Périodes de départ et prix

Aucune date n'est actuellement programmée pour ce voyage.
Pour plus d'informations n'hésitez pas à nous contacter

Ces tarifs sont valables pour des départs de Paris. Des départs d'autres villes sont possibles, n'hésitez pas à nous en faire la demande. Les prix indiqués ne sont valables que pour certaines classes de réservation sur les compagnies aériennes qui desservent cette destination. Ils sont donc susceptibles d'être modifiés en cas d'indisponibilité de places dans ces classes au moment de la réservation.

Le prix comprend

Le transport aérien, la pension complète (sauf le repas du dernier soir à Longyearbyen), tous les transferts au Spitzberg, l'encadrement d'un guide GNGL breveté d'Etat, le prêt de la combinaison sèche, du gilet de sauvetage et des bottes, manchons de protection et sac étanche.

Le prix ne comprend pas

Les assurances, les frais d'inscription, les dépenses personnelles, le dîner au restaurant le dernier soir, la location du forfait couchage (matelas, sac de couchage et drap polaire), les transferts (aéroport/hôtel/aéroport) à Oslo si nécessaire, les repas dans l'avion.

Idées associées

Faune, Iceberg, Arctique, Longyearbyen, Phoque, Svalbard, Ornithologie, Oslo, Ny Alesund, Baie du Roi, Kongsfjord.

Privatisation

Jour par jour

Jour 1

Vol Paris/Longyearbyen. Accueil par votre guide, transfert au camping.

  • Type d'hébergement : au campement

Jour 2

Préparatifs à Longyearbyen : essai de la combinaison étanche, rangement des sacs. Afin de ne pas se charger inutilement, vous pouvez laisser des affaires sur place. Transfert pour la baie de la Croix.

  • Type d'hébergement : Bivouac

Jours 3 à 20

Notre séjour devient une aventure quand le bateau qui vient de nous déposer quitte notre horizon. La solitude est là, mais elle n’est pas pesante. Le premier camp s’organise : tentes et kayaks à monter, recherche d’eau claire, conditionnement des vivres… Chacun doit participer !
Les premiers coups de pagaie, un peu hésitants pour certains, nous emmènent au pied de falaises vertes. Etrange, cette verdure ! Elle est due à la présence de nombreuses colonies d’oiseaux (guillemots, mergules, pétrels, goélands…) qui peuplent les parois supérieures des falaises.
Prémices de la proximité du glacier au fond de Krossfjord, nous croisons les premiers petits icebergs qui dérivent en sens inverse. Enfin, le glacier Lilliehöök nous apparaît, véritable muraille de glace avec ses cassures bleu sombre. Sous le soleil ou mieux encore dans la brume si fréquente au Spitzberg, Lilliehöök est un glacier fascinant avec un front de glace de plus de 8 kilomètres de large.
Pas d’alternance de jour et de nuit pour rythmer le temps, nous sommes libres de progresser en fonction de la météo, du vent, de nos envies, de nos besoins et de l’imprévu...
L’imprévu, cela peut être une femelle eider nageant suivie d’une marmaille de 7 à 10 canetons, un troupeau d’oies bernaches se mettant à l’eau, un renard au pied d’une falaise guettant la chute d’un petit guillemot ou d’un œuf, une tête brune et luisante de phoque émergeant de l’eau...
Cela pourrait être aussi un morse ou un ours polaire. Il faut donc toujours rester vigilant.
Les possibilités de balades sont nombreuses lors de bivouacs. Le dernier camp dans Krossfjord s’impose face au glacier du 14 juillet, magnifiquement encadré par des pics alpins aiguisés par le gel.
Souvent ballottés par une petite houle, nous franchissons le cap Guissez et pénétrons dans Kongsfjord (baie du Roi), joyau de la nature, avec ses nombreux glaciers d’où émergent des montagnes pyramidales. Kongsfjord est connu de tous les voyageurs. Sur des plaques de glaces dérivantes certains phoques paressent et se laissent photographier de très près grâce à nos embarcations silencieuses. Dans le ciel et à la surface de l’eau, la gente ailée du Spitzberg nous présente un spectacle aérien et un ballet nautique. Au bivouac sur l’île de Blomstrand, une randonnée est possible suivant les conditions météo, pour avoir une vue surprenante sur le glacier portant le même nom et sur toute la baie. Découverte de la falaise à oiseaux en face de l’île. Le parcours vous mènera ensuite au pied du magnifique glacier du Roi (à bonne distance) sur une mer rouge de terre.
Après deux semaines de randonnée itinérante, nous débarquons sur notre point de récupération où le bateau viendra nous chercher pour nous ramener en terre civilisées.

  • Type d'hébergement : Bivouac

Jour 21

Transfert en bateau pour Longyearbyn.

Jour 22

Journée de sécurité. Vous pourrez en profiter pour visiter Longyearbyen, faire quelques emplettes ou une marche dans les environs avec votre guide. En cas de problème météo, cette journée permet de gérer les imprévus.

Jour 23

Vol Longyearbyen/Paris.

Important itinéraire

L’itinéraire est soumis aux restrictions environnementales définies par le Gouverneur du Svalbard, nous nous réservons le droit de modifier cet itinéraire en fonction des informations qui nous seront transmises.
Comme dans toutes les régions arctiques, la météo reste l’élément déterminant du déroulement de l’itinéraire prévu. Votre guide est seul juge pour modifier le parcours en fonction des conditions météos, de l’état des glaces et de la forme du groupe.

Les conditions météo et de glace au Spitzberg peuvent entraîner des retards ou des changements d’itinéraire et donc un surcoût (repas, hébergement, transport…) non prévu dans le programme initial. Ces dépenses seraient à votre charge.

