Périodes de départ et prix

Du Au Prix adulte Départ assuré à partir de S'inscrire / Poser une option

25/08/2019

02/09/2019

5100 € Assuré

Ces tarifs sont valables pour des départs de Paris. Des départs d'autres villes sont possibles, n'hésitez pas à nous en faire la demande. Les prix indiqués ne sont valables que pour certaines classes de réservation sur les compagnies aériennes qui desservent cette destination. Ils sont donc susceptibles d'être modifiés en cas d'indisponibilité de places dans ces classes au moment de la réservation.

Le prix comprend

Le transport aérien depuis Paris, la pension complète à bord du bateau (hors boissons) et l'hébergement en cabine quadruple, 1 nuit d'hôtel en Norvège.

Le prix ne comprend pas

Les assurances, les frais d’inscription, les transferts, le supplément pour une cabine de catégorie supérieure, les repas lors des journées libres, les dépenses personnelles et les pourboires.

Complément d'information tarifaire

Le prix affiché indique celui d'une place en cabine quadruple à bord du Plancius.
Prix par personne en Paris/Paris selon la catégorie de cabine choisie :

Cabine quadruple : 5100€
Cabine triple : 5900€
Cabine double avec hublot : 6400€
Cabine double avec fenêtre : 6900€
Cabine double Deluxe : 7300€
Cabine double Supérieure : 7900€

Supplément single : nous consulter.

Idées associées

Ours polaire, Bateaux d’expédition.

Privatisation

Jour par jour

Jour 1 : Départ pour le Spitzberg

Vol à destination de la Norvège.

  • Hébergement : en hôtel

Jour 2 : Longyearbyen

Arrivée à Longyearbyen, capitale administrative de l'archipel du Spitzberg. Temps libre durant lequel nous aurons l'opportunité de faire un tour dans cette ancienne cité minière et découvrir notamment l'église paroissiale et le musée polaire. Embarquement au port de Longyearbyen, entre 16h et 17h.

  • Hébergement : en bateau

Jour 3 : Raudfjord, le fjord rouge

Cap sur le Raudfjord (le fjord rouge en français) doit son nom à la couleur du grès qui compose sa rive orientale. Sur les rives du fjord, vous aurez peut-être l'occasion d'observer la faune : phoques annelés et phoques barbus, et la flore : lichen, mousse, algues. Vous pourrez également observer les oiseaux marins qui ont pour habitude de nicher dans les falaises. Gardez un œil particulièrement attentif, l’ours polaire est un habitué des lieux.

  • Hébergement : en bateau

Jour 4 : Liefdefjorden et glacier Monaco

Selon les conditions de glace, nous remontons le Liefdefjorden pour longer l’impressionnant front glaciaire de Monaco, long de plus de 5 km. Vous pourrez admirer le ballet des oiseaux marins qui viennent se nourrir dans les eaux froides du glacier, et vous aurez sans doute l'occasion d’apercevoir un ours polaire au pied du glacier, son terrain de chasse.

  • Hébergement : en bateau

Jour 5 : Le passage Beverley et le Rijpfjord

Nous traversons le bras de mer Beverley qui nous permet d'approcher des côtes de l'île du Nord-Est : Nordaustlandet. Cabotage le long de la côte nord, et navigation dans le Rijpfjord, connu pour ses nombreux chemins de randonnée. Si la météo nous le permet, débarquement et randonnée en groupes avec vos guides.

  • Hébergement : en bateau

Jours 6 et 7 : Cap vers le 82e parallèle nord

Nous prenons la direction du nord vers Phippsøya, l'île principale de l'archipel des Sept Îles et point septentrional du Svalbard. Situé au niveau du 80ème parallèle nord (870km du pôle Nord géographique). Nous aurons peut-être l'opportunité d'observer des morses et des ours. Puis dans l'après-midi, nous nous dirigeons vers le nord-ouest de l'archipel pour aller effleurer le 82ème parallèle nord : il n'est pas impossible de rencontrer des baleines boréale en chemin.
Nous poursuivons notre navigation vers l'ouest avant de redescendre vers Longyearbyen. A 70km des côtes, nous naviguons au bord des plaques continentales, une zone de convergence où les eaux froides sont riches en nutriments et attirent les rorquals communs.

