Périodes de départ et prix

Du au

Du au

  • forfait chambre
  • Base 2 personnes : 2050 € par personne
  • Base 3 personnes : 1850 € par personne
  • Base 4 personnes : 1850 € par personne
Demande de devis

Le prix comprend

les documents de voyage, l'hébergement et les repas tels que mentionnés, les transferts mentionnés, les services d'une équipe locale, le permis de trek, l'entrée dans le parc national.
L’accès au service médical de l’Ifremmont, spécialisé sur l’altitude, ouvert 24h/24 et 7j/7 (dans la mesure ou une communication GSM ou satellite peut être établie).

Le prix ne comprend pas

les assurances, les frais d'inscription, les frais de visa, le transport aérien international, les taxes aériennes au Népal, les visites, les pourboires, les boissons, les déjeuners et dîners en dehors du trekking, les douches (plus ou moins chaudes !) dans les lodges (entre 1 et 5 €), le supplément en chambre individuelle (hôtel uniquement, impossible de garantir une chambre single en "lodge")

Idées associées

Katmandou, Annapurna, Pokhara, Dhaulagiri, Dharapani, Jomosom, Mustang, Marsyangdi, Gangapurna, Manang, Besisahar, Jharkot, Muktinath, Dumre, Pisang.

Jour par jour

Jour 1 : Katmandou

Accueil à l'aéroport de Katmandou et transfert à votre hôtel. Premier contact avec la capitale du Népal.
Important : ces dernières années la pression des "porteurs de bagages" à la sortie de l'aéroport de Katmandou devient de plus en plus importante et nos guides subissent eux aussi malheureusement cette pression. Sachez que le pourboire usuel pour ce "service" est de 100 Rps (1 €) par personne.

  • Type d'hébergement : à l'hôtel

Jour 2 : Katmandou - Khudi - Ngadi

Six heures de route en direction de Pokhara, puis à Dumre vous obliquez vers le nord et roulez le long de la rivière Marsyangdi, que vous suivrez tout au long de la première partie du trekking. La route se termine entre Besisahar et Bhulbule. 3h de marche à travers des champs de maïs, de millet ou de riz vous mènent au village de Ngadi (893m) où vous passez la première nuit du trekking.

  • Heures de marche : entre 3h et 3h30
  • Dénivelé + : 190 m
  • Dénivelé - : 105 m
  • Type d'hébergement : en lodge

Jour 3 : Ngadi - Jagat

Plusieurs montées raides le long de la Marsyangdi, notamment celle qui mène au village de Bahundanda ("colline des Brahmanes"). Traversée du grand pont suspendu de Syangje puis le chemin s'engage dans une gorge couverte de rhododendrons (en fleur au printemps) et de chanvre sauvage. Etape à Jagat (1311m), village bâti le long d'une crête.

  • Heures de marche : entre 7h et 7h30
  • Dénivelé + : 865 m
  • Dénivelé - : 445 m
  • Type d'hébergement : en lodge

Jour 4 : Jagat - Dharapani

En une demi-heure de marche vous gagnez les berges de la Marsyangdi qui trace ici un profond défilé. Le chemin se faufile au milieu de blocs rocheux puis s'élève progressivement avec quelques parties raides. La vallée devient très encaissée, la forêt remplace progressivement les champs en terrasses. Etape à Dharapani.

  • Heures de marche : entre 8h et 8h30
  • Dénivelé + : 1280 m
  • Dénivelé - : 625 m
  • Type d'hébergement : en lodge

Jour 5 : Dharapani - Chame

Après 45mn de marche, vous arrivez au village de Bagarchap ("berge de la rivière") : c'est à cet endroit que le cours de la Marsyangdi s'incurve pour prendre la direction est-ouest. Bagarchap marque la limite entre les vallées humides au sud, que vous venez de traverser, et les zones "sèches" de la Haute Marsyangdi, moins affectées par les pluies de mousson. Le changement de végétation est manifeste : après la forêt subtropicale, on découvre désormais de très belles étendues de pins bleus, d'épicéas et de chênes. Nuit au village de Chame (2700m), chef-lieu du district de Manang.

  • Heures de marche : entre 6h et 6h30
  • Dénivelé + : 980 m
  • Dénivelé - : 250 m
  • Type d'hébergement : en lodge

Jour 6 : Chame - Pisang

L’architecture devient tibétaine avec des toits plats : nous avons contourné les Annapurnas et sommes désormais en pays manangi. Etape au beau village de Pisang (3100m).

  • Heures de marche : entre 5h et 5h30
  • Dénivelé + : 630 m
  • Dénivelé - : 120 m
  • Type d'hébergement : en lodge

Jour 7 : Pisang - Manang

Découverte du pays manangi, de culture tibétaine, face à la magnifique barrière des Annapurnas II (7937m), III (7555m), IV (7525m), et du Gangapurna (7455m). Nuit à Manang (3540m).

  • Heures de marche : entre 4h et 4h30
  • Dénivelé + : 1440 m
  • Type d'hébergement : en lodge

Jour 8 : Manang

Journée de repos et/ou d'acclimatation, montée possible au hameau de Ledar et Thorong Phedi (vue superbe sur les montagnes). 4 à 5h de marche.

  • Type d'hébergement : en lodge

Jour 9 : Manang - Ledar

Montée vers le beau hameau de Ledar (4200m) appelé également Yak Kharka en raison de la présence des yacks : cette zone d'alpages himalayens est, en effet, le royaume du yack, bovidé d'origine tibétaine élevé pour sa viande, son lait et ses capacités de portage. C'est aussi le domaine du thar, une chèvre sauvage qui vit en troupeaux, nombreux dans la région.

  • Heures de marche : entre 4h et 4h30
  • Dénivelé + : 625 m
  • Dénivelé - : 135 m
  • Type d'hébergement : en lodge

Jour 10 : Ledar - Thorong Phedi (4450 m)

Marche vers le pied du col de Thorong, nommé Thorong Phedi (phedi = le bas), dans de superbes paysages d’altitude.

