Périodes de départ et prix

Du Au Prix adulte TTC Départ assuré à partir de S'inscrire / Poser une option

22/01/2017

29/01/2017

3190 € Assuré à partir de 6

05/02/2017

12/02/2017

3190 € Assuré à partir de 6

19/02/2017

26/02/2017

3190 € Assuré à partir de 6

Ces tarifs sont valables pour des départs de Paris. Des départs d'autres villes sont possibles, n'hésitez pas à nous en faire la demande. Les prix indiqués ne sont valables que pour certaines classes de réservation sur les compagnies aériennes qui desservent cette destination. Ils sont donc susceptibles d'être modifiés en cas d'indisponibilité de places dans ces classes au moment de la réservation.

Le prix comprend

- Les vols et tous les transferts
- l'hébergement en guest house (en chambre double, salle de bain à partager) en demi-pension
- tous les pique-niques du J2 à celui du J7.
- Un véhicule avec chauffeur sur Mývatn
- L'encadrement par Jean-Marc Blache, photographe professionnel francophone
- Le carnet de voyage de votre voyage réalisé par Jean Marc Blache

Le prix ne comprend pas

- Les assurances, les frais d'inscription
- Les repas à Reykjavík (compter 20/30 € par repas)
- les boissons
- L‘entrée dans les musées et piscines.

Privatisation

Jour par jour

Jour 1 : Paris - Keflavík - Reykjavík

Vol Paris/Keflavík. Transfert à Reykjavík et nuit en guest house. Dîner libre.

Jour 2 : Reykjavík - Akureyri - Mývatn

Transfert en taxi privé à l´aéroport des lignes intérieures de Reykjavík et vol pour Akureyri (50 minutes) sur les bons vieux turbopropulseurs de la compagnie Flugfelag. Prise en charge de notre minibus et départ pour la région de Mývatn. Le fjord Eyjafjördur, les chutes de Godafoss seront autant de bonnes raisons de musarder en route. Nuit en guest house à Mývatn.

Jours 3 à 5 : Mývatn

Journées consacrées à la découverte de la région du lac qui présente un écosystème unique au monde sous ces latitudes. Cette zone est située sur le rift volcanique actif et les endroits à visiter ne manquent pas…

- Le stratovolcan Hverfjell se trouve près du lac. Un magnifique panorama sur le lac et les montagnes environnantes est visible depuis son sommet. Autrefois, les sources chaudes Grjótagjá et Stóragjá, situées dans une grotte de lave, étaient utilisées pour la baignade, ce qui n'est plus possible car la température est désormais trop élevée (57°C). Non loin de ces sources, on peut découvrir une fissure clairement visible dans le sol. Elle indique la frontière entre les plaques eurasienne et américaine à la frontière desquelles se situe l'Islande. Une belle vue sur le lac est également accessible depuis le pic du volcan Vindbergjarfjall.

- Dimmuborgir, littéralement "châteaux noirs", est dû aux formations de lave en forme de colonnes. Ces formations sont issues de l'érosion d'un lac de lave situé à l'origine sur des terrains humides. Les échappements de vapeur d'eau du terrain ont refroidi la lave lors de leur remontée dans le lac, provoquant des formations en colonnes. Ces colonnes étant moins sensibles à l'érosion que la lave environnante, elles ont émergé au cours du temps.

- Krafla est un très beau volcan, partie émergée d'une caldeira beaucoup plus grande. Suite à une éruption phréato-magmatique (c'est-à-dire provoquée par le contact du magma avec des eaux souterraines), le cratère "Viti" (l'enfer) s'est formé le 17 mai 1724. Víti est maintenant rempli d'une eau colorée en bleu turquoise par des algues siliceuses. A une bonne centaine de mètres vous trouverez les fumerolles de Krafla, du même type que celles que l'on retrouve à Landmannalaugar.

- Námaskard est un site vraiment hors norme. Il s'agit d'une montagne ryholitique, déclinant toutes les ocres, bordée de marmite de boue bouillonnante et autres fumerolles. Ici, les couleurs sont incroyables. N'oubliez pas de prendre des batteries de rechange, car, une chose est sure, votre appareil photo ne dormira pas dans votre poche...

