départ, vous conduit dans une large vallée herbeuse. Vous traversez une rivière puis remontez une vallée étroite jusqu'au Mandachal La (5000m). Ensuite, marche à flanc de montagne puis descente dans l'amphithéâtre naturel de Tisaling (4900m), lieu paisible et magnifique où parfois s'aventurent quelques animaux sauvages.

  • Heures de marche : entre 7h et 7h30
  • Dénivelé + : 550 m
  • Dénivelé - : 100 m
  • Type d'hébergement : sous tente

Jour 7 : Tisaling - Punganagu

Montée au Shingbuk La (5230m) ; elle n'est pas longue mais assez raide. Du col, vue magnifique au loin par temps clair sur le Tso Kar qui veut dire "lac blanc" en ladakhi à cause de la couleur donnée par le sel qu'il contient. Longue descente depuis ce col jusqu'à votre campement à Pongunagu (4590m).

  • Heures de marche : entre 6h et 6h30
  • Dénivelé + : 330 m
  • Dénivelé - : 640 m
  • Type d'hébergement : sous tente

Jour 8 : Punganago - Nuruchen

Marche facile le long du lac salé Tso Kar où les nomades viennent récolter le sel qui sera ensuite acheminé à dos de yacks et de chèvres.
Superbe palette de tons ocre, brun, jaune d'où jaillissent les eaux bleues du lac. C'est dans cette région et jusqu'au lac Tso Moriri que vous aurez le plus de chance d'apercevoir des troupeaux d'ânes sauvages du plateau tibétain (kyangs).
De nombreuses espèces d'oiseaux nichent également sur les rives du lac. Campement à Nuruchan (4660m).

  • Heures de marche : entre 5h et 5h30
  • Dénivelé + : 700 m
  • Type d'hébergement : sous tente

Jour 9 : Nuruchen - Rachungkaru

Montée progressive vers le Horlam La (4930m), peuplé d'alouettes et de marmottes. Descente dans une vallée herbeuse de pâturages jusqu'à Rajun Karu (4700m), lieu de campement où se trouvent parfois des tentes de nomades.

  • Heures de marche : entre 4h30 et 5h
  • Dénivelé + : 270 m
  • Dénivelé - : 230 m
  • Type d'hébergement : sous tente

Jour 10 : Rachungkaru - Gyama Barma

Montée régulière afin de traverser le Kozur La (5425m). Descente vers Gyama Barma, dans une vallée très sauvage où rôdent encore des loups !
Traversée d'un gué puis passage d'un autre col, le Kortse La (5380m), pour rejoindre la confluence de Gyamsharma. Campement à Gyama (5100m) au bord d'une rivière.

  • Heures de marche : entre 6h30 et 7h
  • Dénivelé + : 725 m
  • Dénivelé - : 325 m
  • Type d'hébergement : sous tente

Jour 11 : Gyama Barma - Kyagartso

Deux traversées de rivière au programme. Montée à un col avec une vue superbe sur le lac Kyagartso.

  • Heures de marche : entre 7h et 7h30
  • Dénivelé - : 710 m
  • Type d'hébergement : sous tente

Jour 12 : Kyagartso - Karzok

Marche jusqu'à Karzok, via le col de Pulling (4500m). Superbe vue sur le lac turquoise Tso Moriri. Visite de Karzok, l'un des rares villages permanents, une dizaine de maisons, du Chang Thang ladakhi, où se trouve un petit monastère. Balade au bord du lac : grand bleu, il y a presque des vagues !
Vous pourrez vous familiariser avec la vie des nomades, accompagnés par leurs troupeaux de yacks, mais aussi de petites chèvres "pashminas", dont les duvets ramassés sur les buissons permettent de filer la laine servant à tisser les célèbres châles. Ils se déplacent dans la région, au gré des saisons et de la richesse des pâturages.
Près du lac, on peut observer de nombreuses espèces d'oiseaux, dont certains migrateurs comme le grèbe huppé, la mouette à tête noire (en période de reproduction), ou encore les oies à tête barrée dont on trouve ici l'une des plus grandes colonies d'Asie, et aussi différentes espèces de canards.

  • Heures de marche : entre 4h30 et 5h
  • Dénivelé + : 110 m
  • Dénivelé - : 80 m
  • Type d'hébergement : sous tente

Jour 13 : Leh

Piste puis route pour Leh (220 km, 7h de route). La route longe l'Indus et, sur de nombreux kilomètres, se fraye un chemin dans une gorge. Une magnifique journée de route à travers les spectaculaires formations rocheuses de Rumpshu, avant de retrouver les eaux tourmentées de l'Indus, venu tout droit du Tibet.

  • Type d'hébergement : à l'hôtel

Jour 14 : Leh

Fin de nos services après le petit déjeuner.

Important itinéraire

• Ce trekking se déroule à une altitude élevée constante, aussi il est très important de ne partir sur le trekking que si, après les premiers jours d'acclimatation, on ne ressent aucun problème lié à l'altitude…

• Depuis plusieurs années l'Inde s’est lancée dans la construction de nouvelles routes au Ladakh et au Zanskar. La situation évoluant sans cesse, il est possible que des parties du trekking soient par conséquent modifiées afin d’essayer de vous éviter de marcher sur une route…

• Les impératifs locaux : retards de train ou de bus, fêtes et jours fériés, ouverture des musées ou sites visités, conditions météorologiques locales peuvent nous amener à modifier l'itinéraire sur place.

• Les étapes de randonnées peuvent être modifiées en fonction des conditions atmosphériques.

Fiche technique

1. Détail du voyage

Activités

Trek

Environnement :

Montagne

Itinérance :

Itinérant

Niveau du circuit

Niveau physique :
5 à 6 heures de marche par jour environ. Dénivelé positif de 500 à 800 mètres. Bonne condition physique requise. Prévoyez un entraînement avant votre départ.


> Bien choisir le niveau de votre voyage

Nombre de jours d'activités

8 jours de marche

Nombre de participants

De 1 à 8 participants

Début du séjour

à l'aéroport de Leh

Fin du séjour

à votre hôtel à Leh

Caractéristiques du circuit

Randonnée en haute altitude de 4 à 7h de marche par jour.
Ce trekking se déroule à une altitude élevée constante, aussi il est très important de ne partir sur le trekking que si, après les premiers jours d'acclimatation, on ne ressent aucun problème lié à l'altitude…

Hébergement

9 nuits en campement sous tente.
4 nuits en hôtel standard à Leh.

Nourriture

Pension complète du petit déjeuner du J2 au petit déjeuner du J14.