  • Heures de marche : entre 4h et 4h30
  • Dénivelé + : 485 m
  • Dénivelé - : 140 m
  • Type d'hébergement : en lodge

Jour 11 : Traversée du Thorong Pass (5416 m) - Muktinath (3800 m)

Départ très tôt pour une longue montée sur sentier et moraines, afin de gagner le point de transition entre les vallées de la Marsyangdi et de la Kali Gandaki, le fameux Thorong Pass, encadré au sud par le Khatung kang (6484m) et au nord par le Thorungse (6481m). Le vent souffle souvent fort à partir de 9h du matin… Descente plus raide que la montée vers Muktinath, un magnifique complexe de sanctuaires hindous et bouddhistes.

  • Heures de marche : entre 8h et 8h30
  • Dénivelé + : 875 m
  • Dénivelé - : 1725 m
  • Type d'hébergement : en lodge

Jour 12 : Muktinath - Kagbeni (3100 m) - Marpha (2690 m)

Visite des sanctuaires. Descente dans un paysage désertique extraordinaire. Visite de Jharkot et Kagbeni, places fortes tibétaines du bout du monde. Le village de Kagbeni à l'imposante "gompa" ocre rouge a longtemps été la "dernière frontière" du trekkeur. Aujourd'hui ce village est la porte d'entrée du Mustang. Marche sur l’ancienne route des caravanes de la Kali Gandaki. Vue sur le massif des Nilgiris (7061m) et le Dhaulagiri (la "montagne blanche", 8167m, 7ème sommet de la planète). Etape à Marpha, très beau village thakali aux rues pavées d'ardoise noire. L'endroit est également réputé pour ses pommes et ses dérivés, comme l'alcool…

  • Heures de marche : entre 6h30 et 7h
  • Dénivelé + : 125 m
  • Dénivelé - : 1130 m
  • Type d'hébergement : en lodge

Jour 13 : Marpha - Pokhara (800 m)

Départ de Marpha pour rejoindre Pokhara d'abord par une piste puis par une route. Il faut compter environ 10h de route. Nuit à l'hôtel.

  • Type d'hébergement : à l'hôtel

Jour 14 : Pokhara - Katmandou

Route pour Katmandou (6 à 8h en fonction de la circulation). Nuit à l'hôtel.

  • Type d'hébergement : en hôtel ***

Jour 15 : Katmandou

Transfert à l'aéroport après le petit déjeuner, pour votre vol retour.

Important itinéraire

Les journées 8, 9 et 10 sont programmées afin d’avoir la meilleure acclimatation possible avant de passer le Thorong Pass. Elles peuvent être modifiées en fonction des conditions météo et/ou de la forme physique des participants.

DUREE DES ETAPES
Elles sont dans l'ensemble équilibrées, en tenant compte des éléments suivants :
• un point d’eau à proximité, indispensable.
• des porteurs ; il est hors de question de demander à des porteurs de faire des étapes doubles et ce, par respect pour eux et leur travail, parfois pénible.
• des conditions météo du moment ainsi que de la disponibilité des emplacements de camp qui servent parfois à des cultures. Les étapes peuvent de ce fait être modifiées sur place par le guide.
• l’altitude : plus on monte en altitude, plus les étapes sont courtes afin d’essayer d’éviter les éventuels problèmes liés à l’altitude (meilleure acclimatation). Les Népalais disent qu’en altitude le bon rythme est celui du yack ! Traduit en français, ça pourrait donner "Le lièvre et la tortue" de Jean de La Fontaine…

Fiche technique

1. Détail du voyage

Activités

Trek

Environnement :

Montagne

Itinérance :

Itinérant

Niveau du circuit

Niveau physique :
5 à 6 heures de marche par jour environ. Dénivelé positif de 500 à 800 mètres. Bonne condition physique requise. Prévoyez un entraînement avant votre départ.


> Bien choisir le niveau de votre voyage

Nombre de jours d'activités

11 jours de marche

Nombre de participants

De 1 à 8 participants

Début du séjour

aéroport de Katmandou

Fin du séjour

aéroport de Katmandou

Caractéristiques du circuit

Altitude globale des randonnées : plus de 5000m.
Durée moyenne des étapes : 5 à 8h de marche par jour.

Hébergement

Hôtel standard à Katmandou (Nirvana Garden** ou similaire). Cet hôtel simple, mais confortable et propre, de 60 chambres est situé dans le quartier de Thamel, dans une ruelle calme. Nombreux restaurants et magasins dans ce quartier.
Possibilité de surclassement au Hyatt***** avec supplément (nous consulter).

Hôtel** à Pokhara (Kantipur ou équivalent)
Hébergement en chambre double.

En "lodge" pendant le trekking : il s'agit le plus souvent de maisons aménagées avec chambres et/ou dortoirs. Le confort baisse souvent avec l'altitude. L'isolation, tant phonique que thermique, laisse parfois à désirer. Douche possible parfois dans certains lodges, mais ne prendre de douche chaude que si l’eau est chauffée au solaire et non pas au feu de bois (gros problème de déboisement au Népal)… Lodge de qualité variable.

Pendant la haute saison, la réservation dans les lodges se fait très souvent une fois sur place par l'équipe qui vous encadre.

Nourriture

Petits déjeuners à Katmandou et Pokhara
Pension complète durant le trekking (sauf les boissons).
Le plat national est le "dal bat" : littéralement lentilles riz. Presque toujours agrémenté de légumes épicés et, parfois, d’un peu de viande. Beaucoup de Népalais ne mangent que ça toute leur vie…

Une journée type en trekking au Népal démarre par le "morning tea" (thé) vers 6h30. Puis, après avoir rangé vos affaires, vous prendrez un copieux petit déjeuner pendant que les porteurs se répartissent les charges et commencent à partir (ils ne prennent pas de petit déjeuner et font une halte pour manger vers 10/11h). Vers 12h vous ferez une pause d’une heure ou deux pour déjeuner : repas souvent simple ou pique-nique.
Vous arrivez souvent à l’étape vers 16/17h où vous attendent en général du thé et des biscuits : il faut boire beaucoup, surtout en altitude.
Le dîner est généralement servi tôt (vers 18h30/19h) : soupe (toujours) puis très souvent du riz, des pâtes et/ou des pommes de terre agrémentés (suivant les talents du Cook et/ou des disponibilités) de viande (rarement), de sauces (très souvent) etc…

Nota : lors de passage de col ou pour des étapes exceptionnellement longues, il est fréquent de partir de nuit ou à l’aube…

Encadrement

Accompagnateur/sirdar népalais anglophone, sachant vous faire partager la connaissance de son pays. C’est votre guide pour le trekking. Il a en charge la réussite de votre trekking donc n’hésitez pas à lui poser des questions et, surtout, à suivre ses conseils !
Pour le trekking, vous aurez également 1 porteur pour 2 personnes.