Les pseudo cratères de Skútustadir, sont aussi une source d'émerveillement. Ils se détachent du paysage gelé de Mývatn et donnent un aspect de genèse à ce panorama à la fois polaire et volcanique.

Les soirées seront l'occasion de guetter, observer et admirer les aurores boréales. Il n'y a pas de ville à Mývatn, seulement quelques maisons. La pollution lumineuse est donc très faible, voire inexistante, l'idéal pour l'observation et la photographie des lumières polaires.

Jour 6 : Dettifoss

Une petite heure de route nous sépare de la géante Dettifoss, la plus grosse chute d'eau d'Europe. En hiver, la chute est enchâssée de glace et donne l'impression d'être figée, ce qui n'est vraiment pas le cas. Le fracas de l'eau est là pour nous le rappeler. Plus loin vous pourrez découvrir la chute de Selfoss, plus sculpturale que la géante Dettifoss.

Jour 7 : Mývatn - Akureyri

Dernière matinée dans la région à moins de revenir plus tôt sur Akureyri et profiter des rivages du fjord Eyjafjördur. Vol à destination de la capitale (50 minutes). Transfert à l´hébergement. Dîner libre.
Reykjavík, littéralement "la baie des fumées", est la capitale la plus septentrionale du monde. Les restaurants ne manquent pas et nous pourrons vous conseiller dans ce domaine, suivant vos envies. Nuit à Reykjavík.

Jour 8 : Vol Keflavík - Paris

Transfert pour Keflavík et vol pour Paris.

Important itinéraire

L’observation des aurores boréales n’est pas garantie, mais nous vous proposons ce voyage où les chances de les observer sont particulièrement favorables. Bien sûr, tout dépend de la météo du moment.
L'absence d'aurores boréales ne pourra servir de prétexte à un remboursement du voyage.

Fiche technique

1. Détail du voyage

Activités

Photographie,
Observation aurores boréales,
Observation animalière

Environnement :

Terres Polaires,
Neige

Itinérance :

En étoile

Niveau du circuit

Niveau physique :
Découverte des activités. Balade de quelques heures. Accessible à tous


> Bien choisir le niveau de votre voyage

Nombre de jours d'activités

5 jours purement consacrés à la photographie

Nombre de participants

De 6 à 15 participants

Caractéristiques du circuit

PHOTOGRAPHIER LES AURORES

Avant de parler photo parlons déjà des aurores ! Ce sont des phénomènes géophysiques lumineux qui se produisent essentiellement aux pôles (mais on a déjà vu des aurores en France !). L’observation n’est possible que lorsque plusieurs conditions sont réunies : la nuit doit être noire et le ciel dégagé (donc à priori il faut favoriser les périodes sans lune et les mois les plus froids, soit janvier et février) et il faut aussi des éruptions solaires… Cette dernière condition reste aléatoire, l’observation d’une aurore n’est donc jamais garantie !

"La photographie des aurores polaires est relativement simple, elle est basée sur le principe qu’il faut saisir une lumière relativement faible par des températures en général très basses, ce qui nécessite un matériel de base minimum. Mais, la photographie d’aurores n’est pas techniquement difficile."