Uniquement locale : dans des restaurants locaux en ville et préparée par l'équipe locale pendant le trekking, à base de produits frais locaux. Les cuisiniers sont des magiciens, ils sauront vous préparer des plats délicieux, mélange de cuisine occidentale et indienne (pas trop épicée, afin de satisfaire les goûts de tous).
Si vous avez des barres chocolatées ou énergétiques préférées, fruits secs etc... n’hésitez pas à les emporter !

Information importante : depuis les problèmes de grippe aviaire dans certaines régions d’Asie, il est interdit de transporter des volailles vivantes (poules, canards...), y compris en trekking, comme cela était la coutume. De même, le voyage se déroulant en pays bouddhiste, il est très difficile d'acheter et tuer des chèvres ou des moutons en cours de voyage pour améliorer les menus. La viande sera donc très rare au cours des repas, il faudra donc apprendre à "devenir végétarien", comme le sont la plupart des locaux.

Encadrement

Assistance d'un chauffeur pour les transferts, d'un guide anglophone et d'une équipe locale pendant le trek.

Le Ladakh ne possède que peu de guides francophones, vous serez donc encadrés par un guide anglophone pour la durée du voyage. Il est possible cependant que pour les visites culturelles autour de Leh, ce soit parfois un guide culturel francophone, mais sans garantie.
Dans les monastères, ce sont parfois les moines qui assurent les visites (en anglais également).

Transfert et transport des bagages

Pendant le trek, transport des bagages par mules ou poneys.

Transports aériens

Nous pouvons vous réserver le transport aérien (vols internationaux et vols intérieurs), consulter nos équipes de vente.

Documents de voyage

La réalité du terrain ne permettant pas de donner des informations précises, il n'y a pas de documentation particulière. De plus les différents accompagnateurs serviront de coordinateurs.

Vous recevrez, avant départ :
• la liste des hôtels confirmés
• les coordonnées de nos prestataires locaux

Les vouchers (bons d'échange) pour les hôtels et les transports seront remis sur place.

Préparation physique

Une excellente condition physique est requise pour ce circuit.


VISITE MEDICALE
Etre en bonne santé est essentiel pour profiter pleinement de votre voyage Terres d'Aventure ! Si votre dernière visite médicale date quelque peu, c’est l’occasion d’effectuer un bilan de santé en expliquant à votre médecin les principales caractéristiques de votre voyage (climat, altitude, difficulté…) ; une visite chez votre dentiste est aussi une excellente initiative. Ces conseils vous concernent tout particulièrement puisque vous allez entreprendre un voyage lointain et en altitude.
Nous vous conseillons de consulter le site de la Fédération Française de la Montagne et de l'Escalade (www.ffme.fr) rubrique VOTRE SANTE puis "Les effets de l'altitude".
Important : à partir de 45 ans, il est prudent d’effectuer un électrocardiogramme d’effort.

Le MAM (Mal Aigu des Montagnes) :
Ce voyage se déroule à une altitude élevée. Certaines personnes peuvent souffrir de malaises (maux de tête, gonflement, perte d'appétit). La plupart de ces symptômes disparaissent généralement en quelques jours mais il arrive qu'ils empirent et peuvent évoluer en maladies graves ; œdèmes pulmonaires ou cérébraux. Il n'existe pas de médicaments préventifs au MAM.
Le diurétique Diamox se révèle souvent efficace, mais vous devez vous assurer auprès de votre médecin que ce médicament ne vous est pas contre-indiqué. L'altitude a aussi pour conséquence de raviver les problèmes dentaires ou autres douleurs chroniques. Pensez-y avant de partir.
Pendant le voyage forcez-vous à boire beaucoup et à éliminer.
Prévenez le guide de votre état de santé, même en cas de troubles légers.
Infos sur les problèmes liés à l'altitude : www.ffme.fr

Vos dépenses

CHANGE - MONNAIE
La monnaie est la roupie indienne (Rs). 1 roupie vaut 100 paisas (P). Il y a des pièces de 5, 10, 25, 50 P et de 1, 2, 5 et 10 Rs. Les billets sont en coupures de 1, 2, 5, 10, 20, 50, 100, 500 et 1000 Rs.
Se munir d’euros et/ou de dollars en espèces (mais n’achetez pas de dollars si vous n’en avez pas car le taux de l’euro est maintenant beaucoup plus élevé que celui du dollar) : les petites coupures sont souvent utiles.
1 € = 75 roupies indiennes selon les jours (mise à jour août 2016)
1 $ = 67 roupies indiennes (mise à jour août 2016)
Selon les régions, le taux peut être variable …

ATTENTION : pour ce voyage, vous ne pourrez faire du change qu'à Delhi et Leh.

Quant aux billets de banque que vous emportez, assurez-vous qu'ils sont en très bon état : les Indiens n'acceptent pas les billets abîmés. De même, quand vous échangez vos devises, n'acceptez pas des billets indiens déchirés ou troués.

Vous pouvez changer dans les aéroports et dans les hôtels : les taux sont à peu près identiques. Les banques sont à éviter : queue pendant des heures, ouvertures fantaisistes…
Les cartes de crédit sont acceptées pour les règlements dans les grands hôtels et dans certaines boutiques : American Express, Diners Club, MasterCard, Visa International.
Gardez vos bordereaux de change pour reconvertir vos roupies en quittant l'Inde.

Attention : vous pouvez éventuellement retirer des espèces avec votre carte de crédit car on trouve maintenant des distributeurs dans la plupart des grandes villes (Delhi et même Leh pour ce voyage) mais ne pas oublier qu’il peut y avoir des difficultés si la machine avale votre carte, surtout si vous ne passez parfois qu’un moment dans le lieu !

Quelques idées de prix :
Prix moyen d’une bouteille d’eau : entre 1,5 et 3 € (plus chère dans les hôtels que dans la rue !!)
Prix moyen d’une bouteille de bière (vendue partout sauf sur les lieux de pèlerinage, près des temples et dans le Gujarat) : entre 2 et 3 €
Prix moyen d’une bouteille de vin indien : entre 15 € et 30 € selon les villes et les hôtels
Prix moyen d’une boisson sans alcool (type limonade ou cola local) de 0,8 à 2,5 €.
Prix moyen d’un repas classique : à partir de 5 €
Prix moyen d’un repas de spécialités, fruits de mer, hôtels de luxe : à partir de 15 €.

SHOPPING : Soie, cachemire, bijoux en argent, pierres précieuses, tissus colorés, saris, tapis, poteries, objets en cuivre, en bronze, en papier mâché, en bois de santal, antiquités…

2. Equipement

Bagages

Si vous prenez l’avion, merci de noter que les contrôles de sécurité sont stricts aux aéroports : mettez les couteaux, ciseaux et piles de rechange dans votre sac de soute.
Produits liquides :
Vous devez désormais lors des contrôles de sûreté présenter séparément dans un sac en plastique transparent fermé d’un format d’environ 20 cm sur 20 cm, vos flacons et tubes de 100 ml maximum chacun.

