Périodes de départ et prix

Du Au Prix adulte TTC Départ assuré à partir de S'inscrire / Poser une option

02/06/2017

09/06/2017

2600 € Assuré

28/06/2017

05/07/2017

2900 € Assuré

23/08/2017

30/08/2017

2900 € Assuré

Ces tarifs sont valables pour des départs de Paris. Des départs d'autres villes sont possibles, n'hésitez pas à nous en faire la demande. Les prix indiqués ne sont valables que pour certaines classes de réservation sur les compagnies aériennes qui desservent cette destination. Ils sont donc susceptibles d'être modifiés en cas d'indisponibilité de places dans ces classes au moment de la réservation.

Le prix comprend

Les vols Paris/Oslo/Longyearbyen et la croisière à bord du voilier, le guide durant la visite des cités russes.

Le prix ne comprend pas

Les assurances, les frais d'inscription, les éventuelles nuits d'hôtel avant ou après la croisière, la caisse de bord 210€ à régler sur place en espèces (euros), le transfert aéroport/bateau, les éventuelles entrées de musée.

Idées associées

Iceberg, Longyearbyen, Svalbard, Ny Alesund, Baie du Roi, Scoresbysund, Ittoqqortoormiit.

Privatisation

Jour par jour

Jour 1 : Longyearbyen

Vols Paris/Oslo/Longyearbyen et embarquement à bord de "Sillage". Nuit à Longyearbyen.

Jours 2 à 6 : Découverte de l'Isfjord

En matinée, présentation du séjour, consignes de sécurité puis départ à la conquête du majestueux Isfjord et des différentes cités minières russes que nous trouverons le long de notre route : Barensburg toujours en activité, Pyramiden et Colesbukta. Nous visiterons ces lieux et en découvrirons leur histoire. Nous serons accompagnés d’un guide à Barensburg et Pyramiden.

Nous naviguerons le long des côtes de ce somptueux fjord et découvrirons des paysages d’une immense beauté tel que : Templefjorden, Dicksonfjorden , Billfjorden, Trygghamna, Hymerbukta, Kapp Linné ou Kapp Daudmann.

Tout au long de notre séjour, nous découvrirons d’imposants glaciers, rechercherons la faune locale. Nous rencontrerons une grande variété d’oiseaux : pétrel fulmar, mouette tridactyle, macareux moine, guillemot de Brünnich, guillemot miroir, labbe et grand labbe, goéland bourgmestre, mouettes ivoire, eider, mergule nain, plongeon catmarin. Nous rechercherons aussi les rennes arctiques que l’on croise régulièrement. Peut-être aurons-nous la chance de rencontrer des baleines : rorquals, bélougas, phoques, et nous espérons toujours croiser le seigneur des lieux : l’ours polaire.

Le programme type d’une journée :
Navigation d’une escale à une autre d’environ 2-4 heures, parfois plus, découverte du site choisi : visite des cités russes ou randonnées avec observations et photos de la faune, de la flore, ou approche d’un glacier avec le bateau.

Jour 7 : Retour sur Longyearbyen

Arrivée à Longyearbyen et dernière soirée à bord.

Jour 8 : Longyearbyen

Débarquement en début de matinée et vols de retour sur Paris.

Fiche technique

1. Détail du voyage

Activités

Navigation,
Randonnée,
Observation animalière

Environnement :

Terres Polaires

Itinérance :

Itinérant

Niveau du circuit

Niveau physique :
Découverte des activités. Balade de quelques heures. Accessible à tous