Quelques conseils et informations :
- Par des températures négatives, il faut que les batteries des appareils photos soient chargées au maximum.
- Prévoir une optique grand angle à grande ouverture (f : 2,8 ou 4 est idéal),
- Les filtres sont à bannir car mal adaptés aux longueurs d’ondes des aurores,
- Une aurore est rarement lumineuse, il faudra donc que l’obturateur du boîtier soit ouvert un certains temps. Des temps de pose variant de quelques secondes à plusieurs minutes sont à prévoir. Il est donc impératif d’apporter un trépied. Assez lourd pour plus de stabilité, il sera équipé d’une rotule autorisant les prises de vues vers le ciel et à la verticale (pieds en fibre de carbone déconseillés, attention aux systèmes de fixation rapides qui peuvent se gripper avec le givre),
- Dans la neige ou la glace, les extrémités du trépied pourront être équipées d’embouts spéciaux augmentant la stabilité de l’ensemble, type spatule ou carbure de tungstène...
- Le déclencheur souple ou électrique est conseillé pour la prise de vue avec temps de pose très long, il permet d’éviter les vibrations. Les intervalomètres peuvent jouer ce rôle et bien d’autres…
- Pendant les nuits propices aux aurores, le ciel est en général étoilé. Si les temps de pose sont trop longs, les étoiles formeront des trainées lumineuses du fait de la rotation de la terre.
- Le matériel photo n’aime pas les variations de température brutales, les objets métalliques exposés au froid pendant un certain temps et rentrés au chaud se couvrent d’humidité. En sortant cette humidité peut geler dans le boitier et le bloquer. Pensez à protéger votre boîtier dans un sac plastique avant de rentrer au chaud. Cette précaution va permettre de réchauffer le matériel doucement. Dans des conditions vraiment extrêmes, il est préférable de laisser en permanence votre équipement à des températures négatives, dehors, protégé d’une housse et de garder les piles au chaud.
- Assurez-vous que votre appareil soit chargé de sa carte avant de sortir (difficile de changer de carte avec des moufles).
- Lorsqu’on veut observer les aurores, il faut habituer les yeux à la pénombre. Par contre, pour faire des images, il faut s’équiper d’une lampe frontale pour les réglages. Préférez une lampe à plusieurs intensités. Lors des prises de vues, l’intensité la plus faible sera choisie pour ne pas avoir de différences de luminosité trop violentes.
- Pensez à emporter des piles de rechanges pour tout l’équipement (télécommande, flash, boitier, lampe frontale,…).
- A basses températures, les pièces métalliques collent aux doigts non protégés. Se méfier des gelures au visage et aux doigts.
- Certains fabricants préparent les boitiers et les optiques aux conditions extrêmes (tropicales ou grand froid), vous pouvez vous renseigner avant de partir.

Pour les appareils argentiques :
- Par des températures négatives, les boitiers mécaniques restent les plus fiables.
- La mise en place du film devra se faire avec précaution pour éviter toute trace de givre à l’intérieur du boîtier.
- A partir de -35°C les bandes amorces ont tendance à se déchirer ou à casser : il faut veiller à armer lentement avec la manivelle ou utiliser le moteur pas à pas,
- Pensez à protéger vos films dans un sac plastique avant de rentrer au chaud. En effet les films n’aiment pas les changements de température. Cette précaution va permettre de les réchauffer doucement. Dans des conditions vraiment extrêmes, il est préférable de les laisser en permanence dehors avec votre équipement.
- Assurez-vous que votre appareil soit chargé avant de sortir (difficile de changer de pellicules avec des moufles).

Hébergement

Maison d'hôtes confortable, en chambre double avec sanitaires à partager, en demi-pension. Les déjeuners se feront sous forme de pique-nique. Il sera bienvenu d'aider votre guide à la préparation de ces pique-niques
Le voltage et les prises sont les mêmes qu'en France. Vous pourrez ainsi recharger vos appareils photo tous les jours.

Nourriture

Le matin : petit déjeuner complet à l'Islandaise. Café, thé, chocolat, pain, brioche, confiture, beurre, miel, céréales, mais aussi, jambon, œuf, tomates, salami, sans oublier, l'inoubliable Skyr...
Le midi : pique-nique à base de charcuterie islandaise, de poisson fumé ou séché, fromage, pain et gâteau.
Le soir : repas copieux pris au restaurant de votre hébergement