En fonction des vols de la compagnie SAS, une nuit à Oslo peut être nécessaire pour rejoindre le Spitzberg. Certains départs peuvent donc avoir un jour de plus à l'aller ou au retour. Cette nuit supplémentaire à Oslo n' est pas incluse dans le prix de votre voyage.

Fiche technique

1. Détail du voyage

Activités

Kayak et canoë,
Randonnée,
Observation animalière

Environnement :

Terres Polaires

Itinérance :

Itinérant

Niveau du circuit

Niveau physique :
Plusieurs activités dont certaines peuvent être motorisées. Bonne condition physique demandée.


> Bien choisir le niveau de votre voyage

Nombre de jours d'activités

18 jours de randonnée kayak

Nombre de participants

De 6 à 9 participants

Caractéristiques du circuit

Au Spitzberg, et dans les régions polaires en général, il n’existe aucune infrastructure, dès l’instant où nous quittons une ville ou un village : il nous faut tout transporter (tente, sac de couchage, vêtements, popote et nourriture…). Une rando à pied de plus de 8 jours devient très vite l’affaire d’un Rambo ! Quant aux porteurs… nous ne sommes pas au Népal : même à 150 € par jour et par personne, ça n’existe pas ! Moyen ancestral de locomotion des Inuit, vous comprendrez alors aisément que nous ayons fait appel au kayak pour randonner ! Silencieux, autonome, il nous permet de découvrir la crique de l’autre côté du glacier ou l’îlot tout à fait inaccessible en rando à pied ; c’est un peu notre vélo, notre caravane, permettant d’être autonome 15 jours, 3 semaines, voire plus.
Nos séjours sont itinérants (tous les jours ou tous les 2 jours, nous nous déplaçons) ou fixes (nous établissons un camp de base et explorons toutes les possibilités : un jour à pied, un autre en kayak, un troisième pour observer une colonie d’oiseaux, des phoques… Lorsque nous avons "épuisé" la région, nous partons sur un autre camp de base, déménageant notre matériel en kayak !). Dans tous les cas (même pour les expés), nous laissons une large part aux balades à pied qui sont d’autant plus agréables que nous ne transportons que les affaires de la journée.

Difficultés
Dès l’instant où vous n’êtes pas "tétanisé" à l’idée de mettre un pied dans l’eau, ces séjours sont accessibles à toute personne en bonne forme physique, ayant l’habitude du plein air… Après, tout dépendra de la météo !!!
Un bateau affrété nous déposera en baie de la Croix et nous récupérera en baie du Roi. Nous ferons "le tour" de ces 2 baies en établissant des camps permettant une réelle découverte.

Difficulté : niveau 3 sur 4
Distance parcourue en kayak : environ 150 km.
Une randonnée pas encore "engagée" mais demandant une bonne condition physique et l’adaptation à des températures fraîches. Un véritable esprit de groupe est nécessaire pour faire face à un hébergement sous tente et l’isolement relatif à ce type de destination. Il ne faut pas omettre que le temps peut se gâter pendant le séjour, le refuge dans une cabane ou un local abrité n’est pas possible.

Déroulement d'une journée type
Elle est bien sûr guidée avant tout par la météo, les glaces… la forme de chacun. Les horaires ci-dessous ne sont donnés qu’à titre indicatif, pour vous donner une idée des temps de préparation le matin et des étapes… mais compte tenu des grandes amplitudes de jour en été, nous avons la chance sous ces latitudes d’avoir des journées très longues et de pouvoir largement déborder de ces horaires.
Selon les conditions, les journées peuvent aussi démarrer plus tard, ce qui ne signifie pas pour autant dire qu'elles seront plus courtes (débarquement parfois plus tardif). L'objectif principal restant de profiter au maximum des richesses du site. Attendre quelques heures l'arrivée d'une belle lumière sur un glacier peut nettement bonifier le souvenir que l'on en garde.

Plusieurs journées pourront être entièrement consacrées à des randonnées à pied, ou au kayak pour une journée complète, ou approcher un site de rando.

08h30 - Lever, petit déjeuner, démontage des tentes, chargement des kayaks.
10h00 - Départ en progressant régulièrement durant deux à trois heures, nous aurons effectué l’essentiel de notre étape dans la matinée.
12h30 - Arrêt pour le repas de midi.
14h00 - Reprise de la navigation, chasse photo… Rythme plus détendu qu’en début de journée.
17h00 - Choix de l'emplacement et installation du camp, promenade dans les alentours (préparation du repas).

Difficulté des randonnées à pied
Les randonnées sont souvent des ascensions de sommets d’une altitude assez faible (moins de 1000m, le plus souvent de 300 à 500m). Il est assez fréquent de passer dans des pierriers plus ou moins stables et/ou sur des névés. Dans ces contrées, il n'y a aucun chemin tracé ; les conditions sont comparables à un terrain de moyenne montagne en France (2000 à 2500m d’altitude). D’autres randonnées s'effectuent aussi au niveau de la mer ou sur la toundra. Ce terrain est, hélas, souvent mou et spongieux (surtout en début d’été) et il est préférable d'avoir des chaussures imperméables.

Difficulté des randonnées en kayak
Nos kayaks sont biplaces, rigides, larges de presque 1m, pour une longueur de 5,20m, nos kayaks sont plus proches des 4x4 que des Formule 1 ! N’imaginez surtout pas les grands rapides et les esquimautages : ils ne sont pas conçus pour ça ! Ce n'est pas du kayak d'eau vive, mais un moyen de déplacement nous permettant d'aller d'un point à un autre et de transporter notre équipement sans difficulté.
Les deux éléments dominants à intégrer dans l’échelle de difficulté sont la durée et les conditions météo.
Sachez que par beau temps et mer calme, la rando kayak est, toutes proportions gardées, plus facile que la rando à pied.