> Bien choisir le niveau de votre voyage

Nombre de participants

De 1 à 7 participants

Caractéristiques du circuit

A la découverte des cités russes :
Le cabotage autour de l'Isfjord permet de découvrir l'histoire de l'occupation de l'archipel, au début du XXe siècle. En 1902, la compagnie anglaise, The Spitsbergen Coal and trading Co Ltd, crée Advent City composée d’une quinzaine de maisons. En 1906, l’investisseur américain, John Munroe Longyear, crée l’Arctic Coal Company et fonde Longyear City. Il fait construire un quai pour l’embarquement du charbon. C’est l’ouverture de la mine N°1. En 1910, deux compagnies se partagent l’extraction de 29 000 tonnes. En 1916, les Américains vendent la compagnie à la société norvégienne Store Norske Spitsbergen Kulkompani(SNSK) qui ouvre la mine N°2.
Des filons rentables, nombreux, vont rapidement changer le paysage dans la vallée de l’Adventdalen. Deux sociétés, l’une russe, l’autre hollandaise, se partagent l’extraction à partir de 1919 avant que les parts soient cédées à la firme russe Trust Arktikugol en 1931 .
Cette période voit arriver de nombreux mineurs soviétiques et à la veille de la Seconde Guerre mondiale, Barentsburg est la ville la plus peuplée du Svalbard. En 1939, la population totale du Spitzberg compte 2210 habitants dont 676 à Longyearbyen, 900 à Barentsburg et 600 à Grumantbyen (ancien établissement minier russe, construit sur la rive est de l’Isford en 1910, abandonnée en 1961, comme Advent City ou Colesbukta) .
Pyramiden, fondée en 1910 par des Suédois, est rachetée par l’Union soviétique en 1927 puis par la Trust Arktikugol en 1931. Le charbon, d’excellente qualité, reste d’une extraction difficile. La ville ne connaitra son apogée que plus tard.

Esprit de nos séjours :
La croisière est participative. Navigateurs expérimentés ou néophytes, pourront, s'ils le souhaitent, participer aux manœuvres, barrer, préparer la route ou étudier la météo avec le skipper. Vous participerez à la cuisine si vous le souhaitez sous la direction de Marie-Diane, à la vaisselle et l'entretien du bord. Les journées se dérouleront toutes différemment en fonction des sites visités et des rencontres. Il peut nous arriver de suivre un ours avec le bateau pendant plusieurs heures, de laisser couler le temps en dérivant devant un glacier, d'écouter la glace vivre. L'observation des animaux est quotidienne et variée.
Les randonnées seront à la portée de toute personne pouvant se déplacer normalement.

Divers concours et jeux de société animent la vie du bord. Les photographes débutants trouveront conseils auprès de Marie-Diane et pourront visionner leurs images sur un écran.

Hébergement

Notre voilier Nauticat 515 "Sillage"
Sillage est un voilier récent et très confortable adapté aux régions arctiques. Pour nos croisières en Arctique, nous avons recherché un voilier fortement motorisé pouvant emmener 6 à 7 passagers, nombre vous permettant de profiter pleinement d'une croisière d'exception en petit groupe et pour nous de gérer le bateau en couple.
Nous souhaitions aussi un voilier avec une vue sur l'extérieur en étant assis dans le carré et une timonerie intérieure.
Le choix du Nauticat 515 a été une évidence.
Fleuron du célèbre chantier finlandais Nauticat, il est très solidement construit et conçu pour les régions froides. De plus Sillage a une étrave renforcée pour la glace.
Il est allé au Cap Horn et a effectué le Passage du Nord-Ouest avec son premier propriétaire.
Il a de bonne performance à la voile et au moteur.
Il dispose de 3 cabines pour recevoir 7 passagers, d'une salle de bain confortable avec douche indépendante. Deux cabines ont 2 lits superposés, et à l’avant du bateau se trouve une cabine pour 3 personnes. Les personnes de grande taille apprécieront de se tenir debout dans tout le bateau.
Le carré surélevé peut accueillir 9 à 10 personnes confortablement et permet de profiter du monde arctique tout au long des repas. Cet espace central est aussi l’endroit idéal pour observer les paysages et la vie sauvage de l’intérieur en navigation ou au mouillage.

Une cuisine en U bien équipée, nous permettra de préparer des repas de qualité.

L'intérieur chaleureux en teck et le confort du bateau contribueront à la réussite de votre croisière.

L’extérieur dispose d’un grand cockpit protégé du vent et des embruns par une efficace capote. Vous pourrez évolué aisément sur le pont pour observer, prendre des photos ou tout simplement vous relaxer.