Quels sont les produits interdits ?
Les liquides, les aérosols, gels et substances pâteuses : eau minérale, parfums, boissons, lotions, crèmes, gels douche, shampoings, mascara, soupes, sirops, dentifrice, savons liquides, déodorants…

Quelle est la taille maximale de chaque flacon ou tube que l’on peut emporter en cabine ?
Aucun flacon ne peut dépasser 100ml.

Quelle taille maximum doit faire le sac plastique ?
Ce sac en plastique transparent (type sachet à congélation) doit mesurer 20 cm sur 20 cm environ.
Un sachet peut contenir plusieurs objets, tubes, flacons, aérosols.

Comment se procurer ce sac plastique ?
Vous pouvez vous procurer ce sac plastique (type sac de congélation) dans les commerces et les grandes surfaces. La plupart des aéroports européens proposeront aussi sur place des sacs. Toutefois, il s’agit d’un service rendu aux passagers et non d’une obligation, il n’est donc pas garanti que ces sacs soient disponibles partout et tout le temps.
Nous vous conseillons de prendre vos dispositions avant le départ.

Quelles sont les exceptions autorisées ?
- Les médicaments liquides
Vous pouvez emporter en cabine des médicaments liquides (insuline, sirops…) à condition de présenter aux agents de sûreté une attestation, ou une ordonnance à votre nom. Il n’y a aucune restriction pour les médicaments solides (comprimés et gélules).
- Les aliments liquides pour bébés
Il n’y a pas de restriction sur ces produits. Pensez à prendre des contenants qui se referment : il pourra en effet vous être demandé de goûter ces aliments !

Un conseil :
Enregistrez en bagage de soute le maximum de choses et ne conservez dans votre bagage à main que ce qui est absolument indispensable à votre voyage.

Vous devez conditionner l’ensemble de vos affaires en 2 sacs : 1 sac à dos et 1 grand sac de voyage souple.

- Le sac à dos :
Sac à dos de randonnée d’une capacité de 30 litres environ, il vous sera utile pour le transport de vos affaires personnelles durant la journée.
Il vous servira aussi en tant que bagage à main lors de vos déplacements pour toutes vos affaires, fragiles (appareil photo…) et médicaments (si vous suivez des traitements indispensables).

- Le grand sac de voyage souple et résistant :
Il doit contenir le reste de vos affaires. Il sera en soute lors des transports aériens. Vous le trouverez chaque soir. Il sera transporté par des porteurs et/ou des animaux et/ou des véhicules. Valises à éviter.
Vous recevrez avant votre départ des étiquettes Terres d'Aventure, qui vous permettront d’identifier vos bagages avec vos nom et adresse, et faciliteront le regroupement des sacs aux arrivées à l’aéroport.

A noter : Si vous prenez des prestations avec nous à Delhi (hébergement, vols intérieurs), il est possible de laisser un bagage (avec cadenas) sur place à votre arrivée à Delhi, contenant des affaires propres pour votre retour (prévoir dans ce cas un sac vide).
Un sac de protection pour le grand sac vous sera remis à votre arrivée à Delhi.

Particularités Bagages

Pour le transport aérien, les compagnies devenant de plus en plus strictes, vous aurez un bagage cabine qui ne dépassera pas 7kg et se logera dans les gabarits situés à chaque point d’enregistrement.
Sur les vols intérieurs en Inde, le poids de votre bagage en soute est limité à 15 kg par personne. Les kilos excédentaires donnent lieu à des suppléments tarifaires (environ 250 roupies le kilo).
Nous vous demandons donc de limiter le poids de vos bagages.

Lors du trek, prévoir de condenser ces affaires : portage de vos affaires par mule ou poney. Pas de valise rigide.

Vêtements

Règles numéro 1, 2 et 3 : PAS DE COTON.
Le coton est certainement une fibre extraordinaire de par ses effets climatisants, car il capture beaucoup d’humidité et demande à votre corps de grandes quantités de chaleur pour la faire s’évaporer. Préférez donc la laine, la soie, et les fibres synthétiques, qui vous aideront à rester au sec et au chaud autant que possible !
Pensez toujours à vous couvrir avant d’avoir froid : sauf exceptions les vêtements ne produisent pas la chaleur, ils se contentent de vous rendre celle que vous avez à leur donner.

• 1 chapeau de soleil ou casquette
• 1 foulard
• 1 bonnet et/ou bandeau
• 1 paire de gants ou des moufles
• T-shirts (1 pour 2 ou 3 jours de marche). Eviter le coton, très long à sécher ; préférer t-shirts manches courtes (matière respirante) en Capilène (Patagonia), Dryflo (Lowe Alpine), Light Effect (Odlo) etc…
• 1 sous-pull (remarques idem ci-dessus) ou chemise manches longues
• 1 veste en fourrure polaire
• 1 gros pull de laine (à enfiler sous la polaire le soir surtout pour les voyages sous tente)
• 1 bermuda ou pantacourt
• 1 pantalon de trekking
• 1 pantalon confortable pour le soir
• 1 veste imperméable et respirant type Gore-tex (facultatif)
• 1 cape de pluie (utilisation délicate et peu conseillée par grand vent)
• 1 sur- pantalon imperméable et respirant type Gore-tex
• 1 maillot de bain
• Des sous-vêtements
• Chaussettes de marche (1 paire pour 2 à 3 jours de marche). Eviter les chaussettes type "tennis" (coton), très longues à sécher et risque élevé d’ampoules ; préférer celles à base de Coolmax ou de laine.
• 1 paire de chaussures de randonnée tenant bien la cheville et imperméable (semelle type Vibram). Pensez à "casser" les chaussures neuves et refaire celles qui sont restées au placard, sinon gare aux ampoules !
• 1 paire de guêtres (facultatif)
• 1 paire de sandales pour traverser les rivières et les visites de monastères pour vous déchausser plus facilement
• 1 paire de tongs et chaussures détente pour le soir.

La liste des vêtements doit aussi être adaptée en fonction de la saison choisie.

* Pour les femmes, éviter les shorts et t-shirt type débardeur, par respect de la culture locale… vous éviterez aussi les coups de soleil !

