Périodes de départ et prix

Du Au Prix adulte TTC Départ assuré à partir de S'inscrire / Poser une option

29/08/2017

11/09/2017

4960 € Assuré

Le prix comprend

La pension complète à bord du bateau (hors boissons), l'hébergement en cabine quadruple et le transfert entre Akureyri et Reykjavík en bus.

Le prix ne comprend pas

Les assurances, les frais d’inscription, les vols, les éventuelles nuits d’hôtel avant la croisière, le supplément selon la catégorie de cabine, les pourboires, les dépenses personnelles.

Complément d'information tarifaire

Le prix affiché indique celui d'une place en cabine quadruple.
Prix par personne selon la catégorie de cabine choisie :

Du 29/08 au 11/09/2016
Cabine quadruple avec hublot : 4500 €
Cabine triple avec hublot : 5500 €
Cabine double avec hublot : 6400 €
Cabine double avec fenêtre : 6950 €
Cabine Deluxe : 7400 €
Cabine Supérieure : 8300 €

Du 29/08 au 11/09/2017
Cabine quadruple avec hublot : 4960 €
Cabine triple avec hublot : 6060 €
Cabine double avec hublot : 7060 €
Cabine double avec fenêtre : 7680 €
Cabine Deluxe : 8180 €
Cabine Supérieure : 9180 €

Idées associées

Faune, Fjord, Arctique, Longyearbyen, Ours polaire, Akureyri, Svalbard, Ny Alesund, Baie de la Madeleine, Morse, Ittoqqortoormiit, Boeuf Musqué, Scoresbysund.

Privatisation

Jour par jour

Jour 1 : Embarquement à Longyearbyen

Embarquement à Longyearbyen et possibilité de visiter cette ancienne cité minière.

Jour 2 : Raudfjord (Svalbard)

Visite approfondie du Raudfjord, bordé de glaciers spectaculaires et lieu de prédilection des phoques annelés et des phoques barbus. Les falaises et la frange côtière sont occupées par de nombreuses colonies d’oiseaux marins. C'est également une ancienne station baleinière hollandaise du XVIIe siècle. Navigation au nord du Spitzberg pour tenter d’atteindre l’île Moffen où vit une colonie de morses, et où nous pourrons probablement apercevoir des phoques annelés et barbus et des ours polaires.

Jours 3 et 4 : En mer

Arrivée dans le pack du Groenland le deuxième jour.

Jour 5 : Foster bugt

Notre premier débarquement sur la côte groenlandaise aura lieu à Myggebugten. Derrière une ancienne hutte de trappeur, se déroule une vaste toundra, lieu de vie des bœufs musqués, et un lac sert de refuge aux oies sauvages.

Jour 6 : Blomster Bugt

Débarquement dans la baie de Blomster, pour aller observer les formations géologiques. Il est fréquent de pouvoir observer des renards arctiques. Pour les passionnés d'ornithologie, la baie abrite un lac où vivent des plongeons huard et leurs petits. Dans l'après midi, la navigation reprendra le long de Teufelschloss et l'île Ella. Un débarquement est prévu en en fin d'après-midi.

Jour 7 : Antarcticahavn

Randonnée à travers une vallée où nous devrions à nouveau croiser des bœufs musqués. A cette période de l'année, les couleurs automnales rendent les paysages des plus magnifiques.

Jours 8 à 10 : Le Scoresby Sund

Le Scoresby Sund est le plus large fjord au monde, avec d’imposants fronts glaciaires. Passage du cap Tobin pour découvrir la baie de Rosenvinge et la petite ville d’Ittoqqortoormiit. La navigation dans le Rodefjord ("fjord rouge" d'après le grès rouge qui compose les montagnes environnantes) permet de découvrir d’imposants glaciers qui se jettent dans le fjord et des icebergs de toutes tailles. Nous débarquons à Sydkap afin d'observer des restes de la civilisation de Thulé.

Jour 11 : Ittoqqortoormiit

C'est l'unique communauté groenlandaise des environs avec 500 habitants. Possibilité d'acheter des cartes postales. Une balade autour des maisons permet de découvrir les traîneaux à chiens et les peaux de phoques mises à sécher.

Jour 12 : En mer

Traversée en direction de l’Islande. En journée, possibilité d’observer des baleines et en soirée, des aurores boréales peuvent surgir d'un moment à l'autre.