Les conditions météo
Elles sont par nature imprévisibles, surtout sous ces hautes latitudes. Si par malchance la météo n’est pas favorable, êtes-vous prêt à supporter la pluie, le vent, la neige… une semaine, deux semaines, trois semaines ? C’est l'une des principales difficultés mais sur ce chapitre, rassurez-vous, il fait aussi souvent très beau et quinze jours voire trois semaines de ciel bleu ne sont pas des exceptions.

Moustiques
Il n'y a presque pas de moustiques au Spitzberg !

La sécurité
Au Spitzberg, le port du fusil est obligatoire pour l’accompagnateur en raison de la présence des ours polaires. Cette sécurité ne supprime pas tous les risques. D’autre part, et suivant la densité relevée par les autorités de l’ours polaire, il vous sera demandé une participation aux tours de garde. Attention, cela ne signifie pas garder et se défendre seul contre un ours, mais simplement avertir l’accompagnateur de l’éventuelle présence.
Nos raids isolés sont équipés de balises de détresse de type Sarsat, qui, en cas d’extrême urgence, permettent l’intervention du moyen de secours le plus approprié. Mais le délai d’intervention peut varier de quelques heures (s’il s’agit d’un hélico ou d’un avion) à plus d’un jour (s’il s’agit d’un bateau). Des téléphones satellites (Iridium) sont également prévus et destinés à la sécurité du groupe. Ils ne peuvent être utilisés pour des raisons personnelles autres que les cas de force majeure.
Il ne faut jamais s’écarter du groupe sans le signaler à l’accompagnateur. Ce dernier n’est pas responsable de vos imprudences, et n’oubliez pas que quelles que soient leurs conséquences, elles pénalisent l’ensemble du groupe. De plus, et particulièrement au Spitzberg, il est illégal de randonner hors des zones habitées sans le port d’un fusil.

Hébergement

Sous tente

Nourriture

D’une façon générale, nous faisons un petit déjeuner copieux, le déjeuner est plutôt léger et ne devrait pas interrompre la journée plus de 2 heures. Par contre, nous aurons une vaste soirée pour monter les tentes et faire le feu (quand il y a du bois et dans les zones autorisées). Le repas du soir sera donc consistant et préparé avec soin : soupe, "plat de résistance" à base de déshydratés et de lyophilisés, dessert (sans oublier l’apéritif ou le digestif… que vous aurez certainement apporté !).
Chacun doit participer aux tâches collectives et à la préparation des repas.

Encadrement

Guide GNGL spécialiste du milieu polaire, breveté d’Etat kayak et francophone.

Transfert et transport des bagages

En kayak. Vous ne portez que vos affaires de la journée.

Moyens d'accès

Pré-acheminement par avion ou par train :
Pour les personnes arrivant de province, prévoir un billet d’avion ou de train modifiable : les horaires de départ/retour pouvant être changés par les compagnies aériennes sans préavis. Prévoyez une marge de sécurité suffisante de façon à être à l'heure au rendez-vous que nous vous fixons. En cas de risque de retard à ce dernier, merci de nous en aviser au plus tôt.

Transports aériens

Vols réguliers.
En fonction des rotations aériennes, une nuit à Oslo à l'aller ou au retour peut être nécessaire. Cette nuit est incluse dans le prix du voyage (hôtel dans la zone aéroportuaire avec navette). Le bon d'échange et les instructions de transfert seront communiqués avec les documents de voyage.

Informations pratiques

Le Svalbard se trouve sur le fuseau horaire du reste de la Norvège (identique à la France GMT +2h en été, GMT +1h en hiver).

2. Equipement

Bagages

Vous devez conditionner l’ensemble de vos affaires en 2 sacs : 1 sac à dos et 1 grand sac de voyage souple.

1 - Le sac à dos :
Sac à dos de randonnée d’une capacité de 30-35 litres environ, il vous sera utile pour le transport de vos affaires personnelles durant la journée.
Il vous servira aussi en tant que bagage à main lors de vos déplacements pour toutes vos affaires fragiles (appareil photo…), de valeur (lorsque votre hébergement ne dispose pas de coffre-fort) et pour vos éventuels médicaments.
Il sera en cabine lors des transports aériens. Généralement, le poids des bagages cabine est limité à 10 kg par personne.

2 - Le grand sac de voyage souple :
Il doit contenir le reste de vos affaires. Vous le trouverez chaque soir. Il sera transporté par des porteurs et/ou des animaux et/ou des véhicules.
Vous recevrez avant votre départ des étiquettes bagages, qui vous permettront d’identifier vos bagages avec vos nom et adresse, et faciliteront le regroupement des sacs aux arrivées à l’aéroport.
Il sera en soute lors des transports aériens. Le poids des bagages en soute vous sera indiqué sur votre convocation ou billet.

Nos recommandations si vous prenez l’avion :
Enregistrez en bagage en soute le maximum de choses et ne conservez dans votre bagage à main que ce qui est absolument indispensable à votre voyage.
Equipez-vous pour l'avion de votre tenue de randonnée, et de vos affaires de première nécessité (en cas de problème d'acheminement de vos bagages).

Merci de noter que les contrôles de sécurité sont devenus très stricts aux aéroports : mettez les couteaux, ciseaux, limes à ongles et piles de rechange dans votre sac de soute.