  • Hébergement : en bateau

Jour 8 : Forlandsundet et sa faune

Nous poursuivons notre navigation dans le passage du Forlandsundet, où nous aurons la possibilité d'observer des morses, puis nous pourrons poursuivre notre route dans le fjord St Jean, ou à l’embouchure de l’Isfjord où nous aurons la possibilité de débarquer à Alkhornet ; des milliers d’oiseaux y vivent, tout comme le renard arctique et des troupeaux de rennes, attirés par une végétation généreuse.

  • Hébergement : en bateau

Jour 9 : Longyearbyen

Débarquement à Longyearbyen et vol retour vers la France.

Fiche technique

1. Détail du voyage

Activités

Navigation,
Observation animalière,
Randonnée

Environnement

Terres Polaires

Itinérance

Itinérant

Niveau du circuit

Niveau physique :
Découverte des activités. Balade de quelques heures. Accessible à tous


> Bien choisir le niveau de votre voyage

Nombre de participants

De 1 à 114 participants

Caractéristiques du circuit

Durant le séjour, les navigations seront de courte durée et nous allons privilégier les débarquements quotidiens, sans difficulté particulière. En fonction des conditions météorologiques une ou deux journées pourront être consacrées à de la navigation en haute mer.
Nous insistons néanmoins sur le caractère "expédition" d’un tel séjour. Nous orientons ce voyage sur la visite des sites historiques, la rencontre avec la faune et dans une moindre mesure, la visite de stations scientifiques.

Hébergement

A bord du M/v Plancius
Le bateau a été construit en 1976, pour servir en tant que navire de recherche océanographique à l’usage de la Marine royale hollandaise. Depuis décembre 2006, il appartient à la flotte de la compagnie hollandaise Oceanwide Expeditions. Il a été entièrement réaménagé en 2009, de façon à pouvoir offrir des navigations expéditions en région polaire. Il peut accueillir 114 passagers, suivant la réglementation SOLAS (Safety Of Life At Sea). Le Plancius est classé glace et enregistré à la Lloyd’s, sous pavillon hollandais.

Longueur : 89m
Largeur : 14,50m
Tirant d’eau : 5m
Classification glace : 1 D
Déplacement : 3434 tonnes
Moteurs : 3 x diesel-électrique
Vitesse : 10/12 nœuds maxi

Le navire offre des conditions d’hébergement très confortables : toilettes et salle de bains dans chaque cabine, 2 couchettes basses pour les cabines doubles. Une double échelle de coupée permet une bonne fluidité des embarquements à bord de la flotte de 10 bateaux pneumatiques.

Capacité : 114 passagers, en 53 cabines.
Équipage : 45 membres d’équipage, incluant 7 guides-naturalistes, 1 chef d’expédition et 1 médecin.

Toutes les cabines offrent une vue extérieure (hublot ou fenêtre).
6 catégories de cabine disponibles :
- cabine quadruple, hublot (pont 2) avec 2x2 couchettes superposées. Superficie 15m².
- cabine triple, hublot (pont 2) avec 2 couchettes superposées, 1 couchette basse. Superficie 15m².
- cabine double, hublot (pont 3) avec 2 couchettes basses. Superficie 15m².
- cabine double, fenêtre (pont 4) avec 2 couchettes basses. Superficie 15m².
- cabine Deluxe (cabines 401 & 402, pont 4), avec 2 couchettes basses, 2 fenêtres (une fenêtre latérale et une fenêtre donnant sur l'arrière). Superficie 15m².
- cabine supérieures, fenêtre, avec 1 lit double et 1 sofa lit (ponts 5 & 6). Superficie 21m².
La literie et le linge de toilette sont fournis, ainsi qu'un sèche-cheveux.
Prises électriques européennes.
Pas de coffre-fort dans les cabines mais vous pouvez remettre vos objets personnels au maître d'hôtel qui les rangera dans le coffre-fort du bateau.
Les plans de pont de nos navires expédition sont disponibles sur notre site, n'hésitez pas à les consulter pour choisir votre cabine.

