Terre, une invitation au voyage

Afrique Australe : le chant de la savane

Sandrine Perrot
Afrique Australe : le chant de la savane

Hors du temps, à la fois organique et minéral, le continent africain a des airs d’oasis. Aux confins de la Namibie et du Botswana, la nature indomptable déploie ses splendeurs comme autant de mirages évoquant le mythe originel.

Sur ces gigantesques terres sauvages, Sandrine et sa famille ont construit leur propre genèse. Récit d’un road trip en tribu au coeur d’un jardin d’Eden.

17 heures. « Camp site » de Divundu, au nord de la Namibie, à 8 000 km de Paris. C’est l’hiver austral, le soleil commence à se coucher, une nuit fraîche s’annonce. L’installation est devenue un rituel de notre voyage. Nous découvrons ce nouveau campement en pleine nature doté d’une cuisine extérieure et de douches avec eau chaude. Seuls dans cet espace luxuriant bordé par l’Okavango River et avec les animaux pour seuls voisins, nous savourons notre chance. Tout le monde s’affaire : Stéphane, le papa, monte les deux tentes sur le toit du 4 x 4, en deux temps trois mouvements. Il faut dire qu’il a pris le coup de main depuis que nous sommes partis il y a dix jours. Ne manquent plus que les échelles pour accéder à notre nid douillet équipé de matelas, oreillers et duvets.

Campement en Namibie

Tom, 8 ans, et Lilou, 11 ans, partent avec leur frontale à la recherche de petit bois, pendant que je prépare la logistique du repas. Le feu a bien pris ce soir, les enfants progressent ! Nous savourons un grand classique familial : pâtes, viande de springbok et fruits sous un ciel clair et étoilé. La fatigue et le froid nous gagnent peu à peu, nous rejoignons nos tentes bercés par le barrissement des éléphants et le grognement des hippopotames. Ce soir, la même question taraude les enfants : verra-t-on un léopard ?

Namibie ou la vie sauvage

Flashback. Arrivée en Afrique australe. Côte atlantique ouest. Windhoek. Le dépaysement est immédiat. Notre petite famille embarque pour un road trip de trois semaines qui nous emmènera de la Namibie au Botswana. Un voyage que nous attendions depuis des années, nourri de nos rêves de liberté, de nature et d’animaux sauvages. À l’aéroport de Windhoek, Nicolas, le partenaire de Terres d’Aventure en Namibie, nous remet les clés du 4x4, notre futur moyen de locomotion et lieu d’habitation, avant de nous briefer : « On ne conduit pas la nuit au risque de percuter un animal. La piste c’est comme le verglas, si on freine brusquement on part dans le décor. » Pas question donc de rouler à plus de 80 km/h. Nicolas nous remet le road book Terres d’Aventure qui sera notre précieux guide, et nous voilà partis !

La Namibie, deuxième pays le moins dense au monde, est un terrain d’aventure immense de 825 000 km2. Il nous faudra chaque jour environ une demi-journée de route pour atteindre la prochaine étape. Les longues sessions en voiture se succèdent, les kilomètres défilent, et pourtant la magie est partout.

Les décors sont à couper le souffle. En pierre, de sable ou de roche, ces grands espaces sont chaque jour surprenants. Nous avons l’impression d’être seuls, sur une autre planète. Les enfants vivent l’aventure intensément. Dans la voiture, ça chante, ça dort, ça lit, ça se dispute et ça crie à la vue du moindre animal. « Un koudou ! », s’exclame Tom, « mais non c’est un springbok », lui répond sa soeur. Les yeux rêveurs, Tom regarde à travers la vitre et repense à la promesse qu’il a faite à ses copains : ramener une photo de léopard.

Sossusvlei, Namibie

5 heures du matin, la sonnerie du réveil nous tire de nos duvets. Lilou, grande dormeuse, nous demande en râlant : « On est en vacances oui ou non ? ». Il fait encore nuit et, toilette de chat oblige, la tribu se prépare, avale un muffin et un jus de fruit. Direction les dunes, à la découverte du plus vieux désert du monde. Une heure plus tard, le jour se lève à peine sur le sable rouge qui s’étend à perte de vue. Lilou, bien réveillée désormais, est emballée. Façonné par le temps et le vent, ce désert né il y a 55 millions d’années offre un spectacle grandiose, surtout pour ceux qui, comme nous, n’ont jamais vu les dunes. Nous grimpons jusqu’à la plus élevée, Big Daddy, qui culmine à 375 m. Tom résume avec humour la situation : « Il faut deux heures pour monter et la récompense c’est la descente qui dure 5 minutes, super ! ». Au sommet, Deadvlei se dévoile. Un désert de sel et d’argile parcouru d’arbres millénaires. Nous savourons à quatre ce souvenir immortel. Puis 3, 2, 1, c’est parti pour la descente en courant !

Dead Vlei, Désert du Namib

La ronde des animaux

Partis vers le nord, nous faisons étape dans des lieux toujours plus impressionnants. À Solitaire, le Bagdad Café namibien, nous dégustons le meilleur apple crumble au monde. À Swakopmund, nous partons en croisière dans le lagon de Walvis Bay, cette fameuse baie qui abrite baleines, pélicans, flamants roses et cormorans. Belle surprise aussi que de découvrir à Pelican Point une colonie d’otaries. Nous arpentons ensuite Spitzkoppe, un paysage lunaire avec son amoncellement rocheux de pics granitiques vieux de plus de 700 millions d’années.