Equipement

• 1 paire de lunettes de soleil d’excellente qualité
• 1 paire de bâtons télescopiques (facultatif) : facilite les montées et les descentes et très utile pour évoluer sur des terrains accidentés ou glissants.
• 1 gourde (2 litres minimum)
• 1 lampe frontale avec des piles neuves
• 1 couverture de survie (facultatif)
• 1 couteau de poche (à mettre dans le bagage allant en soute)
• 1 petite pochette (de préférence étanche) pour mettre son argent
• Des sacs congélation pour protéger vos appareils électroniques de l'humidité

Divers :
• Nécessaire de toilette : prenez des produits biodégradables de préférence (il existe du savon liquide biodégradable de marque CAO).
• 1 serviette de toilette : il en existe qui sèchent rapidement : marque Packtowl (existent en 4 tailles).
• Boules Quiès (facultatif)
• Papier toilette + briquet
• Crème solaire (indice élevé pour l'altitude) + stick à lèvres.
• piles de rechange ou batteries supplémentaires (camera, appareils numériques)
* L'idée trek : système de recharge solaire /type panneau de trek (sortie usb ou lot de pile). Moyen exceptionnel afin de recharger : les piles rechargeables, ipod, mp3, appareils numériques etc… www.offgridsystems.ch

Couchage

• 1 sac de couchage pouvant aller à -10°C en température dite "confort"
• 1 drap de sac
• 1 taie d'oreiller (facultatif)

Pharmacie personnelle

• Vos médicaments habituels
• Vitamine C ou polyvitamine
• Médicaments contre la douleur : paracétamol de préférence
• Anti-diarrhéique (type Lopémaride ou Tiorfan…)
• Pansement intestinal (type Smecta)
• Traitement antibiotique à large spectre : prévoir 8 jours de traitement (sur prescription médicale)
• Collyre (poussière, ophtalmie) et crème antibiotique pour les yeux
• Pastilles purifiantes pour l’eau (type Micropur forte ou Aquatabs)
• Bande adhésive élastique (type Elastoplast, en 6 cm de large)
• Jeux de pansements adhésifs + compresses désinfectantes
• Pansements hydrocolloïdes (anti ampoules, de type Compeed)
• Pommade anti-inflammatoire
• Traitement pour rhume et maux de gorge (pastilles)
• Répulsif anti-moustiques
• Biafine
• Le bon plan : médicament homéopathique : coca, ces granules sont extrêmement efficaces pour éviter le mal de l’altitude de base. Prises au minimum durant 3 jours des votre arrivée à Leh, elles sauront atténuer rapidement les maux de tête, vertiges etc… et vous aideront à vous acclimater plus rapidement.

Matériel fourni

Tentes, tente mess, matelas, couverts, bols et assiettes. Caisson hyperbare.

3. Formalités et santé

Passeport

Passeport en cours de validité pour les citoyens français (valable 6 mois après la date de retour), belges (valable au moins 6 mois au moment de la demande de visa) ou suisses (valable au moins 6 mois au moment de la demande de visa). Pour les autres nationalités, se renseigner sur le site du consulat ou de l'ambassade et de la société mandatée par l'ambassade pour la gestion des visas (VFS : www.vfs-in-fr.com).
À noter que le passeport doit avoir 3 pages vierges consécutives.

Si vous voyagez avec vos enfants, sachez que, dorénavant, les mineurs, quel que soit leur âge, doivent eux aussi avoir un passeport individuel. A partir du 15 janvier 2017, l'autorisation de sortie du territoire est rétablie pour les mineurs français voyageant sans au moins l'un de leurs parents.

De nouvelles mesures de sécurité sont entrées en vigueur dans les aéroports : les appareils électroniques (smartphones, tablettes, portables…) doivent être chargés et en état de fonctionnement pour tous les vols allant ou passant par les États-Unis et Londres. Les agents de contrôle doivent pouvoir les allumer. Par précaution, ayez votre chargeur à portée de main. Si votre appareil est déchargé ou défectueux, il sera confisqué. Cette mesure étant susceptible d’être étendue à d’autres aéroports, nous vous conseillons de charger vos appareils électroniques avant le vol quelle que soit votre destination.

Visa

Le visa est obligatoire pour les ressortissants français, belges (http://in.vfsglobal.be/) ou suisses (http://in.vfsglobal.ch/).

À compter du 1er mai 2015, les ressortissants français peuvent faire une demande de e-Tourist Visa (entrée simple uniquement) sur le site https://indianvisaonline.gov.in/visa/tvoa.html (formulaire de demande ; enregistrement d'une photo d'identité aux normes indiennes - couleur, format JPEG ; règlement : 48 dollars US environ) ; une fois l'e-Tourist Visa reçu par mail (3 à 4 jours), l'imprimer et le présenter au port d'arrivée en Inde (obligatoirement : Bangalore, Chennai, Cochin, Delhi, Goa, Hyderabad, Kolkata/Calcutta, Mumbai/Bombay, Trivandrum), le voyageur étant en possession de son passeport, de son billet d'avion aller-retour, d'une photo d'identité aux normes indiennes et d'une copie de ses infos passeport ; les données biométriques sont prises à l'aéroport d'arrivée. L'e-Tourist Visa est émis pour 30 jours maximum à compter de la date d'arrivée en Inde (la demande peut être faite entre un mois et 4 jours précédant cette date). Pour un même voyageur, l'e-Tourist Visa ne peut être émis que deux fois par an.

Pour toute demande de visa et tout voyage ne correspondant pas à ces conditions, on suivra la procédure suivante (dans ce cas, la demande de visa sera faite 20 jours minimum avant le départ). Le visa est alors valable 6 mois (entrées multiples). L'entrée devra donc avoir lieu dans les 6 mois qui suivent la date d'émission.

Demandes de visa via VFS : consulter le site internet (www.vfs-in-fr.com), afin d’avoir des informations à jour. Attention ! désormais et avant toute démarche, un formulaire de demande de visa en ligne doit obligatoirement être complété. Ce formulaire, ainsi que les éléments de procédure, est disponible sur le site de VFS. Coût d’obtention du visa : 60,46 euros (50 euros de frais de visa + 10,46 euros de frais consulaires ; supplément expédition Chronopost, 24,30 euros) ; en cas de demande par correspondance, règlement par chèque certifié par la banque, à l'ordre de VF SERVICES UK LIMITED. Compter de 10 à 15 jours de délai pour l'obtention du visa (ajouter une dizaine de jours si la demande est faite par courrier).
Horaires d’ouverture : VFS Paris, du lundi au vendredi, de 8h00 à 13h00 (demandes) et de 14h00 à 16h30 (retraits) ; VFS Lyon, demandes uniquement, de 9h00 à 14h00 sur rendez-vous (tél. 08 92 23 03 58) ; VFS Marseille, du lundi au vendredi, de 8h00 à 13h00 (demandes) et de 14h00 à 16h30 (retraits). Toutes les demandes par courrier doivent être adressées à VFS Paris (adresse sur le site). Par ailleurs, des centres de dépôt sont ouverts à Bordeaux, Lille, Nice, Strasbourg et Toulouse. Dates fixes de fermeture (jours fériés français ou indiens) : 26 janvier, 9 mai, 14 juillet, 21 septembre, 2 octobre et 2 novembre. Pour les dates mobiles, vérifier sur le site de VFS.