Caractéristiques techniques :
Longueur : 15,42m
Largeur : 4.60m
Tirant d’eau : 2.20m
Poids : 24 tonnes
Surface de voile : 126m²
Hauteur sous barreau : environ 1.97m
Matériau : stratifié de polyester
Moteur : Yanmar 165 CH
Capacité : 7 passagers

Nourriture

Petit déjeuner copieux le matin, repas simple le midi et dîner élaboré le soir.
Les régimes alimentaires particuliers seront respectés s'ils nous sont signalés à la réservation.

Encadrement

Accompagnateur francophone.

Christophe est né en 1961 et, depuis sa tendre enfance est particulièrement attiré par le monde marin. Dès sa jeunesse il fabrique des maquettes, kayaks et planches à voile… Il dévore les récits marins des grands navigateurs qui ont nourri sa jeunesse. Au fil des années, il s’organise pour naviguer sur les mers du globe et achète son premier voilier à l’âge de 20 ans. Sur son Elizabethan 35, il décide de partir faire le tour du monde. Il passera beaucoup de temps aux Antilles et continuera en Polynésie française où il restera quelques mois. La raison lui impose de vendre son voilier et de revenir travailler en France. Mais bien vite, l’appel du large est plus fort que la raison et, peu de temps après son retour, il achète son second voilier, un Arpège, qu’il emmènera aussi en Polynésie française pour à nouveau quelques mois. Pendant 7 années il sillonnera les mers de l’Europe à la Polynésie française, et la plupart du temps en solitaire.

La raison cette fois-ci est plus forte que lui et il revient en France travailler dans l’entreprise familiale, qu’il dirigera pendant plusieurs années. Dans cette période, il rencontre son épouse, Marie-Diane, à qui il donne le goût de la mer, des bateaux, des voyages sur l’eau. Ils s’offrent un Chance 37 des chantiers Wauquiez qu’ils utiliseront 1 fois par semaine, par tous les temps, pendant 7 ans.

Puis vinrent les rêves de navigations au long cours avec pour objectif de pouvoir plus tard s’offrir un plus grand voilier pour de plus plus grandes navigations, plus lointaines et pourquoi pas, polaires ? Le rêve s’accomplit quelques années plus tard avec l’achat d’un Passoa 47 en 2009.
A partir de cette année, les milles nautiques défilent au compteur de leur navire. Une révélation se fait à eux lors de ces voyages. Ils tombent tous les deux amoureux de l’Arctique. Ils sont en admiration profonde avec ces paysages, la faune, la flore, les glaciers et ces déserts arctiques.

Ils décident de partager leur passion en emmenant des clients sur ces lieux magiques. Christophe passe son diplôme de yacht master et met leur voilier aux normes commerciales ; ils créent leur société de charter. Leurs premières croisières en charter avec des clients s’avèrent riches et très heureuses. Ils sont ravis de partager leur expérience et les clients sont enchantés de découvrir cette terre polaire du Svalbard.

Ils décident en 2016 de s’équiper d’un voilier plus grand qui pourra emmener un peu plus de monde dans un plus grand confort. Ils souhaitent privilégier la qualité du séjour de leurs clients, en les accueillant par petits groupes afin de leur faire découvrir l’Arctique et toutes ses richesses.

Moyens d'accès

IMPORTANT
Pour les personnes arrivant de province, prévoir un billet d’avion ou de train modifiable : les horaires de départ/retour peuvent être modifiés par la compagnie SAS sans préavis. Les vols de province arrivent à CDG2, prévoir le temps de changement de terminal. Idem pour la gare TGV : vous devez ensuite prendre une navette pour rejoindre CDG1.
Nota : les repas sont payants sur les vols de la compagnie SAS et Icelandair. Bagage : 20 kg autorisés en soute.

Transports aériens

Vols Paris/Oslo/Longyearbyen sur la compagnie régulière SAS. Les horaires vous seront confirmés à l'inscription.
Attention, les repas sont payants à bord.

2. Equipement

Bagages

Vous devez conditionner l’ensemble de vos affaires en 2 sacs : 1 sac à dos et 1 grand sac de voyage souple.