Encadrement

Photographe professionnel : Jean-Marc BLACHE

Jean-Marc Blache est photographe professionnel depuis 1984 et a toujours éprouvé une véritable passion pour "la nature et le travail des hommes". Celle-ci l’amène à réaliser plus d’une vingtaine d’ouvrages. Il collabore également avec de nombreux magazines français et étrangers, aussi bien généralistes que spécialistes de la plongée sous-marine.
Ses images sont distribuées par les photothèques Wallis à Marseille, Gamma-Rapho à Paris, Getty à New York ou encore Stockwood à Munich. Il réalise de nombreux partenariats avec le monde de l’entreprise et de la presse magazine. Les Alpes françaises, où il habite, lui offrent les grands espaces qui lui sont chers. Sa passion pour la plongée sous-marine lui permet de voyager et d’aller à la rencontre d’espèces marines aussi magnifiques que fascinantes. Elle lui rappelle également que les océans et l’eau qui nous entourent restent le dernier terrain de découvertes que l’homme se doit de protéger. Il a notamment fait partie en 2012 de l’expédition GNGL qui explora en avant première les glaces du fjord Sermilik au Groenland.
Il a réalisé de nombreuses expositions dont la dernière, "Rêves de glace", qui a été présentée au "Salon de la plongée sous-marine de Paris" en 2013 et à la maison du Groenland à Paris en 2014.
Il a été lauréat du Grand Prix Master Noir et Blanc au Festival International de l’Image sous-marine et de l’Aventure "Méditerranea 2013" et finaliste du Concours International du 18ème Festival de l’image animalière de Montier en Der 2014.

Il aime faire partager sa passion au travers de stages de formation. Son expérience et sa technique vous permettront de tirer le meilleur de cette aventure et de ramener des images inoubliables.

Pour découvrir son site internet : Jean-Marc BLACHE et moins sérieusement : ses aventures sous marines

Transfert et transport des bagages

Pour des questions de logistique (facilité de manutention et d’entreposage dans la soute ou la remorque du véhicule), les valises sont à proscrire. Optez plutôt pour un sac souple mais résistant, qui ne craint pas la saleté et l’humidité (sable et pluie combinés…). Mettez vos vêtements et votre sac de couchage dans des sacs plastiques résistants à l’intérieur de votre bagage.
N’entreposez pas de choses fragiles dans votre bagage principal pendant les journées (équipement photographique, etc…). Elles pourraient s’abîmer pendant la manutention des sacs ou pendant le transport (état des pistes…). Si vous ne désirez pas transporter certaines choses fragiles avec vous pendant la journée, mettez-les à part et confiez-les directement au guide ou au chauffeur. Le chauffeur, le guide ou toute autre personne ne pourra être tenue responsable de dégâts subis par vos affaires si vous ne respectiez pas cette consigne.
Durant les multiples balades autour du lac Mývatn, vous transporterez vos affaires de la journée et votre matériel photographique dans un petit sac a dos personnel.

Moyens d'accès

Pour les personnes arrivant de province, prévoir un billet d’avion ou de train modifiable : les horaires de départ/retour pouvant être changés par les compagnies aériennes sans préavis. Prévoyez une marge de sécurité suffisante de façon à être à l'heure au rendez-vous que nous vous fixons. En cas de risque de retard, merci de nous en aviser au plus tôt.

Transports aériens

Vols réguliers

2. Equipement

Bagages

Vous devez conditionner l’ensemble de vos affaires en 2 sacs : 1 sac à dos et 1 grand sac de voyage souple.

1 - Le sac à dos :
Sac à dos de randonnée d’une capacité de 35 litres environ, il vous sera utile pour le transport de vos affaires personnelles durant la journée.
Il vous servira aussi en tant que bagage à main lors de vos déplacements pour toutes vos affaires fragiles (appareil photo…), de valeur (lorsque votre hébergement ne dispose pas de coffre-fort) et pour vos éventuels médicaments.
Il sera en cabine lors des transports aériens. Généralement, le poids des bagages cabine est limité à 10 kg par personne.

2 - Le grand sac de voyage souple :
Il doit contenir le reste de vos affaires. Vous le trouverez chaque soir. Il sera transporté par des porteurs et/ou des animaux et/ou des véhicules.
Vous recevrez à l'aéroport des étiquettes bagages, qui vous permettront d’identifier vos bagages avec vos nom et adresse, et faciliteront le regroupement des sacs aux arrivées à l’aéroport.
Il sera en soute lors des transports aériens. Le poids des bagages en soute vous sera indiqué sur votre convocation ou billet.

Nos recommandations si vous prenez l’avion :
Enregistrez en bagage en soute le maximum de choses et ne conservez dans votre bagage à main que ce qui est absolument indispensable à votre voyage.
Equipez-vous pour l'avion de votre tenue de randonnée, et de vos affaires de première nécessité (en cas de problème d'acheminement de vos bagages).