Les photos d’identité.
Pour être acceptées par le gouvernement indien, vos photos devront impérativement être de format 5 cm x 5 cm et conformes aux normes ISO/IEC 19794-5 : 2005.
Couleur : les photos doivent être en couleurs et faire apparaître un teint naturel. Les photos en noir et blanc seront refusées.
Qualité : les photos scannées ou de mauvaise résolution seront refusées. Les photos doivent être nettes, sans pliures ni traces et imprimées sur du papier photographique standard.
Fond : il doit être clair et uni. Les photos sur fond coloré ou fantaisie seront refusées.
Cadrage : la prise de vue doit montrer un gros plan du visage et des épaules. Le visage doit apparaître au centre du cadre, sans inclinaison et prendre entre 70 et 80% de la hauteur de la photo.
Expression : neutre, bouche fermée.
Cheveux : ils ne doivent pas masquer le visage.
Yeux : le sujet doit regarder l’objectif et avoir gardé les yeux ouverts. Les montures de lunettes doivent être discrètes et ne pas cacher les yeux. Les photos présentant un sujet portant des verres teintés ou ayant les yeux rouges seront refusées.
Couvre-chefs : ils ne sont pas acceptés. Le gouvernement indien tolère les accessoires portés pour des raisons religieuses, croyances ou antécédents ethniques, à la condition que le visage reste entièrement visible.

À partir d’octobre 2011, les voyageurs dans le Bengale occidental (secteurs de Darjeeling et Kalimpong notamment) devront fournir 2 photos d’identité, ainsi que les photocopies de leur passeport (pages utiles) et visa, à tous les hôtels dans lesquels ils séjourneront.

En cas de voyage combiné avec une destination voisine (Népal, Tibet, Bhoutan, Maldives, Sri Lanka) impliquant plusieurs entrées sur le territoire indien, les ressortissants français n’ont plus besoin d’obtenir de dérogation (pour les autres nationalités, se renseigner auprès du consulat).

Attention, un visa ne vous autorise pas à visiter l'ensemble du pays : certains territoires indiens sont soumis à des restrictions. Si vous voyagez seul, pour pouvoir vous rendre en Assam, au Sikkim, aux îles Laquedives, aux îles Andaman, il faut demander un permis spécial au Ministry of Home Affairs (South Block, New Delhi) au moins six semaines à l'avance. Renseignements auprès de la société VFS.

Si vous voyagez par notre intermédiaire.
Pour le Sikkim, spécifiez sur votre formulaire de demande de visa que vous vous rendez à Gangtok, Phodong et Pemayangtse, afin d´obtenir le permis spécial avec votre visa.
Pour l´Assam et les îles Laquedives : le permis sera demandé à la réservation des prestations. Vous devrez pour cela nous fournir, à l´inscription, la photocopie de votre passeport et indiquer votre profession.
Pour les îles Andaman, le permis se prend sur place, à l´arrivée à l´aéroport de Port Blair.

Attention ! en cas de voyage combiné Inde-Népal ou Inde-Bhoutan, il est à noter que la loi indienne interdit d’entrer en Inde depuis le Népal ou le Bhoutan avec des roupies indiennes (conséquence logique de l’interdiction d’importer et d’exporter des roupies indiennes). Les contrevenants s’exposent à des sanctions.

Vaccins Conseillés

Comme pour tout voyage, il est important d'être immunisé contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, les hépatites A et B, la coqueluche (dont la réapparition chez les adultes, même en France, justifie la vaccination pour tout voyage), la rougeole pour les enfants. Mais aussi contre la fièvre typhoïde (le sous-continent indien étant l’une des régions du monde les plus infectées) et contre l'encéphalite japonaise, la vaccination (à faire faire dans un centre de vaccinations internationales) concerne surtout les expatriés en zone rurale, mais elle doit aussi être conseillée aux voyageurs ayant une activité de plein air importante pendant les périodes de circulation du virus (nuits sous la tente, treks dans les rizières, pendant la mousson en particulier), la rage, en cas de séjour prolongé en zone rurale Vaccin anti-méningococcique tétravalent A/C/Y/W135 (Menveo) en période épidémique.

Prévention Paludisme

La majorité des voyages hors mousson (grandes villes, Rajasthan, Tamil Nadu, Kerala, Karnataka, Madya Pradesh, Uttar Pradesh et États himalayens) ne réclame aucun traitement préventif. Ce qui ne dispense pas d’une protection rigoureuse contre les piqûres de moustiques (répulsifs peau et vêtements, moustiquaires en l’absence d’air conditionné), vecteurs d’autres maladies (dengue, chikungunya, voire encéphalite japonaise ou virus Zika) pouvant être présentes. Par contre, le risque de paludisme est réel au-dessous de 1 500 m dans les Etats de l’Inde « profonde » (zones rurales de l'Orissa, du Bengale Occidental ou de l'Andra Pradesh. Pour ces régions, un traitement préventif par Atovaquone-Proguanil (Malarone ou un de ses génériques) ou chloroquine-proguanil (Savarine) devra être prescrit.

Autres risques

En suivant le plus possible les conseils qui vous ont été donnés pour vous préserver des risques alimentaires, environnementaux et comportementaux dans nos recommandations générales, vous diminuerez la probabilité d'y être confrontés. Les infections d'origine alimentaire sont très fréquentes en Inde et rares sont les voyageurs qui y échappent. Redoublez donc de vigilance, dans le choix de vos boissons et repas. La randonnée dans les États himalayens (Ladakh, Cachemire, Sikkim, Himachal Pradesh) nécessite un équipement, une préparation physique et l'observance de règles strictes (dont nous vous avons parlé dans nos recommandations). Il faut savoir qu'un trek, pour être réussi, doit être une randonnée en montagne et non une épreuve sportive dont on revient épuisé. La nature, les paysages, les villages et leurs habitants sont aussi intéressants à 3 000 qu'à 4 500 mètres. Pour avoir une échelle de ce qu'est l'altitude en Himalaya, il faut se souvenir que les camps de base des expéditions qui tentent l'ascension du « toit du monde », sont installés vers 5 500 mètres, c'est à dire bien plus haut que les plus hauts sommets européens. Pour échapper au mal des montagnes, il faut garder en permanence à l'esprit les règles montagnardes : s'acclimater, monter lentement (paliers de moins de 300 mètres par jour entre 3 000 et 4 500 mètres, et de moins de 150 mètres au-delà), « monter haut, dormir bas ». Ces règles doivent permettre de remédier à l'apparition d'un mal aigu des montagnes et, surtout, d'éviter ses redoutables complications que sont l'œdème pulmonaire et l'œdème cérébral de haute-montagne. Des traitements préventifs peuvent être prescrits par les médecins spécialisés, qui auront conseillé un test à l´hypoxie avant le départ.