Walvis Bay, Erongo

Nous avons déjà parcouru 2 000 kilomètres lorsque nous arrivons au parc national d’Etosha, réserve classée au patrimoine mondial de l’Unesco où nous nous installons pour trois jours. D’une superficie de 22 000 km2, seul un tiers est accessible aux touristes qui peuvent admirer 114 espèces de mammifères et 340 espèces d’oiseaux.

À l’entrée du parc, les enfants ont du mal à tenir en place : allons-nous voir les Big Five ? Toute la famille est à l’affût. Si les buffles manquent à l’appel, nous repérons rapidement des zèbres, certains traversent même la route devant nous. Ils restent calmes, du moins tant que les lions ne viennent pas les taquiner. Des girafes broutent la cime des arbres. Nous tombons sous le charme des impalas, ces antilopes athlétiques et pleines de grâce. Les éléphants sont bientôt de la partie. Tom, en recherche active de léopards, hurle soudain : « Des lions ! ». Nous apercevons d’abord une lionne blessée à la patte, puis quatre autres fauves qui prennent subitement des zèbres en chasse. Le spectacle est impressionnant. La nuit, nous nous rendons dans les points d’eau du camp où nous avons la chance d’admirer longuement des éléphants et des rhinocéros venus se désaltérer. Nous nous endormons épuisés, la tête remplie d’images. Le chant des animaux, omniprésent, accompagne nos rêves.

Le botswana au fil de l'eau

Le lendemain nous abordons la bande de Caprivi, une langue de terre baignée par l’eau qui offre un paysage beaucoup plus verdoyant. Après quelques formalités, nous voici enfin au Botswana ! Arrivés à Maun nous abandonnons notre 4 x 4, fidèle compagnon durant ces 3 500 km. Un petit avion appelé Cessna nous attend pour un survol du grandiose delta de l’Okavango. Du ciel, nous découvrons, les yeux écarquillés, ce décor vertigineux qui se perd en un labyrinthe de lagunes, de canaux et d’îles. Avec ses 1 300 km2 de long, il s’agit du deuxième plus grand delta après le Nil. La nature est reine, le paysage sauvage, les animaux s’y agitent en miniature. Le bleu du fleuve et le vert de la végétation s’intensifient avec la lumière crue du soleil. Pour la première fois, les enfants restent silencieux.

Delta de l'Okavango, Botswana

Notre avion nous dépose à Chief Island, au coeur de la réserve Moremi. Notre guide, Andy, nous fait découvrir notre camp où un bon petit déjeuner nous attend. Les prochains jours, nous partirons à la découverte du delta en mokoro, une pirogue traditionnelle en bois. En fin connaisseur, Andy qui a grandi près du delta distille ses conseils : « Sur la pirogue vous devez chuchoter et ne pas mettre les mains dans l’eau, les hippopotames sont à quelques mètres et ne doivent pas s’apercevoir de notre présence ». Puis, sur terre, il nous fait découvrir ce monde sauvage en safari à pied.

Nous voilà seuls dans la savane. Il faut avancer en file indienne, derrière Andy, et ne pas faire de bruit. Nous pistons les lions en observant leurs traces. S’ensuit un formidable ballet de zèbres, impalas, babouins, éléphants, oiseaux. Nous sommes totalement immergés dans leur milieu naturel, conscients de vivre un safari unique. La savane chante : les cris des animaux, le vent dans les arbres, le bruit doux des mokoros sur l’eau... Le silence est d’or.

Le soir, au camp, nous admirons le coucher du soleil en profitant d’une dernière surprise. Devant nos tentes, les hippopotames, énormes et tranquilles, se tiennent devant nous à quelques mètres, et berceront notre nuit de leurs mâchouillements et grognements. Notre aventure se termine au Botswana, dans le parc national de Chobe, la plus grande réserve d’éléphants au monde, où nous admirons une dernière fois les animaux dans une végétation verdoyante et humide. Des gnous et des buffles viendront compléter notre contemplation. Sur le chemin du retour, Tom regarde ses photos. Il aimerait que l’aventure se poursuive. Il lui manque son cliché de léopard après tout ! Nous nous promettons de revenir.

Lions, Botswana

Connaissez-vous les Big Five ?

Au début du XXe siècle, le safari, un mot swahili qui signifie « voyage », est devenu célèbre pour décrire les explorations de chasse popularisées par Théodore Roosevelt, Ernest Hemingway et Karen Blixen. La catégorie des Big Five désignait alors les 5 grands animaux les plus dangereux : léopard, éléphant, lion, rhinocéros et buffle, qui finissaient bien souvent empaillés ou en ragoût. Pouvoir cocher cette liste en entier était considéré comme un rite de passage. À la fin des années 1960, la diminution du nombre d’animaux sauvages et la conscience grandissante du péril écologique ont heureusement fait reculer ces pratiques. Aujourd’hui, c’est armé d’un appareil photo que l’on traque ce quintet légendaire qui justifie, à lui seul, un voyage.

Retour