Merci de noter que les contrôles de sécurité sont devenus très stricts aux aéroports : mettez les couteaux, ciseaux, limes à ongles et piles de rechange dans votre sac de soute.

Quels sont les produits liquides interdits en cabine ?
Les liquides, aérosols, gels et substances pâteuses : eau minérale, parfums, boissons, lotions, crèmes, gels douche, shampoings, mascara, soupes, sirops, dentifrice, savons liquides, déodorants… sauf s’ils sont rangés dans un sac en plastique transparent fermé, d’un format d’environ 20 cm x 20 cm (type sachet de congélation) et qu’ils sont conditionnés dans des flacons ou tubes de 100 ml maximum chacun. Un sachet peut contenir plusieurs tubes, flacons,…

Quelles sont les exceptions autorisées en cabine?
- Les médicaments liquides (insuline, sirops…) : vous pouvez les emporter en cabine à condition de présenter aux agents de sûreté une attestation ou une ordonnance à votre nom. Il n’y a aucune restriction pour les médicaments solides (comprimés et gélules).
- Les aliments liquides pour bébés : il n’y a pas de restriction sur ces produits. Pensez à prendre des contenants qui se referment : il pourra en effet vous être demandé de goûter ces aliments !

Comment se fait le passage du contrôle de sûreté ?
- Retirez votre veste ou votre manteau.
- Présentez à part :
- Tous vos grands appareils électriques : ordinateur portable, gros appareil photo numérique, lecteur DVD…
- Votre sac plastique transparent contenant vos flacons et tubes.
- Vos médicaments accompagnés d’une ordonnance ou d’une attestation.
- Vos aliments liquides pour bébé.
- Vos achats réalisés dans les boutiques des aéroports qui auront dû être mis sous sac plastique scellé par votre vendeur. Attention : toutes les boutiques ne proposeront pas ce sac. Renseignez-vous avant de faire vos achats ! Les achats de liquides réalisés après le contrôle de sûreté s’effectuent librement sous réserve des limitations douanières. Attention cependant aux correspondances : renseignez-vous avant tout achat.

Vêtements

• Une paire de bonnes chaussures de randonnée, c'est-à-dire montantes (pour le maintien du pied et l’étanchéité), assez chaudes et imperméables. Il est nécessaire qu’elles soient faites à vos pieds pour éviter les douleurs et ampoules handicapantes. Si vos chaussures sont un peu anciennes, ou un peu limites, réimperméabilisez-les et/ou envisagez éventuellement l’achat de surbottes (une protection Gore-tex qui s’enfile par-dessus la chaussure comme une grosse chaussette). Un ou deux journaux peuvent être utiles pour absorber l’humidité dans vos chaussures pendant la nuit. Une paire de bottes à neige fera aussi très bien l'affaire

• Des sous-vêtements (haut) de type Carline (du type de celles que l'on peut se procurer chez Helly Hansen par exemple). Ce type de sous-vêtements a beaucoup évolué ces dernières années et certains parviennent même à absorber les odeurs de transpiration.

• Des chaussettes de laine épaisses, celles en laine perlée à l´intérieur sont plus confortables.

• Des chemises de fibre polaire.

• Un maillot de bain.

• Une fourrure polaire et pull-over chaud. Devenue indispensable pour le randonneur, la fourrure polaire, est chaude, légère et sèche vite. Les fabricants sortent toujours de nouvelles fibres toujours plus performantes, Polartec et Carline sont parmi les plus connues.

• Un chapeau pour vous protéger du soleil, une casquette avec visière fera l´affaire.

• Un bonnet de laine et/ou en fibres style Polartec, si possible coupe-vent, en tout cas un couvre-chef qui protège bien vos oreilles en cas de grand vent. Un passe-montagne en plus n´est pas superflu mais attention à garder de la place pour respirer car la condensation créée par votre souffle peut finir par former de la glace sur le passe-montagne. Le masque pour le froid n´est pas indispensable. Toutefois, si vous en possédez un, prenez- le.

• Gants de laine ou fibre polaire : 2 paires. Une paire de gants de laine, une autre en fibres style Polartec, sachant que les fibres sèchent bien plus vite que la laine.

