Terre, une invitation au voyage

3 questions à Denis Chambon

Estelle Abecassis
3 questions à Denis Chambon

Denis, Chef de produit Asie-Océanie chez Terres d'Aventure, répond aujourd'hui à nos questions sur la place qu'occupe la nature à Hong Kong.

Denis Chambon

— Terres d'Aventure : Associer Hong Kong et la nature, n'est-ce pas paradoxal ?

Denis Chambon : C’est inattendu, c’est vrai, mais tout à fait pertinent. Hong Kong offre des randonnées et des trails de toute beauté. La plupart des vieux Hongkongais ne les connaissent pas, mais beaucoup de jeunes les découvrent en ce moment : le sport, les activités physiques les attirent, eux qui habitent cette cité symbole de la technologie triomphante. C’est aussi pour eux une manière de se confronter à leur histoire : il y a dans ces lieux naturels et les villages qui les accompagnent une grosse présence de l’ethnie Hakka. On voit des constructions anciennes, datant de 300 ans, bâties à côté de logements modernes. Depuis l’arrivée massive des Han venus de Chine et la colonisation par les Anglais, les coins de nature se sont réduits. Aujourd’hui, ils retrouvent leur place.

— T.A. : Cela suffira-t-il à protéger une nature menacée ?

D.C. : 200 000 personnes arrivent à Hong Kong tous les ans, sur un territoire très réduit de 2 754 kilomètres carrés. Le problème est donc évident : beaucoup de terrains ont déjà été vendus dans les zones naturelles, même s’ils n’ont pas encore été construits. Mais jusqu’à quand ? Cela crée une grande incompréhension entre les gens de la ville et les paysans. Quand j’ai discuté avec des paysans des villages Hakka, j’ai senti beaucoup d’amertume et de colère chez eux. Ces rapports sont basés sur la méconnaissance des uns et des autres, et risquent de s’aggraver encore.

— T.A. : L’État ne bouge pas ?

D.C. : Il y a une réelle prise de conscience des autorités de Hong Kong sur la nécessité de préserver la nature. Comment expliquer autrement que l’eau soit d’une telle qualité avec une activité portuaire aussi importante ? Mais ces voeux pieux risquent de vite se heurter aux demandes de la population.

Retour