Jour 13 : Akureyri - Reykjavík (Islande)

Débarquement à Akureyri dans la matinée. Transfert en bus à Reykjavík (6h).

Important itinéraire

Déroulement indicatif de la croisière, en effet, ce programme est une trame à partir de laquelle le programme définitif sera établit par le chef d'expédition et le commandant.

Dans le cas où le bateau aurait du retard, en raison des conditions de navigation, les frais occasionnés par ce retard sont à votre charge.

Fiche technique

1. Détail du voyage

Activités

Navigation,
Randonnée,
Observation animalière

Environnement :

Terres Polaires

Itinérance :

Itinérant

Niveau du circuit

Niveau physique :
Découverte des activités. Balade de quelques heures. Accessible à tous


> Bien choisir le niveau de votre voyage

Nombre de participants

De 1 à 114 participants

Caractéristiques du circuit

Ces informations doivent vous aider à préparer votre voyage dans l’Arctique. Nous insistons cependant sur le caractère "expédition" d’un tel séjour. Nous orientons ce voyage sur la visite des sites historiques, la rencontre avec la faune et dans une moindre mesure, la visite de stations scientifiques.

Nos programmes peuvent varier afin de profiter au maximum des conditions météorologiques et de la présence de la faune. L’expérience dans les eaux polaires nous montre qu’un programme flexible est essentiel : il s’agit de considérer l’itinéraire prédéfini comme une trame qui favorise les rencontres improvisées et non comme un horaire à suivre à la lettre. Deux voyages ne sont jamais identiques, il y a toujours une part d’imprévu importante.
Durant le séjour, une part importante sera consacrée à la navigation avec des débarquements quotidiens sans difficulté particulière. Il est tout de même nécessaire de faire preuve d’adaptabilité aux températures froides, à la vie de groupe et à l’hébergement en cabine partagée avec un isolement relatif.

Sur place à Longyearbyen :
Selon vos dates de voyage, une nuit peut-être nécessaire sur place à Longyearbyen. Nous vous proposons l’auberge de jeunesse "Nybyen Guesthouse". C’est une prestation de qualité hôtelière mais les sanitaires sont à l’extérieur de la chambre. Kitchenette au bout de chaque couloir pour se préparer une boisson chaude au collation. Petit déjeuner buffet inclus. Prévoir un linge de toilette. Il est également possible de réserver 1 chambre à l'hôtel. Nous contacter.

Le bateau est amarré au quai de ByKaia. L’agent maritime "Pole Position" est le correspondant sur place. Vous devez compter 5 à 10 minutes en voiture pour aller de l’aéroport jusqu’au quai (possibilité d’un transfert en bus ou en taxi).
Le quai se trouve à 15 minutes de marche du centre-ville de Longyearbyen, et à 30 minutes de votre auberge.
Voici une idée du prix du taxi :
- de l’aéroport au quai : 60 NOK, soit environ 8 euros
- de l’aéroport à Nybyen : 120 NOK, soit environ 15 euros
- du quai à Nybyen : 80 NOK, soit environ 10 euros

A Ny-Ålesund et dans une moindre mesure à Barentsburg vous pourrez acheter quelques cartes postales, des tee-shirt et des livres.

Hébergement

A bord du "M/V Plancius "
Le bateau a été construit en 1976, pour servir en tant que navire de recherche océanographique à l’usage de la Marine royale hollandaise. Depuis décembre 2006, il appartient à la flotte de la compagnie Oceanwide Expeditions. Il a été entièrement réaménagé en 2009, de façon à pouvoir offrir des navigations expéditions en région polaire. Il peut accueillir 114 passagers, suivant la réglementation SOLAS (Safety Of Life At Sea), classé glace et enregistré à la Lloyd’s, sous pavillon hollandais.
Le navire offre des conditions d'hébergement très confortables : salle de bains privée dans chaque cabine, 2 couchettes basses pour les cabines doubles.
Une double échelle de coupée, permet une bonne fluidité des embarquements à bord de la flotte de 10 bateaux pneumatiques. Durant le cabotage le long des côtes, deux à trois sorties sont prévues quotidiennement.

Capacité : 114 passagers, en 53 cabines avec sanitaires privés.
Equipage : 45 membres d’équipage, incluant 7 guides-naturalistes, 1 chef d’expédition et 1 médecin.