1 - Le sac à dos :
Sac à dos de randonnée d’une capacité de 35 litres environ, il vous sera utile pour le transport de vos affaires personnelles durant la journée.
Il vous servira aussi en tant que bagage à main lors de vos déplacements pour toutes vos affaires fragiles (appareil photo…), de valeur (lorsque votre hébergement ne dispose pas de coffre-fort) et pour vos éventuels médicaments.
Il sera en cabine lors des transports aériens. Généralement, le poids des bagages cabine est limité à 10 kg par personne.

2 - Le grand sac de voyage souple :
Il doit contenir le reste de vos affaires. Vous le trouverez chaque soir. Il sera transporté par des porteurs et/ou des animaux et/ou des véhicules.
Vous recevrez avant votre départ des étiquettes Terres d'Aventure, qui vous permettront d’identifier vos bagages avec vos nom et adresse, et faciliteront le regroupement des sacs aux arrivées à l’aéroport.
Il sera en soute lors des transports aériens. Le poids des bagages en soute vous sera indiqué sur votre convocation ou billet.

Nos recommandations si vous prenez l’avion :
Enregistrez en bagage en soute le maximum de choses et ne conservez dans votre bagage à main que ce qui est absolument indispensable à votre voyage.
Equipez-vous pour l'avion de votre tenue de randonnée, et de vos affaires de première nécessité (en cas de problème d'acheminement de vos bagages).

Merci de noter que les contrôles de sécurité sont devenus très stricts aux aéroports : mettez les couteaux, ciseaux, limes à ongles et piles de rechange dans votre sac de soute.

Quels sont les produits liquides interdits en cabine ?
Les liquides, aérosols, gels et substances pâteuses : eau minérale, parfums, boissons, lotions, crèmes, gels douche, shampoings, mascara, soupes, sirops, dentifrice, savons liquides, déodorants… sauf s’ils sont rangés dans un sac en plastique transparent fermé, d’un format d’environ 20 cm x 20 cm (type sachet de congélation) et qu’ils sont conditionnés dans des flacons ou tubes de 100 ml maximum chacun. Un sachet peut contenir plusieurs tubes, flacons,…

Quelles sont les exceptions autorisées en cabine?
- Les médicaments liquides (insuline, sirops…) : vous pouvez les emporter en cabine à condition de présenter aux agents de sûreté une attestation ou une ordonnance à votre nom. Il n’y a aucune restriction pour les médicaments solides (comprimés et gélules).
- Les aliments liquides pour bébés : il n’y a pas de restriction sur ces produits. Pensez à prendre des contenants qui se referment : il pourra en effet vous être demandé de goûter ces aliments !

Comment se fait le passage du contrôle de sûreté ?
- Retirez votre veste ou votre manteau.
- Présentez à part :
- Tous vos grands appareils électriques : ordinateur portable, gros appareil photo numérique, lecteur DVD…
- Votre sac plastique transparent contenant vos flacons et tubes.
- Vos médicaments accompagnés d’une ordonnance ou d’une attestation.
- Vos aliments liquides pour bébé.
- Vos achats réalisés dans les boutiques des aéroports qui auront dû être mis sous sac plastique scellé par votre vendeur. Attention : toutes les boutiques ne proposeront pas ce sac. Renseignez-vous avant de faire vos achats ! Les achats de liquides réalisés après le contrôle de sûreté s’effectuent librement sous réserve des limitations douanières. Attention cependant aux correspondances : renseignez-vous avant tout achat.

Particularités Bagages

Pas de valise rigide ou semi-rigide.
Nous vous recommandons de voyager avec des bagages souples qui se rangent plus facilement dans les cabines. À l’embarquement, le personnel de bord portera vos bagages jusqu’à votre cabine (idem pour le débarquement). Vos bagages doivent être clairement étiquetés et porter l’étiquette fournie avec votre dossier voyage. Ils ne doivent pas dépasser 20 kg.

Prévoir de prendre en bagage cabine (dans l'avion) : vos médicaments, une polaire et une veste imperméable, dans le cas où ces bagages auraient du retard ou seraient égarés... c'est rare mais cela arrive.

Vêtements

Nous vous conseillons pour vos tenues vestimentaires de prévoir :
Une première couche technique haut et bas, puis une seconde couche en polaire épaisse, 1 ou 2 pulls en plus pour le haut et un coupe vent respirant pour le haut et le bas. Chaussettes en laine épaisse, cols et bonnets épais et gants.