L’EQUIPE NEPALAISE PENDANT LE TREKKING
• Le Sirdar (ou Sardar) : c’est le responsable de toute l’équipe. Très souvent il a commencé comme porteur, puis kitchen-boy puis parfois cook et est respecté par l’ensemble de l’équipe.
• Le Cook (uniquement pour les trekkings sous tentes) : c’est le cuisinier, responsable de tous les repas.
• Kitchen-boy (uniquement pour les trekkings sous tentes) : assistant cuisinier, le nombre varie en fonction de la taille des groupes. Il aide le cuisinier d’une manière très active et c’est l’étape obligatoire avant de devenir un jour Cook.
• Sherpa : pas toujours de l’ethnie Sherpa (0,7% de la population du Népal !), il est chargé de l’aide active auprès des clients. Leur nombre varie en fonction de la taille du groupe.
• Porteur : le Népal étant un pays de montagne, la tradition du portage humain date de la nuit des temps et perdure aujourd’hui. Les Népalais qui pratiquent ce métier sont pauvres, même s’il est vrai que le revenu qu’ils gagnent en portant est supérieur à ce qu’ils gagneraient autrement. Sans trekking, les populations montagnardes vivraient plus pauvrement encore, et les plus touchés seraient les porteurs. Lorsqu’ils portent "pour eux" (ravitaillement des villages et/ou des lodges) la charge dépasse bien souvent les 70 kg pour atteindre parfois 100 kg et plus, pour un salaire de l’ordre de 300 à 500 Rps par jour !
Au Népal, contrairement au Pakistan, il n’existe aucune législation sur le poids des charges des porteurs hormis pour les expédions. Seul existe un syndicat d’obédience maoïste qui essaye d’imposer aux agences de trekking, [seulement aux agences de trekking], un poids maximum (30 kg) ainsi qu’un salaire minimum pour les porteurs (800 Rps environ par jour). Ce qui veut dire, par exemple, que les porteurs qui ravitaillent les lodges ne sont pas soumis à cette "pression" des maoïstes…
Parallèlement à cela, beaucoup de porteurs qui travaillent pour les agences demandent plus de 30 kg pour être ainsi mieux payés. Au sein d’ATR (Agir pour un Tourisme Responsable), nous nous sommes engagés que pour chaque kg au-delà de 30 kg, une rémunération supplémentaire soit versée au porteur. Mais, afin d’éviter les abus, et surtout les charges au-delà de 40/45 kg, nous vous demandons vous aussi de faire un effort en ce qui concerne le poids de votre sac qui ira sur le dos des porteurs :
- maxi 13 kg pour un trekking en lodge
- maxi 16 kg pour un trekking sous tente
- maxi 20 kg pour un trekking avec ascension de sommet et/ou expédition

D’autre part, Terres d’Aventure veille à ce qu’une assurance soit prise pour eux et qu’un équipement spécifique leur soit alloué lors de passage de col en altitude (même si souvent des porteurs refusent de mettre les chaussures par manque d’habitude…).

Documents de voyage

La réalité du terrain ne permettant pas de donner des informations précises, il n'y a pas de documentation particulière. De plus, les différents accompagnateurs serviront de coordinateurs.

Préparation physique

VISITE MEDICALE
Etre en bonne santé est essentiel pour profiter pleinement de votre voyage Terres d'Aventure ! Si votre dernière visite médicale date quelque peu, c’est l’occasion d’effectuer un bilan de santé en expliquant à votre médecin les principales caractéristiques de votre voyage (climat, altitude, difficulté…) ; une visite chez votre dentiste est aussi une excellente initiative. Ces conseils vous concernent tout particulièrement puisque vous allez entreprendre un voyage lointain et en altitude.
Nous vous conseillons de consulter le site de la Fédération Française de la Montagne et de l'Escalade (www.ffme.fr) rubrique VOTRE SANTE puis "Les effets de l'altitude".
Important : à partir de 45 ans, il est prudent d’effectuer un électrocardiogramme d’effort.

Le MAM (Mal Aigu des Montagnes) :
Ce voyage se déroule à une altitude élevée. Certaines personnes peuvent souffrir de malaises (maux de tête, gonflement, perte d'appétit). La plupart de ces symptômes disparaissent généralement en quelques jours mais il arrive qu'ils empirent et peuvent évoluer en maladies graves ; œdèmes pulmonaires ou cérébraux. Il n'existe pas de médicaments préventifs au MAM.
Le diurétique Diamox se révèle souvent efficace, mais vous devez vous assurer auprès de votre médecin que ce médicament ne vous est pas contre-indiqué. L'altitude a aussi pour conséquence de raviver les problèmes dentaires ou autres douleurs chroniques. Pensez-y avant de partir.
Pendant le voyage forcez-vous à boire beaucoup et à éliminer.
Prévenez le guide de votre état de santé, même en cas de troubles légers.
Infos sur les problèmes liés à l'altitude : www.ffme.fr

Informations pratiques

[IMPORTANT : RAPATRIEMENT]
Information du Ministère des Affaires Etrangères français
http://www.diplomatie.gouv.fr (Pays => Népal Rubrique => Santé)
["Il est impératif de contracter une assurance de rapatriement sanitaire couvrant les frais de recherche et garantissant le recours possible à un hélicoptère en cas d’accident en montagne. L’attention des randonneurs et alpinistes est appelée sur la nécessité de bien vérifier les montants garantis par leur police d’assurance (le tarif d’une évacuation héliportée s’élevant au minimum à 3000 $, alors que le plafond des frais couverts par les assurances allant de pair avec l’usage d’une carte bancaire est généralement inférieur) et de s’assurer que le contrat ne comporte pas de clause restrictive au-delà d’une certaine altitude. Si vous sortez des sentiers de randonnées, soyez très attentifs au distinguo établi dans les contrats entre les secours proprement dits et les opérations de recherche".]