A bord, la vie est conviviale, dans l’esprit des bateaux d’expéditions, loin des soirées de gala et des décors des grands paquebots de croisière. Le bar et le salon d'observation, lieux de rencontres et de discussions quasi interminables, sont ouverts en permanence. Le salon d'observation et les ponts extérieurs permettent une vue imprenable sur les alentours et l’accès à la passerelle est autorisé à condition de ne pas perturber les officiers de quart.

La taille réduite du bateau donne une grande souplesse d’organisation des journées. Lors des navigations, des conférences sur des sujets liés aux pôles (faune, glaces, histoire, géologie, etc.) sont organisées. Le salon d'observation et le restaurant équipés d'écrans plats, se transforment en salles de conférence.

Un bateau respectueux de l'environnement :
- Shampoing et savon biodégradables dans les cabines.
- Le détergent utilisé est décliné "gamme verte" selon la certification européenne.
- Les polos en vente à la boutique sont 100% recyclables.
- Lampes basse consommation dans toutes les cabines et hôtellerie.
Prévention de la pollution par les déchets.

L’équipage s’engage à strictement respecter la réglementation SOLAS et MARPOL (Marine Pollution Prevention) :
- Aucun déchet n’est rejeté à la mer.
- Le bateau est équipé d’un grand réservoir d’eaux usées et aucun rejet liquide n’est effectué à proximité des côtes, notamment en Arctique et Antarctique.
- Les ordures ménagères ne sont pas brûlées dans un incinérateur mais conservées dans une chambre froide, avant d’être débarquées à terre, dans les infrastructures portuaires adéquates.
- La peinture de coque, avec durcisseur, a une durée de vie plus longue et permet d’utiliser moins de peinture.
- Aucune boue, vidange n’est effectuée en mer. Les eaux noires sont stockées dans des réservoirs spéciaux en attendant de pouvoir les débarquer dans des ports à l'infrastructure suffisante.
- "Plancius" est équipé de moteurs électriques, ce qui permet une plus grande flexibilité sur le nombre de moteurs en utilisation, moins de consommation et donc moins de rejet dans l’air.
- Le bateau consomme du MGO (marine gas-oil) fuel plus léger, réduisant la pollution par les gaz d’échappement.

Nourriture

Pension complète à bord du bateau (hors boissons). Les repas sont servis dans la salle de restaurant du bateau avec petit déjeuner et déjeuner sous forme de buffet. Pour le dîner, service à table avec choix du plat principal.

Service de bar : jus de fruits, boissons non alcoolisées, bières et une sélection de vins et de liqueurs. Vous n’êtes pas autorisé à amener des boissons alcoolisées à bord.

Vous êtes accueilli sur un bateau hollandais. Le chef prépare une cuisine internationale avec des repas copieux et variés. A tout moment, il est possible de se servir gratuitement de thé, café, tisanes, soupes et eau minérale.

Encadrement

Anglophone.

Transports aériens

A noter : dans le cas où le bateau aurait du retard, en raison des conditions de navigation ou de météo, les frais occasionnés par ce retard seraient à la charge du voyageur.
Pour les départs de province, prévoir des billets d'avion (et de train) modifiables et avec une marge de temps suffisante.

Informations pratiques

Les horaires : le Svalbard se trouve sur le fuseau horaire que le reste de la Norvège, identique à celui de la France.