Quels sont les produits liquides interdits en cabine ?
Les liquides, aérosols, gels et substances pâteuses : eau minérale, parfums, boissons, lotions, crèmes, gels douche, shampoings, mascara, soupes, sirops, dentifrice, savons liquides, déodorants… sauf s’ils sont rangés dans un sac en plastique transparent fermé, d’un format d’environ 20 cm x 20 cm (type sachet de congélation) et qu’ils sont conditionnés dans des flacons ou tubes de 100 ml maximum chacun. Un sachet peut contenir plusieurs tubes, flacons,…

Quelles sont les exceptions autorisées en cabine ?
- Les médicaments liquides (insuline, sirops…) : vous pouvez les emporter en cabine à condition de présenter aux agents de sûreté une attestation ou une ordonnance à votre nom. Il n’y a aucune restriction pour les médicaments solides (comprimés et gélules).
- Les aliments liquides pour bébés : il n’y a pas de restriction sur ces produits. Pensez à prendre des contenants qui se referment : il pourra en effet vous être demandé de goûter ces aliments !

Comment se fait le passage du contrôle de sûreté ?
- Retirez votre veste ou votre manteau.
- Présentez à part :
- Tous vos grands appareils électriques : ordinateur portable, gros appareil photo numérique, lecteur DVD…
- Votre sac plastique transparent contenant vos flacons et tubes.
- Vos médicaments accompagnés d’une ordonnance ou d’une attestation.
- Vos aliments liquides pour bébé.
- Vos achats réalisés dans les boutiques des aéroports qui auront dû être mis sous sac plastique scellé par votre vendeur. Attention : toutes les boutiques ne proposeront pas ce sac. Renseignez-vous avant de faire vos achats ! Les achats de liquides réalisés après le contrôle de sûreté s’effectuent librement sous réserve des limitations douanières. Attention cependant aux correspondances : renseignez-vous également avant tout achat.

Vêtements

Vous devez prévoir les mêmes vêtements que vous utiliseriez pour randonner en moyenne montagne, en prévoyant les changements de conditions météo.

Dans tous les cas, prenez du matériel de marques reconnues pour leur qualité et leur expérience. Nous vous conseillons The North Face, Patagonia, Mountain Hardwear, Millet, etc...

Vêtements spécifiques à la navigation en kayak
- Bottes style chasse et pêche fournie par GNGL (1 à 2 tailles au-dessus de votre pointure de ville, la combinaison intégrale s'enfilant à l'intérieur, prévoir ses propres bottes si votre pointure dépasse le 45). Reportez-vous au "coupon de demande matériel".
- Combinaison sèche de sécurité fournie par GNGL (si ce n’est déjà fait, indiquez vos mensurations sur le coupon de demande de matériel). La combinaison n'est portée que pour les journées de navigation.
- Manchons néoprènes fournie par GNGL, des gants en plastique (type gants de jardin ou pour faire la vaisselle) sont un excellent complément.
- Sous-vêtements (haut et bas) en synthétique pour mettre sous la combinaison.
- 1 paire de chaussettes type grosse maille, larges et usagées, spécifiquement consacrées à la pratique du kayak, est obligatoire. Placée entre les bottes et la combinaison, elle permettra de protéger cette dernière contre les frottements et vous assurer une sécurité optimale tout au long du séjour.

Vêtements
- Chaussures de sport légères (optionnelles)
- Chaussures de randonnée, (le terrain étant assez rocheux, il faut choisir une paire de chaussures montantes, si possible en cuir pour l'étanchéité et la résistance). Nous vous conseillons les chaussures Meindl modèle Island.
- Chaussettes en laine bouclette, chaudes. Nous vous conseillons la marque Lorpen.
- Sous-vêtements (haut x 2 et bas type Damart, Odlo ou Rhovyl, l'idéal WoolPower)
- 1 ou 2 fourrures polaires et/ou pull de laine, d’épaisseur différentes.
- 1 veste très chaude type doudoune, pour les temps d’arrêt. Disponible à la location.
- 1 tee-shirt en synthétique.
- Coupe-vent imperméable haut et bas (Gore-Tex ou équivalent). Disponible à la location.
- Pantalon chaud.
- Pantalon de randonnée.
- Bonnet/chapeau de pluie pour le kayak et la randonnée, tour de cou type buff ou polaire.
- Lunettes de soleil, classe 3 minimum, crème solaire en stick, crème hydratante.
- Gants (les sous-gants windstopper sont conseillés).
De manière générale, il faut éviter les vêtements en coton, évacuant mal l’humidité, et ne séchant pas.

Le choix de l’équipement pour un raid nordique est crucial. Pour cela, une partie du matériel personnel est disponible à la location auprès de notre partenaire MONTAGNES-EXPEDITION. La liste de ce matériel est disponible sur demande auprès de nos conseillers.

ATTENTION aux disponibilités. Si un type de matériel venait à manquer, il serait remplacé par un matériel équivalent.

A savoir
Prenez deux paires de gants, une fine à utiliser à terre en randonnée, l’autre du type gants de ski, chauds pour les gardes et les temps d’arrêt.

Même au camp, des chaussures de randonnée restent préférables à des "baskets", trop fragiles et pas assez chaudes, également trop glissantes sur un terrain parfois très humide et même spongieux.
Bien que le rayonnement solaire soit plutôt doux, la crème solaire et les lunettes de soleil sont nécessaires en cas de beau temps continu pendant plusieurs jours (exposition directe, réverbération sur l’eau et la glace).
Notez que les lampes électriques sont absolument inutiles durant l’été dans les secteurs situés bien au-delà du Cercle Polaire puisque le jour y est continuel en cette saison.

Important
Prenez l'avion avec vos chaussures de randonnée aux pieds, une polaire ainsi que votre veste imperméable, le minimum en cas de retard de votre bagage.