Pour vous chausser : à bord idéalement des "crocks" ou pantoufles pour l’intérieur, pour le pont et à terre des bottes sont idéales (nous traversons de nombreux gués et pour les débarquements en annexe).
Une paire de sandales en caoutchouc pour les douches collectives

Equipement

- Des lunettes de soleil de bonne qualité. La réverbération sur l’eau et la neige/glace peut pénétrer même si le ciel est couvert.
- Une crème solaire
- Un petit sac à dos pour débarquer les mains libres
- Des boules Quiès peuvent être utiles si vous partagez votre cabine avec un ronfleur.
- Des serviettes éponges

Le bateau est équipé de prises électriques européennes. Le courant électrique à bord du bateau est de 220 volts / 50 Hertz.

Si vous le pouvez, prévoyez une paire de jumelles (7x50), indispensables à l’observation quotidienne depuis le bateau et vos appareils photo/vidéo.

Couchage

Nous mettons à votre disposition une literie de qualité, draps, couettes, oreillers vous seront fournis et préparés pour votre arrivée. Nous vous fournissons aussi une serviette de toilette de taille médium.

3. Formalités et santé

Formalités spécifiques

Passeport obligatoire.

Passeport

Passeport valide pour les ressortissants de l’Union Européenne. Pour les autres nationalités, se renseigner auprès du consulat ou de l’ambassade de Norvège.

Si vous voyagez avec vos enfants sachez que, dorénavant, les mineurs doivent eux aussi avoir un passeport individuel (valable 6 mois après la date de retour du voyage).
A partir du 15 janvier 2017, l'autorisation de sortie du territoire est rétablie pour les mineurs français voyageant sans au moins l'un de leurs parents.
Si l’enfant, voyageant, est accompagné d’un parent portant un autre nom que le sien, il devra être muni d’un document (livret de famille) prouvant la filiation.

De nouvelles mesures de sécurité sont entrées en vigueur dans les aéroports : les appareils électroniques (smartphones, tablettes, portables…) doivent être chargés et en état de fonctionnement pour tous les vols allant ou passant par les Etats-Unis et Londres. Les agents de contrôle doivent pouvoir les allumer. Par précaution, ayez votre chargeur à portée de main. Si votre appareil est déchargé ou défectueux, il sera confisqué. Cette mesure étant susceptible d’être étendue à d’autres aéroports, nous vous conseillons de charger vos appareils électroniques avant le vol quelle que soit votre destination.

Visa

Pas de visa pour les ressortissants de l’Union Européenne. Pour les autres nationalités, se renseigner auprès du consulat ou de l’ambassade de Norvège.

Vaccins Obligatoires

Aucune vaccination obligatoire.

Vaccins Conseillés

Comme partout, il est important d'être immunisé contre :
- diphtérie ;
- tétanos (complication possible de gelures graves) ;
- poliomyélite ;
- coqueluche (dont la réapparition chez les adultes, même en France, justifie la vaccination pour tout voyage) ;
- hépatite B (maladie sexuellement transmissible) ;
- hépatite A (maladie transmise par l'alimentation) ;
- éventuellement contre la rage, pour des séjours plus longs et rustiques que les voyages touristiques ordinaires.

Autres risques

Ils sont, bien sûr, très différents en fonction des conditions du voyage (durée, hébergement, déplacement) et peuvent être dus : à la région elle-même ; aux conditions climatiques parfois extrêmes ; aux moyens de déplacement utilisés sur place.

La région.
Si, l’hiver, la circulation des microbes et des virus se fait plus difficilement que dans les zones tempérées ou chaudes, l’été, leur transmission d'homme à homme, de l'animal à l'homme ou des aliments à l'homme est un risque non négligeable. Risque, en particulier, de toxi-infections alimentaires dues aux viandes de chasse, aux aliments contaminés par des déjections d'animaux sauvages ou par leur mauvaise conservation à bord des bateaux de croisières.