• Des gants types gants de skis
Conseil : attacher ses gants à ses manches avec des élastiques peut être salutaire par jour de grand vent, vous ne risquerez ainsi pas de les perdre.

• Veste et pantalons de montagne en Gore-tex, qui résistent bien non seulement au vent parfois très violent, mais aussi à la pluie car malgré la saison, l'insularité fait que des masses d'air océanique relativement chaudes peuvent pénétrer loin dans l'intérieur du pays. Les vestes en Gore-tex ou Micropore sont les plus célèbres, leur matière permet d'évacuer la transpiration. Evitez les fermetures Eclair et les poches superflues, ainsi que les coutures trop nombreuses, car elles sont autant de points faibles, l'eau parvenant toujours par s'y infiltrer. Les salopettes sont très agréables à porter mais veillez bien à ce qu'elles ne deviennent pas trop encombrantes à manipuler lorsque viendra l'heure des petits besoins ! Pensez pratique avant de penser esthétique !

• Un pantalon de jogging pour le soir ou en fourrure polaire.
• Une paire de chaussons ou sandales pour le soir dans la guest house
• Une paire de guêtres pour assurer une jonction efficace entre chaussures et pantalon.
• Une paire de bâtons (télescopiques ou rigides, facultatif).

Equipement

• Une serviette de bain et une trousse de toilette.
• Des lunettes de soleil, type "lunettes de glacier" qui vous protègent sur les côtés et dont le traitement (de niveau 4) est maximum. Tous les autres types de lunettes ne vous protègent pas assez contre les rayons solaires.
• Un masque de ski qui couvre bien le visage.
• De la crème solaire haute protection, visage et lèvres, pour neige et haute montagne.
• Une gourde isotherme (1 litre minimum).
• Un couteau de poche.
• Des sacs plastiques (genre sac poubelle noir) pour protéger vos affaires dans le sac souvent trop perméables.
• Lampe de poche ou frontale.
• Un appareil photo et/ou une caméra.

Trousse de secours

Trousse de premiers secours placée sous la responsabilité de votre accompagnateur.

3. Formalités et santé

Passeport

Carte nationale d´identité ou passeport, valides pour toute la durée du séjour, pour les ressortissants français, belges ou suisses. Pour les autres nationalités, se renseigner auprès du consulat ou de l'ambassade.

Si vous voyagez avec vos enfants, sachez que, dorénavant, les mineurs, quel que soit leur âge, doivent eux aussi avoir un passeport individuel ou une carte d’identité en cours de validité. A partir du 15 janvier 2017, l'autorisation de sortie du territoire est rétablie pour les mineurs français voyageant sans au moins l'un de leurs parents. Les mineurs voyageant dans ces conditions devront présenter : carte d'identité ou passeport (selon les exigences du pays de destination) ; le formulaire d’autorisation de sortie du territoire, signé par l'un des parents titulaires de l'autorité parentale (le formulaire d’autorisation de sortie du territoire sera accessible sur le site www.Service-Public.fr) ; une photocopie du titre d'identité du parent signataire.

A partir du 1er janvier 2014, les cartes nationales (France) d’identité sécurisées délivrées à des majeurs entre le 2 janvier 2004 et le 31 décembre 2013 auront automatiquement une durée de validité étendue de 5 ans, sans modification matérielle du titre. Ainsi, la carte d’une personne majeure au moment de la délivrance portant comme date de fin de validité le 23 avril 2014 sera en réalité valable jusqu’au 23 avril 2019. De façon à éviter tout désagrément pendant votre voyage (les autorités islandaises n'ayant pas précisé leur position quant à cette mesure), il vous est fortement recommandé de privilégier l’utilisation d’un passeport valide à une CNI portant une date de fin de validité dépassée, même si elle est considérée par les autorités françaises comme étant toujours en cours de validité.
Si vous voyagez uniquement avec votre carte nationale d’identité, vous pourrez télécharger et imprimer une notice multilingue expliquant ces nouvelles règles en allant à l'adresse suivante : http://media.interieur.gouv.fr/interieur/cni-15ans/document-a-telecharger-islande.pdf

De nouvelles mesures de sécurité sont entrées en vigueur dans les aéroports : les appareils électroniques (smartphones, tablettes, portables…) doivent être chargés et en état de fonctionnement pour tous les vols allant ou passant par les Etats-Unis et Londres. Les agents de contrôle doivent pouvoir les allumer. Par précaution, ayez votre chargeur à portée de main. Si votre appareil est déchargé ou défectueux, il sera confisqué. Cette mesure étant susceptible d’être étendue à d’autres aéroports, nous vous conseillons de charger vos appareils électroniques avant le vol quelle que soit votre destination.