Equipement

- affaires de toilette (brosse à dents, dentifrice, petit savon) et lingettes.
- une serviette de toilette petit format pour le raid, une grand format et gel douche pour les douches à Longyearbyen.
- appareil photo (avec batteries et/ou piles de rechange) et sac étanche (vous serez seul responsable de la gestion de ce matériel). Nous vous conseillons un chargeur solaire Power film, "roulable" avec prise de charge USB. Disponible à la location. Vérifiez bien que votre cordon de charge soit compatible avec le branchement du panneau solaire.
- jumelles (facultatif)
- papier toilette type recyclé et briquet
- scotch toilé, pochette étanche, sacs poubelles (pour protéger vos affaires)
- 1 petit sac à dos pour les balades à la journée qui fera office de bagage cabine dans l’avion
- 1 couteau, 1 grosse cuillère, 1 fourchette, 1 tasse, 1 torchon
- 1 gourde ou thermos d’une capacité d’un litre minimum
- 1 boîte plastique d’environ 50cl (avec couvercle, cela garde les aliments au chaud)
- 1 couverture de survie + 2 bougies chauffe-plat
- 4 à 5 sachets type Ziploc®, pour protéger vos effets personnels

Couchage

- 1 sac de couchage chaud ; si vous êtes frileux, prévoyez un drap en fourrure polaire qui vous fera gagner deux à trois degrés en température. Un sac de couchage vendu entre -5° et -10°C (température confort) est idéal. Disponible à la location.

- Matelas autogonflant type Thermarest assez épais (environ 4 à 5 cm). Disponible à la location.

Pharmacie personnelle

• Vos médicaments habituels
• Vitamine C ou polyvitamine
• Médicaments contre la douleur: aspirine ou équivalent
• Anti-diarrhéique (type Imodium…)
• Antiseptique intestinal (type Ercéfuryl…)
• Traitement antibiotique à large spectre: prévoir 8 jours de traitement
(sur prescription médicale)
• Pommade anti-inflammatoire
• Collyre (poussière, ophtalmie)
• Pastilles purifiantes pour l’eau de boisson (Hydroclonazone, Micropur)
• Bande adhésive élastique (Elastoplast)
• Jeu de pansements adhésifs
• Compresses désinfectantes
• Double peau (protection contre les ampoules, disponible en pharmacie)
• Traitement pour rhume et maux de gorge
• Crème type Biafine pour les brûlures

Trousse de secours

Une pharmacie collective complémentaire fournie par l'agence et adaptée à votre voyage est placée sous la responsabilité de votre accompagnateur.

Matériel fourni

L'ensemble de l'équipement de camping (sauf sac de couchage et tapis de sol), tente, tente mess et matériel de cuisine ainsi que tout le matériel de kayak, pagaies, combinaison étanche, gilet de sauvetage, bottes, matériel de sécurité, sacs étanches sont fournis sur place.
Merci de nous retourner au plus tôt le coupon de demande de matériel joint à la facture.

3. Formalités et santé

Formalités spécifiques

Passeport obligatoire.

Passeport

Passeport valide pour les ressortissants de l’Union Européenne. Pour les autres nationalités, se renseigner auprès du consulat ou de l’ambassade de Norvège.

Si vous voyagez avec vos enfants sachez que, dorénavant, les mineurs doivent eux aussi avoir un passeport individuel (valable 6 mois après la date de retour du voyage).
Un mineur voyageant seul, avec un passeport individuel, n´a plus besoin d´autorisation de sortie du territoire.

Si l’enfant, voyageant, est accompagné d’un parent portant un autre nom que le sien, il devra être muni d’un document (livret de famille) prouvant la filiation.

De nouvelles mesures de sécurité sont entrées en vigueur dans les aéroports : les appareils électroniques (smartphones, tablettes, portables…) doivent être chargés et en état de fonctionnement pour tous les vols allant ou passant par les Etats-Unis et Londres. Les agents de contrôle doivent pouvoir les allumer. Par précaution, ayez votre chargeur à portée de main. Si votre appareil est déchargé ou défectueux, il sera confisqué. Cette mesure étant susceptible d’être étendue à d’autres aéroports, nous vous conseillons de charger vos appareils électroniques avant le vol quelle que soit votre destination.

Visa

Pas de visa pour les ressortissants de l’Union Européenne. Pour les autres nationalités, se renseigner auprès du consulat ou de l’ambassade de Norvège.

Vaccins Obligatoires

Aucune vaccination obligatoire.

Vaccins Conseillés

Comme partout, il est important d'être immunisé contre :
- diphtérie ;
- tétanos (complication possible de gelures graves) ;
- poliomyélite ;
- coqueluche (dont la réapparition chez les adultes, même en France, justifie la vaccination pour tout voyage) ;
- hépatite B (maladie sexuellement transmissible) ;
- hépatite A (maladie transmise par l'alimentation) ;
- éventuellement contre la rage, pour des séjours plus longs et rustiques que les voyages touristiques ordinaires.

Autres risques

Ils sont, bien sûr, très différents en fonction des conditions du voyage (durée, hébergement, déplacement) et peuvent être dus : à la région elle-même ; aux conditions climatiques parfois extrêmes ; aux moyens de déplacement utilisés sur place.

La région.
Si, l’hiver, la circulation des microbes et des virus se fait plus difficilement que dans les zones tempérées ou chaudes, l’été, leur transmission d'homme à homme, de l'animal à l'homme ou des aliments à l'homme est un risque non négligeable. Risque, en particulier, de toxi-infections alimentaires dues aux viandes de chasse, aux aliments contaminés par des déjections d'animaux sauvages ou par leur mauvaise conservation à bord des bateaux de croisières.

Les conditions climatiques.
L'extrême rigueur des hivers péri-polaires représente un risque lors de raids à ski, en raquettes, en traîneau ou à motoneige, plus que lors de confortables croisières.
Une bonne information avant le voyage, permettra d'éviter les gelures graves.
En cas d'onglée ou d'engourdissement, il faut :
- boire abondamment,
- réchauffer,
- ne pas fumer,
- ne pas ôter les chaussures (risque de ne pas pouvoir les remettre si le raid n'est pas terminé).
En cas de lésions plus avancées (douleur, doigt « mort », œdème, nécrose), l’évacuation vers un centre spécialisé est une urgence.