2. Equipement

Vêtements

Le choix vestimentaire pour les climats froids demeure très personnel. Il dépend de votre adaptabilité et de votre sensibilité au froid. Pour votre confort et sécurité, évitez d’être mouillé (que ce soit par la transpiration, la pluie, des bottes inadaptées ou des embruns). Apportez des vêtements protégeant de l’eau et du vent. Évitez les vêtements trop serrés qui ne laissent plus de place pour l’air : l’air est un très bon isolant thermique. La laine, la soie et les fibres synthétiques comme la fibre polaire retiennent mieux la chaleur que le coton.
Le secret pour rester bien couvert est le "principe des 3 couches". Autrement dit, il vaut mieux porter plusieurs couches légères qu’une seule importante : vous pouvez enlever une de ces couches si vous avez trop chaud ou en remettre une si vous avez froid.
La couche la plus importante est l’externe, qui doit être résistante à l’eau et au vent car un petit vent de 6 km/h peut entraîner une déperdition de chaleur huit fois plus importante que sans vent ! Un dicton habituel dans l’Arctique : "Il n’y a rien d’aussi mauvais que le mauvais temps, sauf d’être mal habillé !".
La chaleur corporelle est plus facilement perdue par les parties du corps qui ont beaucoup de surface mais peu de masse : les extrémités. Gardez-les à la chaleur et au sec. Pour les mains, les moufles sont préférables aux gants. Si le reste de votre corps est couvert, vous pouvez néanmoins perdre 90% de la chaleur par la tête. Assurez-vous de porter un bonnet, un passe-montagne ou une cagoule. Ils peuvent être abaissés afin de protéger vos oreilles, le front, le cou et le menton. Le cou a également besoin de protection par une écharpe.

Lorsque vous préparez votre sac, n’emportez pas trop de vêtements ou d’équipements. Sélectionnez ce qui est essentiel pour votre voyage, incluant :

- Une veste imperméable munie d’une capuche. Le Gore-tex ou les vestes de marin sont idéales bien qu’il soit possible de trouver des tenues étanches moins chères. La veste étanche est la couche de vêtements la plus importante.

- Un pantalon chaud. Un pantalon robuste sera porté entre vos sous-vêtements et le pantalon imperméable. Une paire de jeans et un pantalon de velours conviennent bien pour des excursions ou pour porter à bord du bateau.

- Un pantalon imperméable est essentiel pour votre confort : il garde vos sous- vêtements secs et chauds. Le Gore-tex et les tissus similaires sont résistants à l’eau et respirants.

- Sous-vêtements : la soie ou le polypropylène sont fortement recommandés, ils vous gardent au chaud sans surpoids. Des sweat-shirts en polaire de poids moyen sont recommandés.

- Moufles et gants. Garder ses mains au chaud et au sec est important. Des gants fins en polypropylène peuvent être portés sous des moufles. Vous pouvez donc retirer les moufles lorsque vous prenez des photos et être toujours protégé du froid.

- Un bonnet chaud et une écharpe protègent les oreilles.

- Des chaussettes robustes, de grandes chaussettes en laine sur une paire plus fine en soie, polypropylène ou coton/laine permet l’isolation des pieds. Apportez plusieurs paires, sachant que vous aurez inévitablement les pieds mouillés par la transpiration ou si vous mettez malencontreusement un pied dans l’eau.

- Une paire de bottes en caoutchouc complètement étanche, rigide et antidérapante est essentielle pour les accostages, obligatoire. Vous pouvez descendre du bateau pneumatique dans des endroits où il y a jusqu’à plusieurs centimètres d’eau glacée.
Les bottes doivent couvrir le mollet (bottes de chasse, de pêche recommandées).
Les bottes sont prêtées à bord. Votre pointure vous sera demandée avant le départ.

- Une paire de chaussures de randonnée ou de marche (facultatif), les balades se faisant principalement sur du terrain inégal, très souvent rocailleux et/ou spongieux. N’apportez pas des chaussures trop lourdes.