Visa

Pas de visa requis pour les ressortissants français, belges ou suisses. Pour les autres nationalités, se renseigner auprès du consulat ou de l’ambassade.

Vaccins Conseillés

Comme toujours et partout, il est important d’être protégé contre diphtérie, tétanos, coqueluche (dont la réapparition chez les adultes, même en France, justifie la vaccination pour tout voyage), poliomyélite, hépatites A et B.

Autres risques

Si, comme dans tous les pays d'Europe, le voyageur n'est pas exposé aux risques sanitaires « exotiques », les risques comportementaux ou environnementaux peuvent être les mêmes qu'ailleurs.

Informations pratiques

Les infrastructures sanitaires sont, bien sûr, satisfaisantes partout, mais le coût des soins dans certaines structures privées réclame que l’on vérifie toutes les clauses du contrat d´assurance-assistance souscrit avant le départ.

4. Pays et climat

Climat et Informations régionales

La présence du Gulf Stream au large de l’Islande lui confère un climat plutôt doux, de type océanique : frais en été et plutôt clément en hiver. On peut s’attendre à des températures de -10 à +5° (mais bien sûr cela peut être plus ou moins !).
A savoir, la première caractéristique du climat islandais est son instabilité : les averses succèdent au grand soleil et ainsi de suite. Une constante, le vent : en provenance du sud est il est annonciateur de tempêtes, et arrivant du nord il est souvent synonyme de ciel bleu dans le sud (et l’inverse quand on est au nord).

Climat

En dépit de sa situation à la limite du cercle polaire arctique, l´Islande n´est pas le pays glacé qu´on imagine parfois. L´île bénéficie en effet de l´influence du Gulf Stream, qui baigne ses côtes sud, ouest et nord-ouest, donnant au pays un climat océanique tempéré (hivers relativement doux et étés frais). A Reykjavík, les températures moyennes sont comprises entre 0°C, en janvier, et 12°C, en juillet. En hiver, elles sont légèrement plus basses au nord-est et à l´est, courant polaire du Groenland oblige. En fait, seul l´intérieur des terres connaît des températures vraiment basses, qui peuvent descendre sous -15°C.
Les pluies sont plus abondantes au sud qu´au nord. Quant aux vents, ils sont très fréquents et parfois violents.
Ces quelques généralités ne peuvent toutefois rendre compte de la réalité de la météorologie islandaise, dont la principale caractéristique est ´instabilité. Celle-ci provoque des commentaires du type : « Si vous n'aimez pas le temps qu'il fait, attendez une minute… ».
L’Islande ne connait pas la longue nuit polaire. Décembre, janvier et la première quinzaine de février ont peu de jour (de 10h00 à 16h00 environ), mais, en revanche, de mai à mi-août le jour est quasi-permanent.
Juin a de belles luminosités et un jour permanent. La saison des aurores boréales commence en septembre-octobre, pour culminer en décembre et janvier.

Le site www.vedur.is donne tous les jours des informations détaillées sur la situation météorologique, mais aussi sur l’activité sismique, le niveau des rivières… (en islandais et en anglais).