Vos dépenses

SHOPPING
• Les Kukhuris : couteaux souvent employés comme serpe ou pour les sacrifices d’animaux. Beaucoup de paysans en portent un à la ceinture.
• Les Saranghis : sorte de petits violons.
• Les moulins à prière ("symbole" du bouddhisme tibétain) et les bols chantants tibétains en bronze ainsi que tous les autres objets rituels du bouddhisme tibétain.
• Les tapis : grand choix à Katmandou mais vous n’avez le droit d’en exporter qu’un seul par personne.
• Les bijoux : le plus grand choix de colliers traditionnels se trouve également à Katmandou. Les poinçons "officiels" ne sont en aucun cas une garantie…
• Les pierres "précieuses" : on trouve plutôt des semi-précieuses dont le prix va de 1 à 100 $...
• Les vêtements : grand choix mais qualité souvent faible.
• Les masques en bois : certains sont magnifiques.
• Les bronzes, cuivres, étains, laitons à la cire perdue : les plus beaux et les moins chers se trouvent à Patan.
• Les tangkhas : les prix varient énormément en fonction de la réelle qualité.
• Les "papiers de riz népalais", les épices, les timbres anciens, les vielles pièces de monnaie etc…

Matériel et vêtements d’alpinisme et de trekking : à Katmandou, dans le quartier de Thamel, on trouve énormément de produits (parfois neufs !) à des prix inférieurs à ceux pratiqués en France. Attention toutefois, beaucoup de copies de piètre qualité…

A titre informatif, voici le montant de quelques droits d'entrée sur les sites :
- Bhaktapur : 1500 Rps
- Patan : 500 Rps
- Musée du palais royal à Patan : 400 Rps
- Temple d'Or à Patan : 50 Rps
- Durbar Square à Katmandou : 750 Rps
- Bodnath : 250 Rps
Swayambunath : 200 Rps

2. Equipement

Bagages

Si vous prenez l’avion, merci de noter que les contrôles de sécurité sont stricts aux aéroports : mettez les couteaux, ciseaux et piles de rechange dans votre sac de soute.

Produits liquides :
Vous devez désormais lors des contrôles de sûreté présenter séparément dans un sac en plastique transparent fermé d’un format d’environ 20cm sur 20cm, vos flacons et tubes de 100ml maximum chacun.

Quels sont les produits interdits ?
Les liquides, les aérosols, gels et substances pâteuses : eau minérale, parfums, boissons, lotions, crèmes, gels douche, shampoings, mascara, soupes, sirops, dentifrice, savons liquides, déodorants…

Quelle est la taille maximale de chaque flacon ou tube que l’on peut emporter en cabine ?
Aucun flacon ne peut dépasser 100ml.

Quelle taille maximum doit faire le sac plastique ?
Ce sac en plastique transparent (type sachet à congélation) doit mesurer 20cm sur 20cm environ. Un sachet peut contenir plusieurs objets, tubes, flacons, aérosols.

Comment se procurer ce sac plastique ?
Vous pouvez vous procurer ce sac plastique (type sac de congélation) dans les commerces et les grandes surfaces. La plupart des aéroports européens proposeront aussi sur place des sacs. Toutefois, il s’agit d’un service rendu aux passagers et non d’une obligation, il n’est donc pas garanti que ces sacs soient disponibles partout et tout le temps. Nous vous conseillons de prendre vos dispositions avant le départ.

Quelles sont les exceptions autorisées ?
• Les médicaments liquides
Vous pouvez emporter en cabine des médicaments liquides (insuline, sirops…) à condition de présenter aux agents de sûreté une attestation, ou une ordonnance à votre nom. Il n’y a aucune restriction pour les médicaments solides (comprimés et gélules).
• Les aliments liquides pour bébés
Il n’y a pas de restriction sur ces produits. Pensez à prendre des contenants qui se referment : il pourra en effet vous être demandé de goûter ces aliments !
Un conseil : enregistrez en bagage de soute le maximum de choses et ne conservez dans votre bagage à main que ce qui est absolument indispensable à votre voyage.
Vous devez conditionner l’ensemble de vos affaires en 2 sacs : 1 sac à dos et 1 grand sac de voyage souple

1 - Le sac à dos :
Sac à dos de randonnée d’une capacité de 35 litres environ, il vous sera utile pour le transport de vos affaires personnelles durant la journée.

Il vous servira aussi en tant que bagage à main lors de vos déplacements pour toutes vos affaires, fragiles (appareil photo…) et médicaments (si vous suivez des traitements indispensables).

2 - Le grand sac de voyage souple:
ATTENTION/ limité à 15kg pendant le trekking

Il doit contenir le reste de vos affaires. Il sera en soute lors des transports aériens. Vous le trouverez chaque soir. Il sera transporté par des porteurs e véhicules. Vous recevrez avant votre départ des étiquettes Terres d'Aventure, qui vous permettront d’identifier vos bagages avec vos noms et adresse.

Important :
Selon les compagnies aériennes, le poids de votre bagage est limité de 15 à 20kg par personne.

Si vous prenez l’avion, merci de noter que les contrôles de sécurité sont stricts aux aéroports : mettez les couteaux, ciseaux et piles de rechange dans votre sac de soute. Pensez à la limite de restriction des produits liquides.

Un conseil : enregistrez en bagage de soute le maximum de choses et ne conservez dans votre bagage à main que ce qui est absolument indispensable à votre voyage. Nous vous recommandons cependant de porter sur vous ou en bagage à main une tenue vestimentaire adaptée à votre circuit (pantalon de randonnée, pull et ou veste polaire, veste imperméable, chaussures de randonnée). Si vous suivez un traitement médical, gardez-le avec vous (dans la limite des restrictions concernant les produits liquides : ordonnance et flacons de 100ml max.).