Les conditions climatiques.
L'extrême rigueur des hivers péri-polaires représente un risque lors de raids à ski, en raquettes, en traîneau ou à motoneige, plus que lors de confortables croisières.
Une bonne information avant le voyage, permettra d'éviter les gelures graves.
En cas d'onglée ou d'engourdissement, il faut :
- boire abondamment,
- réchauffer,
- ne pas fumer,
- ne pas ôter les chaussures (risque de ne pas pouvoir les remettre si le raid n'est pas terminé).
En cas de lésions plus avancées (douleur, doigt « mort », œdème, nécrose), l’évacuation vers un centre spécialisé est une urgence.

Moyens de déplacement.
Les voyages dans les régions polaires se font souvent en bateau de croisière. Les risques, liés surtout au confinement en espace clos, sont (quelle que soit la latitude) de toutes les affections contagieuses, respiratoires, alimentaires…
Il y a en général, et bien que la législation maritime soit floue à ce sujet, un médecin à bord (dont les consultations ne sont pas comprises dans le prix du voyage). Il est important de se faire préciser tout cela avant le départ.

4. Pays et climat

Climat et Informations régionales

Climat du Svalbard
L’été connaît une faible amplitude thermique. Du fait de l’absence de nuit, la température est beaucoup plus stable.
Sur la côte ouest, partie la plus douce, la moyenne est d’environ 5°C avec des valeurs variant entre 1°C et 10°C. Le maximum enregistré est de 17°C. Il est courant d’observer de courtes périodes de gel en plein été.
Les précipitations sont peu abondantes, environ 40mm par an sur la côte ouest et un peu moins à l’intérieur de l’archipel. La saison la plus humide est l’automne. Avec des valeurs pourtant basses par rapport aux pays tempérés, le Svalbard est une des régions arctiques les plus humides.
En raison de la latitude du Svalbard, l’alternance jour/nuit n’est pas la même que sous nos latitudes. En été le soleil est en permanence au-dessus de l’horizon alors qu’en hiver la nuit est continuelle. Le passage du jour à la nuit est d’autant plus rapide que la latitude est élevée. Le tableau ci-après donne les dates clés pour la latitude de Longyearbyen (78°) et au nord du Spitzberg (80°).

Les glaces du Svalbard
60% de l’archipel sont recouverts de glaciers. Les plus grandes calottes polaires se trouvent dans le nord-est, particulièrement sur Norsaustlandet. Alors que l’île la plus au nord (Kvitøya) est totalement recouverte de glace, la plus au sud (Bjørnøya) est dépourvue de glaciers. Les régions les moins glacées du Spitzberg sont le Nordenskiöld Land (près de Longyearbyen) et Andree Land au nord. Ce sont les zones au climat plus continental, c’est-à-dire moins humide et plus ensoleillé.
Depuis le XIXe siècle, la plupart des glaciers ont nettement reculé. De grandes moraines marquent leur extension maximale nettement au-delà de leur front actuel. En général, ces variations sont de bons indices du climat. Au Svalbard, les glaciers peuvent brusquement avancer de plusieurs kilomètres à raison de 30 à 40m par jour, puis se stabiliser et rester immobiles pendant des années. Ce phénomène qui reste mal connu et difficilement expliqué, s’appelle "surge". Récemment les glaciers ont reculé, ce qui occasionne des erreurs sur les cartes actuelles qui placent le front en avant de sa position actuelle. Leur position est donc à prendre avec une certaine réserve.
Les glaciers se terminant dans la mer génèrent des icebergs. Ils sont beaucoup plus petits au Svalbard que ceux que l’on rencontre au Groenland ou en Antarctique. La banquise a son extension maximale en avril. En moyenne l’ensemble de l’archipel, excepté Bjørnøya au sud, est bloqué par la glace en hiver. Sur la côte ouest, seule une faible largeur (environ 50 km) est recouverte mais le nord-ouest est souvent dégagé, même en hiver. En août, la banquise a son extension minimale. Les conditions de glace sont variables d’une année sur l’autre et d’une période à l’autre. Il suffit d’un coup de vent pour chasser la glace au large ou au contraire bloquer une partie de la côte.