3. Formalités et santé

Formalités spécifiques

Vous devez vous munir d’un passeport en cours de validité (pour les ressortissants de l'UE).

Passeport

Passeport valide pour les ressortissants de l’Union Européenne. Pour les autres nationalités, nous sommes à votre disposition pour vous accompagner dans vos démarches.

Si vous voyagez avec vos enfants, sachez que, dorénavant, les mineurs, quel que soit leur âge, doivent eux aussi avoir un passeport individuel. La législation française stipule que les mineurs voyageant avec leurs deux parents, ou un seul des deux, n'ont pas besoin d'être en possession d'une autorisation de sortie du territoire. En revanche, ce document est obligatoire (depuis le 15 janvier 2017) si cette condition d'accompagnement n'est pas remplie. Dans ce dernier cas, l'enfant devra présenter : passeport (ou carte d'identité, selon les exigences du pays de destination) ; le formulaire d’autorisation de sortie du territoire, signé par l'un des parents titulaires de l'autorité parentale (le formulaire d’autorisation de sortie du territoire est accessible sur le site www.service-public.fr) ; une photocopie du titre d'identité du parent signataire.
Si l’enfant, voyageant, est accompagné d’un parent portant un autre nom que le sien, il devra être muni d’un document (livret de famille) prouvant la filiation.

De nouvelles mesures de sécurité sont entrées en vigueur dans les aéroports : les appareils électroniques (smartphones, tablettes, portables…) doivent être chargés et en état de fonctionnement pour tous les vols allant ou passant par les Etats-Unis et Londres. Les agents de contrôle doivent pouvoir les allumer. Par précaution, ayez votre chargeur à portée de main. Si votre appareil est déchargé ou défectueux, il sera confisqué. Cette mesure étant susceptible d’être étendue à d’autres aéroports, nous vous conseillons de charger vos appareils électroniques avant le vol quelle que soit votre destination.

Visa

Pas de visa pour les ressortissants de l’Union Européenne. Pour les autres nationalités, nous sommes à votre disposition pour vous accompagner dans vos démarches.

Vaccins Obligatoires

Aucune vaccination obligatoire.

Vaccins Conseillés

Comme partout, il est important d'être immunisé contre :
- diphtérie ;
- tétanos (complication possible de gelures graves) ;
- poliomyélite ;
- coqueluche (dont la réapparition chez les adultes, même en France, justifie la vaccination pour tout voyage) ;
- hépatite B (maladie sexuellement transmissible) ;
- hépatite A (maladie transmise par l'alimentation) ;
- éventuellement contre la rage, pour des séjours plus longs et rustiques que les voyages touristiques ordinaires.

Autres risques

Ils sont, bien sûr, très différents en fonction des conditions du voyage (durée, hébergement, déplacement) et peuvent être dus : à la région elle-même ; aux conditions climatiques parfois extrêmes ; aux moyens de déplacement utilisés sur place.

La région.
Si, l’hiver, la circulation des microbes et des virus se fait plus difficilement que dans les zones tempérées ou chaudes, l’été, leur transmission d'homme à homme, de l'animal à l'homme ou des aliments à l'homme est un risque non négligeable. Risque, en particulier, de toxi-infections alimentaires dues aux viandes de chasse, aux aliments contaminés par des déjections d'animaux sauvages ou par leur mauvaise conservation à bord des bateaux de croisières.

Les conditions climatiques.
L'extrême rigueur des hivers péri-polaires représente un risque lors de raids à ski, en raquettes, en traîneau ou à motoneige, plus que lors de confortables croisières.
Une bonne information avant le voyage, permettra d'éviter les gelures graves.
En cas d'onglée ou d'engourdissement, il faut :
- boire abondamment,
- réchauffer,
- ne pas fumer,
- ne pas ôter les chaussures (risque de ne pas pouvoir les remettre si le raid n'est pas terminé).
En cas de lésions plus avancées (douleur, doigt « mort », œdème, nécrose), l’évacuation vers un centre spécialisé est une urgence.