Géographie

L’Islande doit son caractère volcanique à sa situation sur la dorsale médio-atlantique (chaîne volcanique sous-marine située entre les plaques tectoniques eurasienne et américaine et dont l’île est une partie émergée). Soumis à ce travail des profondeurs, le pays connait donc une activité sismique et volcanique intense. Les volcans Hekla, Askja, la zone du Krafla, ainsi que de nombreux volcans sous-glaciaires (dont le Grimvötn, situé sous le glacier Vatnajökull) sont particulièrement surveillés. Les éruptions, provoquant la fonte des glaces, peuvent être à l’origine d’immenses inondations (Grimvötn en 1996, par exemple). La lave émise par les éruptions prend, en refroidissant, des teintes et des formes variées, qui sont l’un des charmes des paysages volcaniques. Les champs de lave couvrent plus de 10% du territoire. Au volcanisme, on ajoutera les phénomènes géothermiques. L’utilisation de l’eau chaude naturelle pour le chauffage urbain peut paraitre prosaïque ; les geysers, les fumeroles, les solfatares (vapeurs sulfureuses), les sources ou les mares de boue chaudes, le sont beaucoup moins…

Pays de feu, mais également pays de glace. Avec 8 300 km², le Vatnajökull est le plus vaste glacier d’Europe. Après lui viennent le Langjökull (950 km²), le Hofsjökull (932 km²) et le Myrdalsjökull (600 km²). Le Snaefellsjökull, dans l’ouest, ne couvre que 11 km² ; c’est pourtant un glacier célèbre : les héros de Jules Verne partirent de là pour leur voyage au centre de la terre. Les cours d’eau sont, évidemment, nombreux, mais leur régime est irrégulier, dépendant qu’il est de la fonte des glaces. On a pu, néanmoins, leur faire porter des barrages hydroélectriques puissants. Lacs, cascades, chutes d’eau, marquent encore les paysages islandais. Gullfoss et Godafoss, sont les chutes splendides ; le lac Myvatn (38 km², 4 à 5 mètres de profondeur) est renommé pour son avifaune.

Les côtes islandaises sont très festonnées. Dans le nord-ouest, les glaces ont creusé d’innombrables fjords, souvent escarpés et spectaculaires. La côte sud-ouest est plus plane ; elle recueille l’essentiel de la population (région de Reykjavik). L’intérieur du pays est occupé par un haut plateau, l’Odadhahraun, constitué de champs de lave et de déserts minéraux, formant des paysages étranges et fascinants. Cette région, quasiment inhabitée, n’est desservie que par quelques pistes.

L’Islande possède de nombreuses îles, dont l’archipel des Vestmann (Vestmannaeyjar), au sud, et l’île de Grimsey, à l’extrême nord, sur le cercle polaire.

5. Tourisme responsable

Protection des sites

L’équilibre écologique des régions que vous allez traverser est très précaire. La permanence des flux touristiques, même en groupes restreints, le perturbe d’autant plus rapidement. Dans l’intérêt de tous, chaque participant est responsable de la propreté et de l’état des lieux qu’il traverse et où il campe le cas échéant. La lutte contre la pollution doit être l’affaire de chacun. Même si vous constatez que certains sites sont déjà pollués, vous devez ramasser tous vos papiers, mouchoirs en papier, boîtes, etc...

Attention : nous vous rappelons que les sols, après plusieurs jours sans pluie peuvent être très inflammable il est donc très important de ne pas brûler son papier toilette n'importe où.

Nous sommes engagés dans une démarche de tourisme responsable. Nous souhaitons vous faire connaître et vous associer à notre action aux côtés d'Agir pour un Tourisme Responsable (ATR). Pour plus d’infos avant de partir, lisez la charte éthique du voyageur et notre charte GNGL.

En route vers une belle planète... Un trajet collectif

Et n'oubliez pas qu'un geste pour la planète commence dès le début du voyage : pensez au covoiturage pour vos pré-acheminements ! Une façon conviviale de diminuer votre consommation de CO2 et votre budget transport.

Nous avons sélectionné ce site pour vous, accrédité par ATR (Association pour un Tourisme Responsable) : Blablacar

6. Bibliographie

La librairie Terdav

Guides et cartes sont disponibles dans la Librairie de Voyageurs du Monde située au 48 rue Sainte-Anne 75002 Paris

Vidéos

Titre

Description

Titre

Description

Titre

Description

Titre

Description

Titre

Description

Privatisation du voyage

Envie de partir en famille ou avec vos amis aux dates que vous souhaitez ?

Nous pouvons privatiser ce voyage pour un groupe à partir de 4 personnes. Faites-nous une demande de devis. Un conseiller Terres d’Aventure vous contactera ensuite pour discuter ensemble de votre projet et vous établira un devis personnalisé.