Terre, une invitation au voyage

Rencontre avec Gilles, musher au Québec

Estelle Abecassis
Rencontre avec Gilles, musher au Québec

Gilles, musher au Québec, est notre partenaire local sur nos voyages en traîneau à chiens au cœur de la forêt boréale. Amoureux de son pays, de son métier et de ses chiens, il a répondu avec passion à nos questions. Direction le parc Mahikan, au nord du lac Saint-Jean.

Conduire un traîneau est-il accessible à tous ?

Nous proposons plusieurs aventures en traîneau à chiens au Québec, de la découverte ludique et familiale à l'expédition engagée propice au dépassement de soi. Les possibilités sont immenses et les itinéraires divers, allant de sentiers faciles à des pistes très techniques en passant par du hors piste, à travers les bois, les rivières et les lacs gelés. En soi, conduire un attelage est accessible à toute personne qui a l'envie de découvrir l'activité et de s'impliquer.

Traîneau à chiens dans les forêts du Québec

Quels conseils et consignes donnez-vous aux débutants ?

Pour les personnes désireuses de s'initier à la conduite d'un traîneau à chiens, je leur fais visiter en premier lieu le chenil. Le plus important est de créer un lien avec les chiens et d'avoir envie de partager un moment spécial avec eux. Ensuite, le guide explique les rudiments de la conduite du traîneau et du bon comportement à adopter. Enfin, c'est le moment de préparer les attelages. Nous tenons vraiment à ce que nos visiteurs s'en occupent eux-mêmes, pour que l'initiation soit complète. Il ne s'agit pas uniquement de s'asseoir dans le traîneau et de se laisser glisser ! On leur explique donc comment mettre un harnais, préparer la ligne d'attache, tourner à droite ou à gauche... Le départ est le moment le plus impressionnant : les chiens aboient et sont excités, l'atmosphère est particulière. Nous prenons soin de laisser à tous le temps de se familiariser avec l'attelage.

Parc national des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie

Comment résumez-vous la randonnée en traîneau ?

Tout au long de l'expérience, vous vous familiarisez avec la vie de musher. Vous apprenez à connaître vos chiens et à maîtriser la conduite d'un attelage. L'idée, c'est de former une véritable équipe avec vos compagnons de route. On prend aussi le temps d'observer réellement les paysages, la forêt, sa faune et sa flore. Vous pouvez parfois apercevoir des traces de lièvre, d'écureuil, de renard et même de loup et d'orignal. En fait, vous retrouvez les gestes des coureurs des bois : se déplacer, se nourrir, se chauffer, en harmonie avec la nature. C'est ça, la vie au nord. Le soir, vous êtes hébergés dans notre camp de base, dans un chalet tout confort avec sauna au cœur des bois.

Comment prépare-t-on des chiots à devenir des chiens de traîneau ?

Dans notre parc, nous possédons 70 chiens. Ils portent tous la lettre « K » dans leur nom : Kéops, Aki, Iluk, Baïkal... Nous les récupérons lorsqu'ils ne sont encore que des chiots. Ils sont dans un premier temps sociabilisés avec les humains et avec les autres chiens, en favorisant au maximum le contact et les sorties en liberté. Ensuite lorsque leur âge le permet, on les attelle pour de très courtes sorties avec deux chiens plus expérimentés. Tout le travail d'apprentissage fait en amont est vraiment important pour que les chiots soient habitués au harnais et au tractage.

Parc national des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie

Comment gérez-vous la composition d'un attelage ?

La psychologie des chiens est une composante essentielle. Par exemple, il y a des chiens qui ne sont pas des meneurs et qui n'auront pas envie d'être à l'avant du traîneau. Ils vont passer leur temps à se retourner pour voir ce qui se passe derrière eux, s'emmêler dans la ligne d'attache et compromettre ainsi la randonnée. Par conséquent la dynamique du groupe s'étudie, et il est nécessaire de trouver pour chaque chien la place où il se sentira le plus à l'aise. Pour cette raison, seuls nos guides décident de la composition des attelages, car ils connaissent bien leur caractère et leur comportement en groupe. 

Vous élevez également une meute de loups qu'il est possible d'observer.

Nous offrons effectivement la possibilité d'observer nos trois meutes (loups arctiques, loups gris et louvards) évoluant en semi-liberté dans notre parc. L'idée pour nous, c'est d'être un véritable centre d'observation et non un parc zoologique. Nous avons d'ailleurs obtenu un permis de centre d'observation de la faune émis par la société de la faune et des parcs du Québec. Notre volonté, c'est de montrer les loups dans leur environnement, in situ. Les visiteurs peuvent venir les caresser pendant ce qu'on appelle des visites de contact. Un moment privilégié que beaucoup sollicitent dès lors qu'ils aperçoivent nos 40 loups, alors qu'ils étaient venus pour les chiens !

Retour