Moyens de déplacement.
Les voyages dans les régions polaires se font souvent en bateau de croisière. Les risques, liés surtout au confinement en espace clos, sont (quelle que soit la latitude) de toutes les affections contagieuses, respiratoires, alimentaires…
Il y a en général, et bien que la législation maritime soit floue à ce sujet, un médecin à bord (dont les consultations ne sont pas comprises dans le prix du voyage). Il est important de se faire préciser tout cela avant le départ.

4. Pays et climat

Climat et Informations régionales

Grâce au courant chaud du Gulf Stream, la côte jouit d’un climat doux pour ces latitudes ; l’hiver, le froid est toujours plus vif dans l’intérieur. Les précipitations sont fréquentes toute l’année (neigeuses l’hiver, spécialement au nord). La meilleure saison pour visiter l’ouest est l’été ; il est, en revanche, chaud au centre et à l’est. Ski de fond possible tout l’hiver dans le sud ; à partir de mars-avril au nord (froid moindre, jour suffisant). L’extrême nord connait une période de nuit permanente de fin novembre à fin janvier, et une période de jour permanent de mai à fin juillet.

Climat
L’été connaît une faible amplitude thermique. Du fait de l’absence de nuit, la température est beaucoup plus stable.
Sur la côte ouest, partie la plus douce, la moyenne est d’environ 5°C avec des valeurs variant entre 1° et 10°C. Le maximum enregistré est de 17°C. Il est courant d’observer de courtes périodes de gel en plein été.
Les précipitations sont peu abondantes, environ 40mm par an sur la côte ouest et un peu moins à l’intérieur de l’archipel. La saison la plus humide est l’automne. Avec des valeurs pourtant basses par rapport aux pays tempérés, le Svalbard est une des régions arctiques les plus humides.
En raison de la latitude du Svalbard, l’alternance jour/nuit n’est pas la même que sous nos latitudes. En été le soleil est en permanence au-dessus de l’horizon alors qu’en hiver la nuit est continuelle. Le passage du jour à la nuit est d’autant plus rapide que la latitude est élevée. Le tableau ci-après donne les dates clés pour la latitude de Longyearbyen (78°) et au nord du Spitzberg (80°).

Les glaces
60% de l’archipel sont recouverts de glaciers. Les plus grandes calottes polaires se trouvent dans le nord-est, particulièrement sur Norsaustlandet. Alors que l’île la plus au nord (Kvitøya) est totalement recouverte de glace, la plus au sud (Bjørnøya) est dépourvue de glaciers. Les régions les moins glacées du Spitzberg sont le Nordenskiöld Land (près de Longyearbyen) et Andree Land au nord. Ce sont les zones au climat plus continental, c’est-à-dire moins humide et plus ensoleillé.
Depuis le XIXe siècle, la plupart des glaciers ont nettement reculé. De grandes moraines marquent leur extension maximale nettement au-delà de leur front actuel. En général, ces variations sont de bons indices du climat. Au Svalbard, les glaciers peuvent brusquement avancer de plusieurs kilomètres à raison de 30 à 40m par jour, puis se stabiliser et rester immobiles pendant des années. Ce phénomène qui reste mal connu et difficilement expliqué, s’appelle "surge". Récemment les glaciers ont reculé, ce qui occasionne des erreurs sur les cartes actuelles qui placent le front en avant de sa position actuelle. Leur position est donc à prendre avec une certaine réserve.
Les glaciers se terminant dans la mer génèrent des icebergs. Ils sont beaucoup plus petits au Svalbard que ceux que l’on rencontre au Groenland ou en Antarctique. La banquise a son extension maximale en avril. En moyenne l’ensemble de l’archipel, excepté Bjørnøya au sud, est bloqué par la glace en hiver. Sur la côte ouest, seule une faible largeur (environ 50 km) est recouverte mais le nord-ouest est souvent dégagé, même en hiver. En août, la banquise est à son minima. Les conditions de glace sont variables d’une année sur l’autre et d’une période à l’autre. Il suffit d’un coup de vent pour chasser la glace au large ou au contraire bloquer une partie de la côte.