6 catégories de cabines :
- 4 cabines quadruples avec hublot : 2 x 2 couchettes superposées, bureau.
- 2 cabines triples avec hublot : 2 couchettes superposées et 1 couchette basse, bureau.
- 9 cabines doubles avec hublot : 2 couchettes basses, superficie 15m².
- 26 cabines doubles avec fenêtre : 2 couchettes basses, superficie 15m²
- 2 cabines doubles Deluxe avec 2 fenêtres (cabines 401 & 402) : 2 couchettes basses, superficie 15m².
- 10 cabines doubles supérieures avec fenêtre : 1 lit double et 1 sofa lit, superficie 21m².
La literie et le linge de toilette sont fournis. Prises électriques européennes 220V.
Pas de coffre-fort dans les cabines. Mais vous pouvez remettre vos objets personnels au maître d'hôtel qui les rangera dans le coffre-fort du bateau.
Les plans de pont de nos navires expédition sont disponibles sur notre site, n’hésitez pas à les consulter pour choisir votre cabine.

Longueur : 89m
Largeur : 14,50m
Tirant d’eau : 5 mètres
Classification glace : 1 D
Déplacement : 3434 tonnes
Moteurs : 3 x diesel-électrique
Vitesse : 10-12 nœuds maxi

A bord, la vie est conviviale, dans l’esprit des bateaux d’expéditions, loin des soirées de gala et des décors des grands paquebots de croisière. Le bar et le salon d'observation, lieux de rencontres et de discussions quasi interminables, sont ouverts en permanence. Le salon d'observation et les ponts extérieurs permettent une vue imprenable sur les alentours et l’accès à la passerelle est autorisé à condition de ne pas perturber les officiers de quart.

Sa taille réduite donne une grande souplesse d’organisation des journées. Lors des navigations, des conférences sur des sujets liés aux pôles (faune, glaces, histoire, géologie, etc.) sont organisées. Le salon d'observation et le restaurant équipés d'écrans plats, se transforment en salles de conférence.

Un bateau respectueux de l'environnement :
- Shampoing et savon biodégradables dans les cabines,
- Le détergeant utilisé est décliné "gamme verte" selon la certification européenne,
- Les polos en vente à la boutique sont 100% recyclables,
- Lampes basse consommation dans toutes les cabines et hôtellerie,
Prévention de la pollution par les déchets.
L’équipage s’engage à strictement respecter la réglementation SOLAS et MARPOL (Marine Pollution Prevention) :
- Aucun déchet n’est rejeté à la mer.
- Le bateau est équipé d’un grand réservoir d’eaux usées et aucun rejet liquide n’est effectué à proximité des côtes, notamment en Arctique et Antarctique.
- Les ordures ménagères ne sont pas brûlées dans un incinérateur mais conservées dans une chambre froide, avant d’être débarquées à terre, dans les infrastructures portuaires adéquates.
- La peinture de coque, avec durcisseur, possède une durée de vie plus longue, et permet d’utiliser moins de peinture.
- Aucune boue, vidange n’est effectuée en mer. Les eaux noires sont stockées dans des réservoirs spéciaux en attendant de pouvoir les débarquer dans des ports avec infrastructure suffisante.
- "M/V Plancius" est équipé de moteurs électriques, ce qui permet une plus grande flexibilité sur le nombre de moteurs en utilisation, moins de consommation et donc moins de rejet dans l’air.
- Le bateau consomme du MGO (marine gas-oil) fuel plus léger, réduisant la pollution par les gaz d’échappement.

Nourriture

Pension complète à bord (hors boissons).

Service de bar : jus de fruits, boissons non alcoolisées, bières et une sélection de vins et de liqueurs. Vous n’êtes pas autorisé à amener des boissons alcoolisées à bord.
Vous êtes accueilli sur un bateau hollandais. Le chef prépare une cuisine internationale avec des repas copieux et variés.
A tout moment, il est possible de se servir gratuitement de thé ou de café, soupes chaudes.

Encadrement

Anglophone.

Un accompagnateur francophone, Gérard Bodineau, sera également présent sur la croisière. Il assurera la traduction des résumés quotidiens les plus importants. Les langues du bord resteront l’anglais et l'allemand pour toutes les annonces et les débarquements.