Particularités Bagages

Il est possible de laisser un bagage à Katmandou contenant des affaires propres pour votre retour et/ou non utiles pour le trekking (prévoir un sac vide avec cadenas).

Vêtements

Une règle d'or, prévoir des vêtements qui sèchent rapidement.
Règles numéro 1, 2 et 3 : PAS DE COTON.
Le coton est certainement une fibre extraordinaire de par ses effets climatisants, car il capture beaucoup d’humidité et demande à votre corps de grandes quantités de chaleur pour la faire s’évaporer. Préférez donc la laine, la soie, et les fibres synthétiques, qui vous aideront à rester au sec et au chaud autant que possible !
Pensez toujours à vous couvrir avant d’avoir froid : sauf exceptions les vêtements ne produisent pas la chaleur, ils se contentent de vous rendre celle que vous avez à leur donner.

- 1 chapeau de soleil ou casquette
- 1 foulard
- 1 bonnet et/ou bandeau
- 1 paire de gants ou des moufles
- T-shirts (1 pour 2 ou 3 jours de marche). Eviter le coton, très long à sécher ; préférer t-shirts manches courtes (matière respirante) en Capilène (Patagonia), Dryflo (Lowe Alpine), Light Effect (Odlo) etc…
- 1 sous-pull (remarques idem ci-dessus) ou chemise manches longues
- 1 veste en fourrure polaire
- 1 gros pull de laine (à enfiler sous la polaire le soir surtout pour les voyages sous tente)
- 1 short ou bermuda
- 1 pantalon de trekking
- 1 pantalon confortable pour le soir
- 1 veste imperméable et respirant type Gore-tex
- 1 cape de pluie (utilisation délicate et peu conseillée par grand vent)
- 1 sur- pantalon imperméable et respirant style Gore-tex
- 1 maillot de bain
- Des sous-vêtements
- Chaussettes de marche (1 paire pour 2 à 3 jours de marche). Eviter les chaussettes type "tennis" (coton), très longues à sécher et risque élevé d’ampoules ; préférer celles à base de Coolmax ou de laine.
- 1 paire de chaussures de randonnée tenant bien la cheville et imperméable (semelle type Vibram). Pensez à "casser" les chaussures neuves et refaire celles qui sont restées au placard, sinon gare aux ampoules !
- 1 paire de guêtres (facultatif)
- 1 paire de sandales pour traverser les rivières
- 1 paire de chaussures détente pour le soir.

La liste des vêtements doit être adaptée en fonction de la saison choisie.

Equipement

• 1 paire de lunettes de soleil d’excellente qualité
• 1 paire de bâtons télescopiques (facultatif) : facilite les montées et les descentes et très utile pour évoluer sur des terrains accidentés ou glissants et traverser les rivières.
• 1 gourde (1 litre minimum)
• 1 lampe frontale (facultatif)
• 1 couverture de survie (facultatif)
• 1 couteau de poche (à mettre dans le bagage allant en soute)
• 1 petite pochette (de préférence étanche) pour mettre son argent
• Nécessaire de toilette : prenez des produits biodégradables de préférence (il existe du savon liquide biodégradable de marque CAO).
• 1 serviette de toilette : il en existe qui sèchent rapidement : marque Packtowl (existent en 4 tailles).
• Boules Quiès (facultatif)
• Quelques mètres de cordon à linge + pinces peuvent s’avérer utiles
• Papier toilette + briquet pour éventuellement le brûler
• Crème solaire + stick à lèvres.
• Pour le pique-nique : couverts, bols et assiettes

Couchage

• 1 sac de couchage pouvant aller à -10°C en température "confort" de novembre à mars et à -5°C les autres mois
• 1 drap de sac (plus facile à laver après le trekking que le sac de couchage) : si votre vieux duvet vous semble insuffisant, pensez au drap de sac en soie, il peut transformer votre tente en palais des mille et une nuits portatif !
• 1 taie d’oreiller (confort et hygiène)

Pharmacie personnelle

• Vos médicaments habituels
• Vitamine C ou polyvitamine
• Médicaments contre la douleur : paracétamol de préférence
• Anti-diarrhéique (type Lopémaride ou Tiorfan…)
• Pansement intestinal (type Smecta)
• Traitement antibiotique à large spectre : prévoir 8 jours de traitement (sur prescription médicale)
• Collyre (poussière, ophtalmie) et crème antibiotique pour les yeux
• Pastilles purifiantes pour l’eau (type Micropur forte ou Aquatabs)
• Bande adhésive élastique (type Elastoplast, en 6 cm de large)
• Jeux de pansements adhésifs + compresses désinfectantes
• Pommade anti-inflammatoire
• Traitement pour rhume et maux de gorge (pastilles)
• Répulsif anti-moustiques efficace en zone tropicale
• Crème solaire et Biafine
• Diamox en comprimé pour la prévention ou le traitement du mal aigu des montagnes (sur prescription médicale)

Trousse de secours

Votre accompagnateur sera en possession d'une trousse de premier secours (sans médicament).

Matériel fourni

Couverts, bols et assiettes
Sac de protection de votre bagage pendant le trekking

3. Formalités et santé

Formalités spécifiques

Important : afin d’obtenir votre permis de trekking, il est impératif que vous nous retourniez dûment rempli et dès l’inscription : la photocopie des 2 premières pages de votre passeport (4 pages pour les anciens passeports), le coupon qui vous sera remis à l'inscription, complété, et 1 photo d’identité.

Passeport

Passeport en cours de validité, valable 6 mois après la date de retour, pour les ressortissants français, belges et suisses. Pour les autres nationalités, se renseigner auprès du consulat ou de l'ambassade.
Si vous voyagez avec vos enfants, sachez que, dorénavant, les mineurs, quel que soit leur âge, doivent eux aussi avoir un passeport individuel. A partir du 15 janvier 2017, l'autorisation de sortie du territoire est rétablie pour les mineurs français voyageant sans au moins l'un de leurs parents.