La faune du Svalbard
Il y existe trois espèces de mammifères originaires du Svalbard : le renard arctique, le renne du Svalbard et l’ours polaire.
Le renard se trouve partout au Svalbard. Le renne, bien représenté à l’origine, a été chassé massivement jusqu’en 1920. En 1925 une protection totale a été décidée. L’ours a pour territoire la glace mouvante mais on le rencontre souvent sur la terre ferme en hiver.
La chasse a été réglementée en 1970 puis totalement interdite en 1976. On croise des ours blancs sur tout l’archipel, notamment le long des côtes orientales et septentrionales. Un ours affamé peut être agressif et dangereux pour les êtres humains. Soyez donc circonspects lors de vos randonnées pédestres. Une arme est obligatoire lors des excursions.

En mer, on croise surtout des phoques annelés (son nom vient des dessins en forme d’anneaux qu’il porte sur le dos), appelés aussi phoques marbrés. Le phoque barbu, beaucoup plus grand (200 à 300 kg pour près de 3m de long) n’est pas très sauvage et se laisse facilement approcher. Le morse avait presque disparu dans les années 50 jusqu’à ce que le gouvernement norvégien décide de sa protection. Il a réinvesti le nord de l’archipel autour de l’île de Moffen et dans le goulet entre le Spitzberg et l’île du Roi Charles.

Les oiseaux sont particulièrement bien représentés en quantité et en variété. Le lagopède réside toute l’année au Svalbard. À l’approche de l’été, des millions d’oiseaux viennent nicher. On peut citer : le guillemot de Brünnich et le guillemot à miroir, le mergule nain, le macareux moine, la mouette tridactyle, le goéland sénateur, la sterne arctique (l’oiseau qui fait la plus grande migration puisqu’on la retrouve en Antarctique), le labbe parasite, le pétrel fulmar, l’eider à duvet, la bernache nonnette, l’oie à bec court, le bruant des neiges, le plongeon catmarin, le bécasseau violet, le phalarope à bec étroit...

Pour notre bonheur, les moustiques n’ont pas envahi le Svalbard.


La flore du Svalbard
En raison du sous-sol gelé en permanence, l’eau ne peut s’infiltrer, ce qui donne un sol souvent marécageux, surtout en zone plane. La saison de dégel ne dure que de 6 à 10 semaines. Dans ces conditions, aucun arbre, au sens où nous le connaissons, ne pousse. Mais ils se sont adaptés au climat. Le saule arctique et le bouleau nain ne mesurent que quelques centimètres de haut, de même que l’ensemble de la végétation qui reste au ras du sol pour se protéger du vent et profiter au maximum des rayons du soleil. Les zones les plus prisées par la végétation sont les éboulis au pied des falaises où nichent les oiseaux. Les déjections y apportent de la matière nutritive favorable au développement des mousses et des lichens. C’est un signe repérable pour localiser les colonies. La région centrale du Spitzberg représente à elle seule 75% des 170 espèces présentes. Il est interdit de prélever, cueillir ou détruire toute végétation. De plus, il faut se déplacer avec beaucoup de précaution sur cette végétation fragile car elle met de nombreuses années à pousser.

Climat

L’archipel connait une période de nuit permanente (de mi-novembre à début février, pour la latitude de Longyearbyen) et une période de jour permanent (de mi-avril à fin août, pour la même latitude). L’été (de juin à août), les variations de température sont peu importantes, avec une moyenne de 5° sur la côte ouest, qui est la partie la plus tempérée. Des pointes à 20° y ont été enregistrées. On peut toutefois avoir de courtes périodes de gel en été, comme des périodes de dégel en hiver. Pendant les froidures, les températures peuvent, exceptionnellement, descendre sous -40°. Les pluies sont peu abondantes (400 mm par an sur la côte ouest). L’automne (septembre et octobre) est la saison la plus arrosée.