Informations pratiques

À Delhi et à Bombay, les infrastructures médicales sont satisfaisantes, tant pour ce qui relève d'une consultation en ville que pour une éventuelle hospitalisation. Dans tous les cas, vous ne prendrez de décision qu'après consultation de votre compagnie d'assistance et, au besoin, des services de l'ambassade de France.

Service médical 24h/24 – 7j/7

Ce voyage fait partie de ceux que nous qualifions de voyage en milieu isolé ou de voyage en altitude.

Pour vous permettre de vivre cette expérience en toute sécurité, nous avons mis en place un partenariat avec l’Ifremmont, l’institut de formation et de recherche en médecine de haute montagne, basé à Chamonix.

Durant votre voyage, vous pourrez donc bénéficier d’un service médical d’urgence. Ce service, ouvert 24h/24 et 7j/7, vous permet d’avoir accès par téléphone à un médecin spécialiste de l’altitude et des conditions isolées. En cas de problème médical, et si une communication GSM ou satellite peut être établie à ce moment, vous serez mis en relation par votre guide avec l’un de ces médecins.

Le service médical vous donne également la possibilité de remplir en ligne, avant votre départ, un dossier médical sécurisé. Celui-ci permettra au médecin, en cas d’appel durant le voyage, de mieux vous connaître. Nous vous recommandons de prendre le temps de remplir ce dossier (un par participant). Pour ce faire, un mail vous sera envoyé après votre inscription. Il vous détaillera comment accéder à votre dossier médical en ligne.

Nous précisons que ce dossier est sécurisé, uniquement accessible par le médecin, en cas d’appel, et qu’aucune autre personne que le médecin ne peut le consulter.

Enfin, ce service médical vous donne également la possibilité de réaliser une téléconsultation avant départ. Celle-ci est optionnelle et son coût est de 50€. Cette téléconsultation vous permettra de faire le point si vous n’avez pas d’expérience de l’altitude. Elle précise votre état de santé général et si besoin peut permettre d’organiser un bilan complémentaire. Vous partirez donc rassuré et avec des consignes claires.

Il est important de préciser que le service médical d’urgence ne remplace pas une assurance rapatriement. Il s’agit d’un service de téléconsultation médicale qui permet de poser un premier diagnostic.

Soucieux d’assurer toujours plus votre sécurité lors de nos voyages, nous avons souhaité intégrer ce nouveau service de manière totalement gratuite pour nos clients.

4. Pays et climat

Climat et Informations régionales

LADAKH
District frontalier de l’Union Indienne, coincé entre les deux chaînes de montagnes les plus hautes du monde, celle de l’Himalaya au sud et du Karakorum au nord, sur 113 390 km², le Ladakh est une région de hautes montagnes dont les vallées habitées se situent entre 2800m et 4500m d’altitude. Le Ladakh a une population d’à peine 100 000 habitants dont 40 000 vivent dans la zone de Leh. Ce district comprend cinq grandes régions : les vallées de la Nubra au nord et nord-ouest, les plateaux du Rupshu à l’est, la grande plaine du Zanskar au sud/sud-ouest, la vallée de l’Indus jusqu’à Demshok, à la frontière tibétaine à l’extrême est et dans la direction des villes occidentales de Kargil, Suru et Dras le long de la route qui relie Leh à la vallée du Cachemire. La chaîne de l’Himalaya s’est formée il y a 45 millions d’années.

PEUPLES DU LADAKH
En se basant sur l’étude linguistique et l’origine des peuples on peut distinguer deux groupes importants : un groupe linguistique indo-européens de types aryens (les Dardes) et un groupe linguistique originaire de différents dialectes tibétains de types mongoloïdes (Tibétains, Ladakhis, Baltis)

Les Dardes :
Ils sont divisés en deux groupes : les Dardes bouddhistes (brogpas) et les Dardes musulmans.
L’arrivée des Dardes remonte à environ 2000 ans avant J.-C. Leur légende raconte que trois frères sont arrivés sur l’emplacement actuel de cette population. Ils auraient par inadvertance fait tomber quelques grains d’orge. Revenant l’année suivante, ils ont constaté que la terre était très fertile et ils s’y installèrent.
De tradition animiste, ils adoptent, à la fin du XIXe siècle, le Bouddhisme pour certains et l’Islam pour d’autres, selon la région géographique où ils se trouvent.
Les Brogpas se définissent eux-mêmes comme peuple de "race" aryenne et se distinguent aujourd’hui par une tenue vestimentaire et des pratiques religieuses bien différentes des autres bouddhistes. Ils ont en horreur tout ce qui touche à la vache, ne boivent pas son lait, ne consomment pas de poulet, mangent de la viande (chèvre) et pratiquent pour des occasions spécifiques le sacrifice animal dans le respect de leur tradition. Les sacrifices d'animaux étant abolis seulement depuis 1960 par le Bakula Rimpoche. Nous trouvons les Brogpas, gens des alpages, et les Dardes musulmans en direction des villes occidentales de Kargil, Suru et Dras et dans des villages, le long de la route qui relie Leh à la vallée du Cachemire (Dah et Hanu).
Les Dardes musulmans sont répartis dans ces vallées, sous contrôle pakistanais ou indien selon leur position géographique, et pratiquent un Islam mélangé à leurs coutumes anciennes et traditionnelles.

Les Baltis, Ladakhis chiites :
Les Baltis sont d’anciens bouddhistes convertis à l’Islam depuis le XVe siècle. Ils habitent à Dras, Kargil, vallée de la Suru et un village à quelques kilomètres de Leh, Chushot. Ils pratiquent un Islam pur et dur, refusent tout contact avec les bouddhistes et même les musulmans sunnites.