La faune
Il y existe trois espèces de mammifères originaires du Svalbard : le renard arctique, le renne du Svalbard et l’ours polaire.
Le renard se trouve partout au Svalbard. Le renne, bien représenté à l’origine, a été chassé massivement jusqu’en 1920. En 1925 une protection totale a été décidée. L’ours a pour territoire la glace mouvante mais on le rencontre souvent sur la terre ferme en hiver.
La chasse a été réglementée en 1970 puis totalement interdite en 1976. On croise des ours blancs sur tout l’archipel, notamment le long des côtes orientales et septentrionales. Un ours affamé peut être agressif et dangereux pour les êtres humains. Soyez donc circonspects lors de vos randonnées pédestres. Une arme est obligatoire lors des excursions.

En mer, on croise surtout des phoques annelés (leur nom vient des dessins en forme d’anneaux qu’ils portent sur le dos), appelés aussi phoques marbrés. Le phoque barbu, beaucoup plus grand (200 à 300 kg pour près de 3m de long) n’est pas très sauvage et se laisse facilement approcher. Le morse avait presque disparu dans les années 50 jusqu’à ce que le gouvernement norvégien décide de sa protection. Il a réinvesti le nord de l’archipel autour de l’île de Moffen et dans le goulet entre le Spitzberg et l’île du Roi Charles.

Le Spitzberg est parfois surnommé "Galápagos de l'Arctique" tant la densité d'oiseaux est importante. Beaucoup d'oiseaux de mer viennent s'y reproduire durant le court été arctique. Les oiseaux sont particulièrement bien représentés en quantité et en variété. Le lagopède réside toute l’année au Svalbard. A l’approche de l’été, des millions d’oiseaux viennent nicher. On peut citer : le guillemot de Brünnich et le guillemot à miroir, le mergule nain, le macareux moine, la mouette tridactyle, le goéland sénateur, la sterne arctique (l’oiseau qui fait la plus grande migration puisqu’on la retrouve en Antarctique), le labbe parasite, le pétrel fulmar, l’eider à duvet, la bernache nonnette, l’oie à bec court, le bruant des neiges, le plongeon catmarin, le bécasseau violet, le phalarope à bec étroit...

Pour notre bonheur, les moustiques n’ont pas envahi le Svalbard.

Les cétacés avaient disparu, massacrés par les chasseurs baleiniers du XVIIe siècle. Néanmoins on peut observer des groupes de bélugas le long des côtes et au fond des fjords. Les rorquals, baleines à bosse et même une baleine bleue ont été observés durant l'été 2012 et semblent à nouveau fréquenter les côtes du Svalbard.

La flore
En raison du sous-sol gelé en permanence, l’eau ne peut s’infiltrer, ce qui donne un sol souvent marécageux, surtout en zone plane. La saison de dégel ne dure que de 6 à 10 semaines. Dans ces conditions aucun arbre, au sens ou nous le connaissons, ne pousse. Mais ils se sont adaptés au climat. Le saule arctique et le bouleau nain ne mesurent que quelques centimètres de hauteur, de même que l’ensemble de la végétation qui reste au ras du sol pour se protéger du vent et profiter au maximum des rayons du soleil. Les zones les plus prisées par la végétation sont les éboulis aux pieds des falaises où nichent les oiseaux. Les déjections y apportent de la matière nutritive favorable au développement des mousses et des lichens. C’est un signe repérable pour localiser les colonies. La région centrale du Spitzberg représente à elle seule 75% des 170 espèces présentes. Il est interdit de prélever, cueillir ou détruire toute végétation. De plus il faut se déplacer sur cette végétation fragile avec beaucoup de précaution car elle met de nombreuses années à pousser.