De nouvelles mesures de sécurité sont entrées en vigueur dans les aéroports : les appareils électroniques (smartphones, tablettes, portables…) doivent être chargés et en état de fonctionnement pour tous les vols allant ou passant par les Etats-Unis et Londres. Les agents de contrôle doivent pouvoir les allumer. Par précaution, ayez votre chargeur à portée de main. Si votre appareil est déchargé ou défectueux, il sera confisqué. Cette mesure étant susceptible d’être étendue à d’autres aéroports, nous vous conseillons de charger vos appareils électroniques avant le vol quelle que soit votre destination.

Visa

Visa obligatoire pour les ressortissants français, belges ou suisses. Pour les autres nationalités, se renseigner auprès du consulat ou de l’ambassade.

Le plus pratique (et le moins coûteux) est de demander ce visa à l’arrivée, à l'aéroport de Katmandou. Pour cela, munissez-vous d'une photo d'identité et de :
- 25 dollars US (ou équivalent euros, billets uniquement), pour un visa de 15 jours (entrées multiples) ;
- 40 dollars US (ou équivalent euros, billets uniquement), pour un visa de 30 jours (entrées multiples) ;
- 100 dollars US (ou équivalent euros, billets uniquement), pour un visa de 31 à 90 jours (entrées multiples).
Tarifs valables au 1er septembre 2015.

Le visa est gratuit pour les enfants de moins de 10 ans. Pour les séjours de moins de 3 jours, les visas gratuits n'existent plus (prendre un visa « 15 jours »).

En cas de voyage combiné Inde-Népal, il est à noter que la loi indienne interdit d’entrer en Inde, ou au Népal depuis l’Inde, avec des roupies indiennes (conséquence logique de l’interdiction d’importer et d’exporter des roupies indiennes). Les contrevenants s’exposent à des sanctions.

Vaccins Obligatoires

Pas de vaccin obligatoire, sauf fièvre jaune pour les voyageurs en provenance de zones où la maladie peut être présente.

Vaccins Conseillés

Il faudra, comme pour tous les voyages (et, peut-être, plus encore ici qu´ailleurs), vérifier qu'ont été faits, en l'absence d'immunité connue, les vaccinations (ou leurs rappels) contre diphtérie, tétanos, coqueluche, poliomyélite , hépatites A et B, rougeole surtout pour les enfants. Il est, en outre, souhaitable (car il s'agit souvent de voyages « difficiles ») d'être immunisé contre typhoïde, rage, concernant l'encéphalite japonaise, la vaccination est conseillée aux expatriés et, pendant la mousson (période de circulation du virus), aux voyageurs ayant des activités de plein air dans la province du Teraï (rizières, parc de Chitwan), inutile pour les trekkeurs au-delà de 1 500 m.

Prévention Paludisme

Le paludisme ne sévissant pas au-dessus de 1800 m, les treks et les expéditions d’altitude ne sont pas concernés. La seule province impaludée est le Teraï, région très touristique (safaris, rafting…). La prévention passera d’abord par une protection efficace contre les piqûres de moustique (vecteur du paludisme mais aussi de la dengue, sévissant sur un mode épidémique, ou du virus Zika) : répulsifs, vêtements couvrants, moustiquaires imprégnées. Cette protection devra être complétée par un traitement préventif chloroquine-proguanil (Savarine) ou Atovaquone-Proguanil (Malarone ou un de ses génériques) sur prescription médicale.

Autres risques

Les risques alimentaires sont fréquents pendant les treks, au cours desquels boire abondamment est une nécessité absolue. Si vous n'êtes pas sûr de l'eau qui vous est proposée, vous pourrez boire du thé. Respectez les règles habituelles de l´hygiène alimentaire : lavage des mains, aliments cuits et chauds… L'hygiène corporelle, en particulier des pieds, est, bien sûr, capitale. L’altitude est le problème principal auquel sera confronté le voyageur. Il nous parait indispensable d´insister sur les risques de la haute montagne. Il faut savoir qu'un trek au Népal (sans parler d’une ascension du « Toit du monde ») constitue souvent un réel effort physique et qu'au-delà de 4000 m, il est important de tester la capacité du voyageur. Plus que les examens classiques (électrocardiogramme, radiographie pulmonaire), qui ne révèleront que des contre-indications relatives, il peut être utile de faire évaluer, dans un centre spécialisé, la résistance de l'organisme à la baisse de la pression d'oxygène rencontrée en haute montagne (test à l'hypoxie). La sensibilité au mal des montagnes est individuelle : elle n'est pas fonction du degré d'entraînement, ni de la condition physique. Elle peut être répétitive pour un même sujet à une même altitude. Elle semble être dépendante de facteurs constitutionnels, encore mal définis. La prévention du mal aigu des montagnes passe par certaines règles, bien connues des montagnards chevronnés : d'abord avoir en tête que, dans l'Himalaya, l'altitude n'est pas comparable à celle des plus hauts massifs alpins (les camps de base y sont installés plus haut que les plus hauts sommets européens) ; s'acclimater, en séjournant quelques jours à une altitude intermédiaire ; entre 3 500 et 4 500 m, l'ascension ne doit pas excéder 500 m par jour ; le bivouac devra, chaque fois que c’est possible, être installé moins haut que l'altitude atteinte dans la journée. Dès les premiers signes de mal des montagnes (maux de tête, nausées, fatigue intense, vertiges), il faut arrêter la montée, traiter les symptômes, boire abondamment et, en cas de persistance, ne pas hésiter à redescendre. L'apparition de ces signes doit être considérée comme une alerte et imposer l'arrêt immédiat de l'ascension et la redescente, sous peine de voir s'installer les redoutables complications que seraient l'œdème pulmonaire et l'œdème cérébral de haute altitude. Les traitements préventifs (acétazolamide et inhibiteurs calciques) pourront être conseillés par le spécialiste, avant le départ. Les traitements (dexaméthasone, caisson hyperbare portable) ne seront utilisés que par des coéquipiers qualifiés (guide secouriste ou médecin). L'altitude peut exposer à 3 autres risques : le froid et le vent, responsables de gelures et d'hypothermie ; les chutes, responsables de fractures ou d'entorses ; le soleil, dont vous devez savoir vous protéger ; tant du rayonnement direct (crèmes à très haut indice de protection, supérieur à 40), que de la réverbération (port de lunettes de type « intégral »). Il est impératif de contracter une assurance de rapatriement sanitaire couvrant les frais de recherche et garantissant le recours possible à un hélicoptère en cas d’accident en montagne. L’attention des randonneurs et des alpinistes est attirée sur la nécessité de bien vérifier les montants garantis par leur police d’assurance (le tarif d’une évacuation héliportée s’élevant au minimum à 3 000 dollars US alors que le plafond des frais couverts par les assurances allant de pair avec l’usage d’une carte bancaire est généralement inférieur) et de s’assurer que le contrat ne comporte pas de clause restrictive au-delà d’une certaine altitude. Si vous sortez des sentiers de randonnée, soyez très attentifs au distinguo établi dans les contrats entre les secours proprement dits et les opérations de recherche.