Les Ladakhis bouddhistes :
Sous l’appellation Ladakhis nous trouvons les habitants des vallées de la Nubra, du Zanskar, des plateaux du Chang Tang et du Rupshu ainsi que tout le long de la vallée de l’Indus. Ils sont bouddhistes de toutes les écoles.
• Les Nubrapas (habitants de la Nubra) sont éleveurs cultivateurs. Cette vallée est très fertile du fait de sa basse altitude (3000/3500m). Ils cultivent l’abricotier, l’orge, le blé ; nous trouvons dans toute la vallée des argousiers (fruit très riche en vitamine C), peupliers et saules pour la construction des maisons. Du fait de la proximité avec la zone contrôlée par le Pakistan, beaucoup de musulmans sont installés dans la Nubra. A Diskit se trouve une école mixte (bouddhiste et musulmane).
• Les Zanskarpas (habitants du Zanskar) ont vécu encore il y a peu de temps à l’abri d’influence extérieure. Cette vallée se trouve cernée de barrières montagneuses difficiles à franchir. La population est concentrée dans la grande plaine où la Doda et la Lungnak forme la rivière Zanskar. Les Zanskarpas maîtrisent à la perfection l’irrigation et la culture en terrasses (blé, orge) et pratiquent l’élevage de chèvres, yaks, dzos. Leur vallée étant inaccessible par les routes et les cols en hiver, ils vivent en totale autarcie pendant 8 mois, le seul accès d’entrée et de sortie c’est la rivière (la Zanskar ou Chadar) suffisamment gelée quelques jours en février : ils peuvent ainsi se rendre à Leh.
• Les Changpas (habitants du Chang Tang) sont éleveurs nomades. A cause des hivers rudes, parfois jusqu’à moins 40°C, ils se regroupent dans des villages d’hiver : Nyama, Hanle, Hrasondu. Du point de vue de l’ethnologue les Changpas sont plus proches des nomades tibétains que des Ladakhis.

Les réfugiés tibétains :
L’annexion de la Chine sur le Tibet et la révolte de Lhassa le 10 mars 1959 ont entraîné l’exode de milliers de Tibétains en Inde. Ils se sont installés dans les parties tropicales de l’Inde ou au Ladakh. Petit à petit, ils se sont organisés en coopératives agricoles, ont développé l’artisanat et construit des monastères. Actuellement, l’un des centres de réfugiés tibétains le plus important se trouve à une dizaine de kilomètres de Leh, à Choklamsar.

CLIMAT
Coincé entre les géants himalayens, le Ladakh et le Zanskar sont relativement protégés de la mousson d’été. Les pluies ou les chutes de neige sont assez rares en juillet et août, sauf les années où la mousson est exceptionnellement forte comme ce fut le cas durant l'été 2010. Les températures sont souvent assez chaudes en journée mais peuvent être fraîches, voire froides la nuit, surtout au-dessus de 4000m d’altitude. Dès septembre, les températures chutent durant la nuit, mais restent douces et agréables dans la journée. Depuis quelques années, Il est fréquent qu'en juin et tout début octobre certains cols soient bloqués par la neige.

US ET COUTUMES AU LADAKH
1. Si l’on vous sert du thé, attendez que l’on vous invite à boire. Prenez alors une gorgée et l’on remplira votre tasse de façon qu’elle soit toujours pleine, et ainsi de suite. Avant de partir, videz votre tasse et signifiez que vous avez fini en la posant sur le côté ou sur le sol.
2. Les jambes et les fesses des femmes doivent être couvertes par des vêtements amples, jamais moulants.
3. Vous devez avoir une tenue correcte pour visiter temples, monastères et villages : pas de shorts, de bermudas, de jupes courtes ou de tenues moulantes.
4. Il est d'usage de laisser une petite offrande devant l'autel dans les monastères. Elle contribue au maintien du culte et à la survie des moines.
5. Les couples ne doivent pas s’enlacer ni s’embrasser en public
6. Saluez uniquement en joignant les mains au niveau du front et, sauf si vous y êtes expressément invités, évitez de serrer la main. Ne faites jamais la bise.
7. Contournez toutes les constructions bouddhiques en passant par la gauche.
8. On ne touche pas à la tête des enfants.

Petit conseil : évitez de donner des sucreries, des stylos ou autres aux enfants au cours de la randonnée. Si vous désirez offrir quelque chose, parlez-en à votre équipe locale qui organisera une rencontre avec la communauté locale ou école. Ainsi le matériel sera remis aux anciens (marque de respect) pour ensuite être distribué aux enfants équitablement. Ceci évitera jalousie et mauvaises habitudes de mendicité le long des chemins (ce qui se passe déjà dans tant d’endroits touristiques à travers le monde). Merci pour votre compréhension !

FESTIVALS
Il existe de nombreux monastères au Ladakh, chacun ayant son propre festival.
Les dates suivent un calendrier lunaire et ne sont donc pas à dates fixes chaque année.
D'autre part, il arrive parfois que certaines dates changent au tout dernier moment !
Il est parfois possible que sur certains circuits et/ou à certaines dates nous arrivions à modifier l'itinéraire afin que vous puissiez assister à l'un de ces festivals. Le guide reste seul décisionnaire sur place pour effectuer d'éventuels changements de programme…

Climat

Etendue entre 8° et 35° de latitude nord, ce qui correspond environ aux latitudes du sud du Sénégal et du nord du Maroc, l´Inde ne jouit bien sûr pas d´un climat uniforme.
Cependant, si l´on excepte la partie himalayenne, soumise à un climat de montagne qui ne la laisse aisément praticable que de mai à octobre, l´ensemble du pays vit au rythme de la mousson, mot venu de l´arabe mausim qui signifie saison. Lorsque la mousson est « normale », elle fournit 75% des précipitations annuelles. Indispensable donc, et pourtant responsable d´inondations souvent meurtrières (mais son manque de vigueur est encore plus redouté pour les sécheresses qu´il provoque).
En fait, l´Inde compte trois saisons : la saison des pluies (mousson), la saison fraîche et la saison chaude.

La saison des pluies dure de juin à octobre, sauf sur la côte sud-est (Orissa, Bengale, Tamil Nadu) où elle a lieu d´octobre à décembre. Elle commence en juin dans le sud-ouest, progresse vers le nord-est et atteint le nord du pays au mois de juillet. Bien qu´il ne pleuve pas de manière continue, les précipitations atteignent des niveaux records : c´est ainsi que Cherrapunji, situé dans le nord-est, au Meghalaya, est l´un des lieux les plus arrosés du globe avec plus de 10 m de précipitations par an !
Sur la plus grande partie du pays, les pluies durent jusqu´en septembre. Pendant cette saison les températures restent élevées. Ce n´est qu´à partir d´octobre qu´elles commencent à décroître. Ce rafraîchissement est lié à l´inversion des vents. En effet, la mousson est avant tout un régime de vents. Soufflant de la mer vers la terre de juin à septembre, ils poussent sur l´Inde des masses d´air humide d´origine océanique. En s´inversant à partir d´octobre, ils amènent un air continental, sec et frais. C´est alors la saison fraîche, appelé parfois « mousson d´hiver ».
La saison fraîche, qui dure environ d´octobre à mars, est la meilleure pour se rendre dans la plupart des régions de l´Inde. A l´exception de l´Himalaya, qui entre alors dans un long hiver glacial, et de la côte sud-est, qui connaît sa saison des pluies, les températures et le niveau d´humidité sont partout agréables. Les températures dépendent cependant beaucoup de la latitude. Alors qu´au sud elles descendent rarement sous les 20°C, elles sont nettement plus basses au nord de la ligne Bombay-Calcutta : douces pendant la journée, elles peuvent descendre à 5°C la nuit dans la plaine du Gange et le Pendjab n´est pas à l´abri de gelées nocturnes.