Moyens de déplacement.
Les voyages dans les régions polaires se font souvent en bateau de croisière. Les risques, liés surtout au confinement en espace clos, sont (quelle que soit la latitude) de toutes les affections contagieuses, respiratoires, alimentaires…
Il y a en général, et bien que la législation maritime soit floue à ce sujet, un médecin à bord (dont les consultations ne sont pas comprises dans le prix du voyage). Il est important de se faire préciser tout cela avant le départ.

4. Pays et climat

Climat et Informations régionales

"Ile enveloppée dans les brumes de l’histoire, le Spitzberg conserve aujourd’hui un pouvoir de fascination qui en fait l’un des plus hauts lieux de l’aventure polaire.
Ce que l’on vient chercher de nos jours en se hissant tout en haut de la planète est difficilement explicable. C’est un sentiment de liberté qui émane de la pierre, de la glace, de l’espace, un sentiment exalté par l’arrivée de l’été arctique aux lumières magiques.
Lorsque les éléments s’entrechoquent, le soleil ouvre des plaies grinçantes dans la banquise et, du froid, du silence, de la solitude surgit tout d’un coup, la mer, l’oiseau, la vie. Splendeur et rudesse de paysages à couper le souffle, ou poésie tendre d’un renardeau se roulant dans les fleurs sauvages au pied d’un glacier, rien ici n’entrave l’imagination fantastique d’une nature livrée à elle-même".
Emmanuel Hussenet, accompagnateur chez Grand Nord, auteur de "Spitzberg, Visions d’un baladin des glaces" (album photographique, Transboréal) et de "Maelström" (récit, chez le même éditeur).

A moins de 1000 km du pôle Nord, le Spitzberg "l’île sur le toit du monde" est la plus grande île de l’archipel du Svalbard qui s’étend entre le 76e et le 81e parallèle. Un peu plus de 2000 personnes y vit en permanence (environ deux tiers de Norvégiens et un tiers de Russes et Ukrainiens). L’extraction du charbon demeure une des activités économiques de cette île même si elle n'est plus significative. Le tourisme et le commerce sont désormais les principales ressources. Les recherches scientifiques sont également très importantes sur le sol du Svalbard. Grande comme la Belgique, cette île paraît désolée, tantôt creusée par des glaciers de plusieurs kilomètres de large se jetant dans les fjords sans fin, tantôt recouverte d’une immensité de glace (inlandsis) d’où émergent des sommets aux formes sombres. Mais en regardant de plus près ce paysage à la fois féerique et impressionnant, on s’aperçoit qu’il recèle une vie intense, qui survit en hiver et explose l’été venu.

Climat
L’été, les différences sont moins prononcées et, du fait de l’absence de nuit, la température y est assez stable.
Sur la côte ouest, partie la plus douce, la moyenne est d’environ 5°C avec des valeurs variant entre 1 et 10°C. Le maximum enregistré est de 17°C. Il est courant d’observer des périodes de dégel au plus creux de l’hiver, tout comme de courtes périodes de regel en plein été.

Dans les régions centrales du Spitzberg, le climat est plus "continental" avec des variations encore plus importantes.
A l’aéroport de Longyearbyen (ouvert en 1975) le minimum absolu est de -46°C et le maximum de 21°C. Un record de -49,2°C aurait été relevé près de Barentsburg en 1917, époque plus froide que le début de notre siècle.
Les précipitations sont peu abondantes, environ 400 mm par an sur la côte ouest et un peu moins à l’intérieur. La saison la plus humide est l’automne. Mais on ne peut pas dire qu’il ne pleut jamais au Spitzberg. Vous pouvez être amené à essuyer une tempête durant votre séjour. Avec ces valeurs pourtant basses par rapport aux pays tempérés, le Svalbard est une des régions arctiques les plus humides.
En raison de la latitude du Svalbard, l’alternance jour/nuit n’est pas la même que sous les nôtres. En été le soleil est en permanence au-dessus de l’horizon alors qu’en hiver la nuit est continuelle. Le passage du jour à la nuit est rapide et d’autant plus que la latitude est élevée.

Les glaces
60% de l’archipel sont recouvert de glaciers. Les plus grandes calottes polaires se trouvent dans le nord-est et particulièrement sur Nordaustlandet. Alors que l’île la plus au nord (Kvitoya) est presque totalement recouverte de glace, la plus au sud (Bjornoya) est dépourvue de glaciers. Les régions les moins englacées sur Spitzberg sont le Nordenskjöld Land (près de Longyearbyen) et Andrée Land au nord. Ces zones ont un climat plus "continental", moins humide et plus ensoleillé.

Depuis le XIXe siècle, la plupart des glaciers ont nettement reculés. De grandes moraines marquent leur extension maximale nettement au-delà de leur front actuel. En général, ces variations sont de bons indices du climat, mais, au Svalbard, les glaciers ne se comportent pas de façon normale. Ils peuvent brusquement avancer de plusieurs kilomètres à raison de 30 à 40m par jour, puis se stabiliser et rester immobiles pendant des années. Ce phénomène, qui reste mal connu et encore moins bien expliqué, s’appelle "surge". Dans un passé plus récent, les glaciers ont pour la plupart reculé, ce qui a pour effet que les cartes ne situent pas le front au niveau actuel. Leur position est donc à prendre avec un certain scepticisme.
Les glaciers se terminant dans la mer génèrent de petits icebergs. Ils sont beaucoup plus petits au Svalbard que ceux que l’on rencontre au Groenland ou en Antarctique, mais peuvent quand même poser des problèmes pour la navigation (accident du Maxime Gorki en 1989).