Géographie

L’archipel du Svalbard, dans l’océan Arctique, s’étend du 76e au 81e parallèle, à 1 000 km environ du pôle nord. « Spitzberg » est désormais le nom de l’île principale, à l’ouest, mais désignait autrefois l’ensemble de l’archipel : « montagne pointue ». Nordaustlandet, au nord-est, Edgeoya et Barentsoya, à l’est, sont également des îles importantes. Elles sont partiellement couvertes de glaciers. L’Austfonna, sur Nordaustlandet, est la deuxième calotte glaciaire d’Europe : 8 120 km². Les glaciers couvrent environ 60% de l’ensemble. Ils sont en recul depuis le XIXe siècle, mais demeurent susceptibles d’avancées spectaculaires. De larges moraines marquent les zones de rétraction. Des fjords profonds pénètrent l’intérieur du pays (Wijdefjorden, 108 km ; Isfjorden, 107 km…). La banquise a sa pleine extension en avril, ne laissant que peu d’eaux libres ; août voit son extension minimale. La dérive nord-atlantique (courant chaud, dans le prolongement du Gulf Stream) tempère le climat arctique.

5. Tourisme responsable

Protection des sites

Protection des Vestiges Culturels.
Ils peuvent être divisés en 3 catégories principales :
- les traces laissées au XVIIe siècle par la pêche aux baleines.
- les restes de l’activité des trappeurs.
- les vestiges des premières activités industrielles au Svalbard.
On trouve de même les traces des opérations de guerre dans l’archipel.

Protection de L’environnement
L’environnement du Svalbard est vulnérable. La vie animale et végétale se sont adaptées aux dures conditions des régions arctiques. Même de petites interventions humaines peuvent avoir de graves conséquences pour le fragile équilibre écologique. C’est pourquoi il est essentiel que les visiteurs connaissent les règles de déplacement sur l’archipel et qu’ils les respectent.
Il a été créé 3 parcs nationaux, 3 réserves naturelles, 15 réserves d’oiseaux et 3 régions de protection des plantes.
Dans les parcs nationaux et les réserves, il est interdit d’utiliser des véhicules tout terrain ou d’atterrir avec avion ou hélicoptère, sans autorisation préalable du gouverneur. Tout déplacement à l’intérieur d’une limite de 300 mètres autour des réserves d’oiseaux est interdite. Vous devez être très respectueux des zones de nidification. Ne pas jeter vos mégots de cigarettes… les boîtes de pellicules peuvent être une solution comme cendrier portable individuel !
Ne pas laisser de graffitis sur les roches ou les bâtiments. Ne pas collecter ou emporter de spécimens biologiques ou géologiques, telles que des roches, des ossements, des œufs, des fossiles ou des restes des habitations anciennes.

En route vers une belle planète... Un trajet collectif

Et n'oubliez pas qu'un geste pour la planète commence dès le début du voyage : pensez au covoiturage pour vos pré-acheminements ! Une façon conviviale de diminuer votre consommation de CO2 et votre budget transport.

Nous avons sélectionné ce site pour vous, accrédité par ATR (Association pour un Tourisme Responsable) : Blablacar

6. Bibliographie

La librairie Terdav

Guides et cartes sont disponibles dans la Librairie de Voyageurs du Monde située au 48 rue Sainte-Anne 75002 Paris

Bibliographie

Gérard Bodineau, Spitzberg, l’archipel du Svalbard. Paris, 2002, Guides GNGL.

Marion Rémy, Sur les traces de l’ours polaire, Paris, 1999, Nanouk Communication.

Nathalie Thibault, Faune et Flore du Grand Nord, Paris, 1999, Guides GNGL.

Michel Fahrenbach, Gille Dawidowicz, Rémy Marion.
Aurores Boréales et australes, GNGL Productions, Pôles d’images.

Vsevolod Romanovskiy , Le Spitzberg et les baleiniers basques, Édition Atlantica.

Willem Bareentz, Prisonniers des glaces (1594-1595), Édition Chandeigne.

Anne Steinlein, Carnet de dessins et d’aquarelles rapportés d’une navigation à bord du Noorderlicht, Éditions Reflets d’ailleurs.

Privatisation du voyage

Envie de partir en famille ou avec vos amis aux dates que vous souhaitez ?

Nous pouvons privatiser ce voyage pour un groupe à partir de 4 personnes. Faites-nous une demande de devis. Un conseiller Terres d’Aventure vous contactera ensuite pour discuter ensemble de votre projet et vous établira un devis personnalisé.