Informations pratiques

Les installations médicales sont précaires même à Katmandou. Il faudra donc, en cas de problème grave, contacter sa compagnie d'assistance et les services des l'ambassade de France à Katmandou ou à Delhi.

Service médical 24h/24 – 7j/7

Ce voyage fait partie de ceux que nous qualifions de voyage en milieu isolé ou de voyage en altitude.

Pour vous permettre de vivre cette expérience en toute sécurité, nous avons mis en place un partenariat avec l’Ifremmont, l’institut de formation et de recherche en médecine de haute montagne, basé à Chamonix.

Durant votre voyage, vous pourrez donc bénéficier d’un service médical d’urgence. Ce service, ouvert 24h/24 et 7j/7, vous permet d’avoir accès par téléphone à un médecin spécialiste de l’altitude et des conditions isolées. En cas de problème médical, et si une communication GSM ou satellite peut être établie à ce moment, vous serez mis en relation par votre guide avec l’un de ces médecins.

Le service médical vous donne également la possibilité de remplir en ligne, avant votre départ, un dossier médical sécurisé. Celui-ci permettra au médecin, en cas d’appel durant le voyage, de mieux vous connaître. Nous vous recommandons de prendre le temps de remplir ce dossier (un par participant). Pour ce faire, un mail vous sera envoyé après votre inscription. Il vous détaillera comment accéder à votre dossier médical en ligne.

Nous précisons que ce dossier est sécurisé, uniquement accessible par le médecin, en cas d’appel, et qu’aucune autre personne que le médecin ne peut le consulter.

Enfin, ce service médical vous donne également la possibilité de réaliser une téléconsultation avant départ. Celle-ci est optionnelle et son coût est de 50€. Cette téléconsultation vous permettra de faire le point si vous n’avez pas d’expérience de l’altitude. Elle précise votre état de santé général et si besoin peut permettre d’organiser un bilan complémentaire. Vous partirez donc rassuré et avec des consignes claires.

Il est important de préciser que le service médical d’urgence ne remplace pas une assurance rapatriement. Il s’agit d’un service de téléconsultation médicale qui permet de poser un premier diagnostic.

Soucieux d’assurer toujours plus votre sécurité lors de nos voyages, nous avons souhaité intégrer ce nouveau service de manière totalement gratuite pour nos clients.

4. Pays et climat

Climat et Informations régionales

CLIMAT
• Automne : Durant les mois d’octobre et novembre, le ciel est normalement d’un bleu profond, le soleil est souvent radieux, la vue sur les montagnes est la plupart du temps cristalline, la température dans la journée plutôt agréable. C’est une excellente période pour le trekking même si les températures sont parfois froides, spécialement la nuit dans la région de l’Everest.
• Hiver : Les chutes de neiges abondantes rendent plusieurs cols de haute altitude impraticables. Le trekking est toujours possible mais à des altitudes inférieures à 4000 m à cause du froid. Le temps est très clair et la visibilité sur les montagnes est excellente.
• Printemps : Durant les mois de mars à mai, les journées sont ensoleillées et les températures de plus en plus clémentes. La vue sur les montagnes est de moins en moins bonne au fur et à mesure que la mousson approche, mais c’est aussi la période de floraison des rhododendrons, absolument magnifique, spécialement dans la région des Annapurnas.
• Eté : Durant les mois de juin et juillet, les masses d’air humide du golfe du Bengale se heurtent à la chaîne himalayenne. En s’élevant, elles se refroidissent et se condensent pour retomber sous forme de pluie : c’est la mousson. Les effets de la mousson sont très inégaux à travers le pays. La mousson perd graduellement de son intensité en se déplaçant du sud-est au nord-ouest. Certaines régions sont donc moins touchées par la mousson : le nord de la région de l’Annapurna (Manang, Naar, Phu), le Haut Dolpo et le Mustang.
Dans les autres régions, les chemins sont parfois glissants et souvent infestés de sangsues…

US & COUTUMES
• A l’étranger, l’étranger c’est vous ! Donc, en cas de choc des cultures, c’est plutôt à vous de vous faire discret…
• Les Népalais sont dans l’ensemble souriants, paisibles, d’une grande courtoisie et dépourvus d’agressivité.
• "Namasté" est une expression que l’on utilise partout pour vous saluer. La signification "exacte" est : "que vos qualités soient bénies". Elle se prononce en général mains jointes et en s’inclinant.
• On se déchausse avant d’entrer dans tous les monuments religieux ou dans les maisons, en prenant soin de placer ses chaussures semelles contre terre.
• On ne pénètre jamais dans une cuisine qui n’est pas la sienne sans y avoir été invité.
• On contourne toujours les "stupas" et "chörtens" par la gauche (sens des aiguilles d’une montre).
• Le feu est sacré, spécialement chez les Sherpas, donc ne jetez aucun détritus dedans.
• Ne jamais manger dans l’assiette ni boire dans le verre d’autrui.
• Si vous voulez suivre la coutume locale en mangeant un "dal bhat" avec la main, n’utilisez que votre main droite.
• Il est mal vu de désigner quelqu’un, ou même une statue, avec le doigt.
• Lorsque vous êtes assis, évitez de pointer votre pied vers quelqu’un.
• Le "merci" n’existe pas au Népal.
• Les hommes ne doivent jamais être torse nu.
• Pour répondre OUI, les Népalais effectuent un signe latéral de la tête qui correspond plus à un "je ne sais pas" voire à un NON français.