La banquise a son extension maximale en avril. En moyenne, l’ensemble de l’archipel, sauf Bjornoya au sud, est pris. Sur la côte ouest, seule une faible largeur (environ 50 km) est recouverte, mais le nord-ouest est souvent dégagé, y compris en plein hiver. La côte ouest se dégage dès fin mai/début juin et reste libre jusqu’à la fin de l’automne. En août, la banquise est à son extension minimale. Certaines années il est possible de faire le tour de l’archipel en bateau. Les conditions sont très variables d’une année à l’autre ainsi que dans la même année, d’une semaine à l’autre. Ces variations sont, de plus, imprévisibles. Il suffit d’un coup de vent pour chasser la glace au large ou a contrario bloquer une partie des côtes.

La faune
Il y a seulement trois mammifères originaires du Svalbard : le renard arctique, le renne du Svalbard et l’ours polaire.
Le renard se trouve partout au Svalbard. Les rennes, nombreux à l’origine, ont été chassés massivement jusqu’en 1920. En 1925 leur protection totale a été décidée. La population a alors augmenté pour atteindre environ 10 000 têtes. L’espèce est particulière au Svalbard ; elle est plus petite et se regroupe moins en troupeaux que les rennes des autres régions arctiques.
L’ours a pour territoire la glace mouvante, mais on le rencontre souvent sur la terre ferme. Les régions où l’on a le plus de chance de le rencontrer sont la côte est et les îles à l’est du Spitzberg ; la zone de reproduction la plus connue est "Kong Karls Land", où une réserve naturelle a été créée dès 1939. La chasse fut réglementée en 1970, puis totalement interdite en 1976. L’ours est curieux et notamment attiré par les tentes, il faut donc toujours déposer de la nourriture à une bonne distance (100m minimum) du campement.
Un ours affamé peut être agressif et dangereux pour les êtres humains. Soyez donc circonspect dans les zones où il peut y avoir des ours. L’ours blanc est complètement protégé. On peut seulement tirer en état d’autodéfense. L’arme doit être appropriée pour le gros gibier, il faut donc un calibre d’au moins 7.62. Le gouverneur doit être prévenu aussitôt que possible lorsqu’un ours a été abattu. La peau et la carcasse appartiennent alors à l’Etat.
Une tentative d’introduction de bœufs musqués a presque réussi. En 1926, 17 bœufs furent amenés du Groenland. Ils se sont multipliés jusqu’à 50 têtes en 1959. Ensuite, la population diminua jusqu’à disparaître. La raison de cette disparition est la concurrence avec les rennes (qui étaient presque exterminés en 1926, lors de l’introduction des bœufs musqués) et l’inadaptation au climat trop doux qui y règne maintenant. Il est courant que le dégel vienne en hiver. La neige fond puis en regelant forme une croûte de glace. Les bœufs musqués ne peuvent pas casser cette couche dure avec leurs sabots et se trouvent ainsi privés de nourriture pendant les mois de fin d’hiver et de printemps.
En mer, le mammifère le plus commun est le phoque annelé (son nom vient des dessins en forme d’anneaux qu’il porte sur le dos). On rencontre aussi le phoque barbu, beaucoup plus grand (200 à 300 kg pour près de 3m de long). Etant peu chassé, il n’est pas très sauvage et se laisse approcher facilement. Le morse avait presque disparu en 1952 lorsque fut décidée sa protection ; l’île de Moffen, au nord, fut déclarée réserve (accès totalement interdit en été). Depuis, la population a augmenté considérablement et on peut en rencontrer pratiquement partout dans l’archipel.
Les oiseaux sont particulièrement nombreux, en quantité et en variété. Le seul qui y réside toute l’année est le lagopède. A l’approche de l’été, des milliers, voire des millions, d’oiseaux viennent y nicher. On peut citer : guillemot de Brünnich, guillemot et à miroir, mergule nain, macareux moine, mouette tridactyle, goéland sénateur, sterne arctique (l’oiseau qui fait la plus grande migration), labbe parasite, pétrel fulmar, eider, bernache nonnette, oie à bec court, bruant des neiges, plongeon catmarin, bécasseau violet, phalarope… Pour notre bonheur, les moustiques n’ont pas envahi le Svalbard (sauf en quelques endroits très précis où nous n’allons pas).
Les cétacés ont disparu puisqu’ils ont été massacrés au XVIIe siècle. Il y avait beaucoup de baleines du Groenland. Néanmoins le béluga est souvent observé le long des côtes des fjords.

La flore
En raison du sous-sol gelé en permanence, l’eau ne peut pas s’infiltrer, ce qui donne un sol souvent gorgé d’eau, surtout sur les zones plates. La saison de dégel ne dure que de 6 à 10 semaines. Dans ces conditions, aucun arbre, au sens où nous le connaissons, ne pousse. En fait, ils se sont adaptés au climat. Le saule arctique et le bouleau nain ne mesurent que quelques centimètres de haut, de même que l’ensemble de la végétation ; elle reste au ras du sol pour s’abriter du vent et profiter au maximum des rayons du soleil. Les zones les plus prisées par la végétation sont les éboulis aux pieds des falaises où nichent les oiseaux. Les déjections y apportent de la matière nutritive favorable au développement des mousses et des lichens. C’est un signe très repérable pour localiser les colonies. La région centrale du Spitzberg représente à elle seule 75% des 170 espèces de plantes présentes. Une réserve y a été créée et il y est interdit d’y détruire ou cueillir la végétation.