5. Tourisme responsable

Protection des sites

Protection des vestiges culturels
Ils peuvent être divisés en 3 catégories principales :
- les traces laissées au XVIIe siècle par la pêche aux baleines.
- les restes de l’activité des trappeurs.
- les vestiges des premières activités industrielles au Svalbard.
On trouve de même les traces des opérations de guerre dans l’archipel.

Protection de l’environnement
L’environnement du Svalbard est vulnérable. La vie animale et végétale se sont adaptées aux dures conditions des régions arctiques. Même de petites interventions humaines peuvent avoir de graves conséquences pour le fragile équilibre écologique. C’est pourquoi il est essentiel que les visiteurs connaissent les règles de déplacement sur l’archipel et qu’ils les respectent.
Il a été créé 3 parcs nationaux, 3 réserves naturelles, 15 réserves d’oiseaux et 3 régions de protection des plantes.
Dans les parcs nationaux et les réserves, il est interdit d’utiliser des véhicules tout terrain ou d’atterrir en avion ou hélicoptère, sans autorisation préalable du gouverneur. Tout déplacement à l’intérieur d’une limite de 300 mètres autour des réserves d’oiseaux est interdite. Vous devez être très respectueux des zones de nidification. Ne pas jeter vos mégots de cigarettes… les boîtes de pellicules peuvent être une solution comme cendrier portable individuel !
Ne pas laisser de graffitis sur les roches ou les bâtiments. Ne pas collecter ou emporter de spécimens biologiques ou géologiques, tels que des roches, des ossements, des œufs, des fossiles ou des restes des habitations anciennes.

GNGL s'engage à suivre les directives de l'AECO (Association of Arctic Expedition Cruise Operators) pour les visiteurs concernant la préservation de l'environnement et la sécurité au Svalbard. Cette association internationale regroupe les organisateurs de croisières-expéditions dans l'Arctique.

En route vers une belle planète... Un trajet collectif

Et n'oubliez pas qu'un geste pour la planète commence dès le début du voyage : pensez au covoiturage pour vos pré-acheminements ! Une façon conviviale de diminuer votre consommation de CO2 et votre budget transport.

Nous avons sélectionné ce site pour vous, accrédité par ATR (Association pour un Tourisme Responsable) : Blablacar

6. Bibliographie

La librairie Terdav

Guides et cartes sont disponibles dans la Librairie de Voyageurs du Monde située au 48 rue Sainte-Anne 75002 Paris

Bibliographie

Jean Jouzel, Claude Lorius et Dominique Raynaud,
Planète blanche, Ed. Odile Jacob

Gérard Bodineau,
Spitzberg, l’archipel du Svalbard, Guides GNGL

Rémy Marion,
Sur les traces de l’ours polaire, Nanouk Communication

Nathalie Thibault,
Faune et Flore du Grand Nord, Guides GNGL

Michel Fahrenbach, Gilles Dawidowicz, Rémy Marion,
Aurores Boréales et australes, GNGL Productions, Pôles d’images

Vsevolod Romanovskiy,
Le Spitzberg et les baleiniers basques, Atlantica

Willem Bareentz,
Prisonniers des glaces (1594-1595), Chandeigne

Anne Steinlein,
Carnet de dessins et d’aquarelles rapportés d’une navigation à bord du Noorderlicht, éditions Reflets d’ailleurs.

Privatisation du voyage

Envie de partir en famille ou avec vos amis aux dates que vous souhaitez ?

Nous pouvons privatiser ce voyage pour un groupe à partir de 4 personnes. Faites-nous une demande de devis. Un conseiller Terres d’Aventure vous contactera ensuite pour discuter ensemble de votre projet et vous établira un devis personnalisé.