C´est à partir de février que les grandes chaleurs reviennent. La saison chaude dure jusqu´au mois de juin. Dès le mois d´avril, les 35°C sont atteints puis dépassés sur la majeure partie du territoire et certaines régions du centre de l´Inde connaissent alors des températures de l´ordre de 50°C. Fin mai, la mousson s´annonce à nouveau sous forme d´orages et de tempêtes humides.

Pour résumer, la meilleure saison pour partir et bénéficier de températures acceptables se situe entre septembre et mars, pour quasiment l'ensemble du territoire, et entre juin et septembre, pour les excursions à proximité de la chaîne himalayenne, notamment au Cachemire et au Ladakh.

Géographie

Malgré ses 3 166 944 km², qui la classent au 7e rang mondial pour la superficie, l´Inde peut se résumer à trois grandes entités géographiques : la chaîne de l´Himalaya à l´extrême nord, l´immense plaine septentrionale et le plateau du Deccan, qui occupe toute la partie sud du territoire.
Il convient néanmoins de mentionner deux zones particulières, situées à l´ouest et frontalières du Pakistan :
– le désert de Thar, au Rajasthan, plutôt aride ;
– le Rann de Kutch, au Gujarat, vaste étendue inondée pendant la mousson et désertique pendant la saison sèche.

A l´extrême nord du pays se dresse donc l´Himalaya, mot qui signifie en sanskrit séjour des neiges. Ce massif, qu´on surnomme « toit du monde », est à la fois le plus jeune et la plus haut de la planète. Sa surrection a commencé il y a environ 65 millions d´années, quand l´Inde, qui était alors une île immense, commença à s´encastrer sous la plaque eurasiatique. Cette monstrueuse collision n´est pas achevée et l´Himalaya s´élève toujours de 8 mm par an.
D´une largeur comprise entre 160 et 320 km, l´Himalaya s´étire d´ouest en est sur 2 400 km, séparant l´Inde de la Chine. C´est, bien sûr, dans cette région que se situe le point culminant de l´Inde, le Kanchenjunga, dans l´Etat du Sikkim. Le sud du massif est formé par les monts Siwalik. N´excédant pas 1 500 m, ils surplombent la plaine septentrionale.

Celle-ci s´étend d´ouest en est, du Pakistan au Bangladesh, se prolongeant même dans la partie la plus orientale de l´Inde jusqu´au Myanmar (ex-Birmanie). Elle est formée par les bassins des trois grands fleuves du sous-continent, qui prennent tous trois leur source dans l´Himalaya : l´Indus (3 040 km), qui coule principalement au Pakistan, le Gange (3 090 km) et le Brahmapoutre (2 900 km). C´est une plaine peu élevée dont la plus grande partie ne passe pas les 100 m d´altitude. Elle est de plus extrêmement plate, le dénivelé entre Delhi et le golfe du Bengale, où se jettent le Gange et le Brahmapoutre, étant seulement de 200 m.

Le sud de la plaine est marqué par l´apparition de quelques chaînes de moyenne montagne (monts Aravalli, Vindhya et Satpura).
Au sud du fleuve Narbada (1 290 km), qui se jette dans le golfe de Cambay, on entre sur le plateau du Deccan qui occupe la presque totalité du sud du pays, soit la péninsule indienne proprement dite. Ce très vieux plateau (500 millions d´années), forme un ensemble dont l´altitude varie entre 450 et 1 200 m. Le Deccan est bordé à l´ouest et à l´est de chaînes montagneuses, les Ghats, mot qui en sanskrit signifie marche d´escalier. Ils suivent l´inclinaison du plateau, nettement plus élevé dans sa partie occidentale. C´est ainsi que les Ghats occidentaux atteignent des altitudes comprises entre 1000 et 2 400 m, avant de plonger brusquement vers la mer d´Oman, ne laissant que peu de place à la plaine littorale. Pour leur part, les Ghats orientaux ne culminent qu´à 600 m et permettent l´existence d´une plaine côtière importante autour des embouchures des grands fleuves du sud. Suivant l´inclinaison ouest-est du Deccan, ces fleuves se jettent dans le golfe du Bengale. Les plus importants sont la Godavari (1 500 km) et la Krishna (1 280 km).
Notons enfin que les Ghats occidentaux et orientaux se rejoignent à l´extrême sud de l´Inde pour former les Nilgiri Hills, dont certains sommets dépassent les 2 000 m.

5. Tourisme responsable

Protection des sites

L’équilibre écologique des régions que vous allez traverser est très précaire. La permanence des flux touristiques, même en groupes restreints, le perturbe d’autant plus rapidement. Dans l’intérêt de tous, chaque participant est responsable de la propreté et de l’état des lieux qu’il traverse et où il campe. La lutte contre la pollution doit être l’affaire de chacun. Même si vous constatez que certains sites sont déjà pollués, vous devez ramasser tous vos papiers, mouchoirs, boîtes, etc… Votre accompagnateur vous y aidera.

En route vers une belle planète... Un trajet collectif

Et n'oubliez pas qu'un geste pour la planète commence dès le début du voyage : pensez au covoiturage pour vos pré-acheminements ! Une façon conviviale de diminuer votre consommation de CO2 et votre budget transport.

Nous avons sélectionné ce site pour vous, accrédité par ATR (Association pour un Tourisme Responsable) : Blablacar

6. Bibliographie

La librairie Terdav

Guides et cartes sont disponibles dans la Librairie de Voyageurs du Monde située au 48 rue Sainte-Anne 75002 Paris

Vidéos

Titre

Description

Extension

Possibilités d'extensions sur demande :

• Au cœur du Pays ladakhi, nous avons sélectionné pour vous plusieurs itinéraires (consultez nos autres voyages sur notre site), permettant une approche très variée de cette région riche, tant au niveau de la culture que des paysages. Certains programmes peuvent se combiner entre eux, et vous pouvez également, sur demande, y ajouter d’autres extensions. Nous consulter.

• Agra et le Taj Mahal. Nous consulter.

• Amritsar et le Temple d'Or. Nous consulter.

• Prolongation du séjour à Delhi. Nous consulter.

Privatisation du voyage

Envie de partir en famille ou avec vos amis aux dates que vous souhaitez ?

Nous pouvons privatiser ce voyage pour un groupe à partir de 4 personnes. Faites-nous une demande de devis. Un conseiller Terres d’Aventure vous contactera ensuite pour discuter ensemble de votre projet et vous établira un devis personnalisé.