Climat

L’archipel connait une période de nuit permanente (de mi-novembre à début février, pour la latitude de Longyearbyen) et une période de jour permanent (de mi-avril à fin août, pour la même latitude). L’été (de juin à août), les variations de température sont peu importantes, avec une moyenne de 5° sur la côte ouest, qui est la partie la plus tempérée. Des pointes à 20° y ont été enregistrées. On peut toutefois avoir de courtes périodes de gel en été, comme des périodes de dégel en hiver. Pendant les froidures, les températures peuvent, exceptionnellement, descendre sous -40°. Les pluies sont peu abondantes (400 mm par an sur la côte ouest). L’automne (septembre et octobre) est la saison la plus arrosée.

Géographie

L’archipel du Svalbard, dans l’océan Arctique, s’étend du 76e au 81e parallèle, à 1 000 km environ du pôle nord. « Spitzberg » est désormais le nom de l’île principale, à l’ouest, mais désignait autrefois l’ensemble de l’archipel : « montagne pointue ». Nordaustlandet, au nord-est, Edgeoya et Barentsoya, à l’est, sont également des îles importantes. Elles sont partiellement couvertes de glaciers. L’Austfonna, sur Nordaustlandet, est la deuxième calotte glaciaire d’Europe : 8 120 km². Les glaciers couvrent environ 60% de l’ensemble. Ils sont en recul depuis le XIXe siècle, mais demeurent susceptibles d’avancées spectaculaires. De larges moraines marquent les zones de rétraction. Des fjords profonds pénètrent l’intérieur du pays (Wijdefjorden, 108 km ; Isfjorden, 107 km…). La banquise a sa pleine extension en avril, ne laissant que peu d’eaux libres ; août voit son extension minimale. La dérive nord-atlantique (courant chaud, dans le prolongement du Gulf Stream) tempère le climat arctique.

5. Tourisme responsable

Protection des sites

L’équilibre écologique des régions que vous allez traverser est très précaire. La permanence des flux touristiques, même en groupes restreints, le perturbe d’autant plus rapidement. Dans l’intérêt de tous, chaque participant est responsable de la propreté et de l’état des lieux qu’il traverse et où il campe le cas échéant. La lutte contre la pollution doit être l’affaire de chacun. Même si vous constatez que certains sites sont déjà pollués, vous devez ramasser tous vos papiers, mouchoirs en papier, boîtes, etc...

Attention : nous vous rappelons que les sols, après plusieurs jours sans pluie peuvent être très inflammable il est donc très important de ne pas brûler son papier toilette n'importe où.

Nous sommes engagés dans une démarche de tourisme responsable. Nous souhaitons vous faire connaître et vous associer à notre action aux côtés d'Agir pour un Tourisme Responsable (ATR). Pour plus d’infos avant de partir, lisez la charte éthique du voyageur et notre charte GNGL.

En route vers une belle planète... Un trajet collectif

Et n'oubliez pas qu'un geste pour la planète commence dès le début du voyage : pensez au covoiturage pour vos pré-acheminements ! Une façon conviviale de diminuer votre consommation de CO2 et votre budget transport.

Nous avons sélectionné ce site pour vous, accrédité par ATR (Association pour un Tourisme Responsable) : Blablacar

6. Bibliographie

La librairie Terdav

Guides et cartes sont disponibles dans la Librairie de Voyageurs du Monde située au 48 rue Sainte-Anne 75002 Paris

Bibliographie

"Spitzberg" - Guides Grand Nord, Ed. Grand Nord
Il contient tous les renseignements pratiques sur les villes, les sites intéressants, les transports, la réglementation, les possibilités de logement et de ravitaillement…
On y trouve également tout ce qu’il faut savoir sur l’histoire, la géographie, le climat, la faune, la flore, les industries…

"Faune, Flore du Grand Nord" – Guides Grand Nord, Ed. Grand Nord
Un guide de la vie du Grand Nord, riche et attrayant, réalisé par des passionnés du Grand Nord. La flore et la faune y sont décrites avec précision sans jamais lasser le lecteur qui trouvera là réponses à de multiples questions. Comment vivent… ou survivent des animaux parfois minuscules et que l’on ignore très souvent ? Comment se maintient et se développe une végétation variée et inattendue qui explose en quelques semaines dans une faible épaisseur de terre, que le soleil dégèle un court laps de temps au-dessus du permafrost. Une mine de renseignements de plus de 600 pages sur la faune et la flore du Grand Nord.
Tout comme le Groenland, le Spitzberg, la péninsule Antarctique et Terre de Feu, cet ouvrage fait partie des Guides Grand Nord.
Pour le recevoir, envoyez dès à présent un chèque à l’ordre de GNGL (qui ne sera encaissé qu’après l’envoi du guide).

Ces ouvrages font partie de la collection des Guides Grand Nord, une série de guides indispensables à tous ceux qui envisagent de voyager dans l’Arctique.

"Maelström - Seul aux confins du Spitzberg" et "Spitzberg - Visions d’un baladin des glaces", Emmanuel Hussenet. Ed. Transboréal

Il y a aussi les romans humoristiques et documentés du Danois Jorn Riel, sur la vie des chasseurs au début du siècle au Groenland ("La vierge froide", "Un curé d’enfer", "Safari arctique"…), en poche. Excellents !
Et aussi les livres d’occasion, renseignement à l’agence et sur www.gngl.com!

En vente à l’agence et dans toutes les bonnes librairies.

Privatisation du voyage

Envie de partir en famille ou avec vos amis aux dates que vous souhaitez ?

Nous pouvons privatiser ce voyage pour un groupe à partir de 4 personnes. Faites-nous une demande de devis. Un conseiller Terres d’Aventure vous contactera ensuite pour discuter ensemble de votre projet et vous établira un devis personnalisé.