Climat

Automne : durant les mois d’octobre et novembre, le ciel est normalement d’un bleu profond, le soleil souvent radieux et la vue sur les montagnes la plupart du temps cristalline, la température pendant la journée est plutôt agréable. C’est une excellente période pour le tourisme et le trekking, même si les températures peuvent être froides, spécialement la nuit dans la région de l’Everest.
Hiver : les chutes de neige abondantes rendent parfois impraticables plusieurs cols de haute altitude. Le trekking est toujours possible, mais à des altitudes inférieures à 4 000 m à cause du froid. Le temps est très clair et la visibilité sur les montagnes excellente.
Printemps : de mars à mai, les journées sont ensoleillées et les températures de plus en plus clémentes. La vue sur les montagnes est de moins en moins bonne au fur et à mesure que la mousson approche, mais c’est aussi la période de floraison des rhododendrons, absolument magnifique, spécialement dans la région des Annapurna.
Eté : en juin et juillet, les masses d’air humide du golfe du Bengale se heurtent à la chaîne himalayenne. En s’élevant, elles se refroidissent et se condensent pour retomber sous forme de pluie : c’est la mousson. Ses effets sont très inégaux à travers le pays. Elle perd graduellement de son intensité en se déplaçant du sud-est vers le nord-ouest. Certaines régions sont donc moins touchées par la mousson : le nord de la zone de l’Annapurna (Manang, Naar, Phu), le Haut-Dolpo et le Mustang. Ailleurs, les chemins sont parfois glissants et souvent infestés de sangsues…

Géographie

Coincé entre l’Inde et la Chine, sur le versant sud de l’Himalaya, à la latitude de la Floride, le Népal présente un vertigineux étagement, de 60 m à 8 850 m. De bas en haut, on distingue le Teraï (entre 60 m et 300 m), puis le Siwalik (altitude moyenne 1 500 m), le Mahabharata Lekh (une chaîne montagneuse, dont les sommets atteignent 3 000 m), le plateau népalais (ou région des collines centrales, entre 600 m et 3 000 m), la chaîne de l’Himalaya enfin. Cette dernière compte plus de 100 sommets au-dessus de 7 000 m et 8 au-dessus de 8 000 m : Everest, Kangchenjunga, Lhotse, Makalu, Cho Oyu, Dhaulagiri, Manaslu, Annapurna. D’ouest en est, les principales rivières népalaises sont la Mahakali, la Karnali, la Kali Gandaki, la Buri Gandaki et la Trisuli, qui forme, avec la Kali Gandaki, la Narayani (Teraï).

5. Tourisme responsable

Protection des sites

Le développement du trekking au Népal a modifié l’équilibre écologique des vallées que nous traversons. A titre d’exemple, un trekkeur en lodge consomme en moyenne 4 à 5 kg de bois par jour et l’activité de chaque lodge implique l’abattage d’un hectare de forêt par an alors que le Népal manque déjà de bois et que l’érosion des sols provoque glissements de terrain et inondations.
Le tourisme "consomme" beaucoup d’espaces de qualité ; ainsi, des endroits réservés à l’agriculture sont désormais transformés en terrains pour camper, des habitations deviennent des lodges pour accueillir les trekkeurs etc…
Le piétinement excessif en dehors des sentiers provoque également de réelles dégradations de la végétation (tiges brisées, pertes de matière organique) et de la qualité des sols (baisse de perméabilité, érosion, etc…). Nous vous prions donc de marcher sur les sentiers durant votre trekking ou vos balades.
Des efforts énormes ont été entrepris par les népalais pour gérer au mieux les déchets inévitablement liés à cette fréquentation de plus en plus importante mais la lutte contre la pollution doit être l’affaire de chacun. Même si vous constatez que certains endroits sont déjà pollués, vous devez ramasser tous vos déchets (papiers, mouchoirs en papier, boîtes, etc…).
De même, comme signalé au début de ce chapitre, le déboisement est un problème grave au Népal. Aussi, nous vous demandons d’éviter de prendre des douches (plus ou moins chaudes d’ailleurs) dès lors que l’eau est chauffée au feu de bois et non pas à l’aide de panneaux solaires, de plus en plus nombreux au Népal, surtout dans la région de l’Everest et celle des Annapurnas.
Le tourisme représente 3,5% du PIB, 15% des devises étrangères et près de 300 000 emplois directs ou indirects. Au Népal comme dans beaucoup d’autres pays, le tourisme peut soit aggraver les inégalités, la pauvreté et la dégradation de l’environnement, soit s’efforcer de les réduire : c’est l’affaire de tous sans exception…

En route vers une belle planète... Un trajet collectif

Et n'oubliez pas qu'un geste pour la planète commence dès le début du voyage : pensez au covoiturage pour vos pré-acheminements ! Une façon conviviale de diminuer votre consommation de CO2 et votre budget transport.

Nous avons sélectionné ce site pour vous, accrédité par ATR (Association pour un Tourisme Responsable) : Blablacar

6. Bibliographie

La librairie Terdav

Guides et cartes sont disponibles dans la Librairie de Voyageurs du Monde située au 48 rue Sainte-Anne 75002 Paris

Vidéos

Titre

Description

Titre

Description

Privatisation du voyage

Envie de partir en famille ou avec vos amis aux dates que vous souhaitez ?

Nous pouvons privatiser ce voyage pour un groupe à partir de 4 personnes. Faites-nous une demande de devis. Un conseiller Terres d’Aventure vous contactera ensuite pour discuter ensemble de votre projet et vous établira un devis personnalisé.