Gérard Bodineau, (Spécialiste des régions polaires)
Né en 1960 dans l’ouest de la France (49), Gérard a commencé à randonner et à camper en toutes saisons à l'âge de 13 ans. Après avoir fait de la haute montagne pendant plusieurs années dans les Alpes, il a découvert sa passion pour l’Arctique en 1986. Il l’a tellement aimé, qu’il a fait plusieurs expéditions à ski nordique, sur 3 années, au Groenland, au Nunavut et au Spitzberg. Les plus exigeantes étant une expédition solitaire d’un mois au printemps au Spitzberg, une au pôle Nord magnétique et une au pôle Nord géographique, et également une navigation de 4 semaines à la voile en Péninsule Antarctique.
Pendant 15 ans, il a partagé son temps de travail entre son activité principale d'informaticien et la conduite d’expéditions dans l’Arctique, notamment pour Grand Nord Grand Large. Il a réalisé plus de 60 voyages et expéditions dans l’Arctique et l’Antarctique.
Depuis 2004, il travaille comme guide ou chef d’expédition dans différentes régions :
Spitzberg, côte est du Groenland, Géorgie du Sud et péninsule Antarctique. Il a décidé de se consacrer entièrement à son activité de guide en 2010. Son intérêt principal est la glaciologie ainsi que les autres sciences de la Terre. Gérard parle français et anglais.

Moyens d'accès

Prévoir un billet d’avion et/ou de train modifiable : les horaires de départ/retour peuvent être changés par la compagnie aérienne ou maritime sans préavis. Prévoir l’arrivée à l’aéroport de rendez-vous au minimum 3 heures avant l’heure de décollage.
Repas : les repas sont payants sur les vols de la compagnie SAS.

Si vous avez besoin d’un hébergement sur place (à titre indicatif) :
Ibis Roissy Pôle, Tel : 01 49 19 19 20.
Ibis Orly : 01 56 70 50 50

Transports aériens

Nous consulter.
Pour les départs de province, prévoir des billets d'avion (et de train) modifiables et avec une marge de temps suffisante. Nous pouvons nous charger de la réservation.

Informations pratiques

Les horaires : le Svalbard se trouve sur le fuseau horaire que le reste de la Norvège, identique à celui de la France.

2. Equipement

Bagages

Vous devez conditionner l’ensemble de vos affaires en 2 sacs : 1 sac à dos et 1 grand sac de voyage souple ou valise, maximum autorisé 20 kg.

1 - Le sac à dos :
Sac à dos de randonnée d’une capacité de 25 litres environ, il vous sera utile pour le transport de vos affaires personnelles durant la journée.
Il vous servira aussi en tant que bagage à main lors de vos déplacements pour toutes vos affaires fragiles (appareil photo…), de valeur (lorsque votre hébergement ne dispose pas de coffre-fort) et pour vos éventuels médicaments.
Il sera en cabine lors des transports aériens. Généralement, le poids des bagages cabine est limité à 10 kg par personne.

2 - Le grand sac de voyage souple (ou valise souple) :
Il doit contenir le reste de vos affaires. Vous le trouverez chaque soir. Il sera transporté par des porteurs et/ou des animaux et/ou des véhicules.
Vous recevrez avant votre départ des étiquettes bagages qui vous permettront d’identifier vos bagages avec vos nom et adresse, et faciliteront le regroupement des sacs aux arrivées à l’aéroport.
Il sera en soute lors des transports aériens. Le poids des bagages en soute vous sera indiqué sur votre convocation ou billet.

Nos recommandations si vous prenez l’avion :
Enregistrez en bagage en soute le maximum de choses et ne conservez dans votre bagage à main que ce qui est absolument indispensable à votre voyage.
Equipez-vous pour l'avion de votre tenue de randonnée, et de vos affaires de première nécessité (en cas de problème d'acheminement de vos bagages).

Merci de noter que les contrôles de sécurité sont devenus très stricts aux aéroports : mettez les couteaux, ciseaux, limes à ongles et piles de rechange dans votre sac de soute.

Quels sont les produits liquides interdits en cabine ?
Les liquides, aérosols, gels et substances pâteuses : eau minérale, parfums, boissons, lotions, crèmes, gels douche, shampoings, mascara, soupes, sirops, dentifrice, savons liquides, déodorants… sauf s’ils sont rangés dans un sac en plastique transparent fermé, d’un format d’environ 20 cm x 20 cm (type sachet de congélation) et qu’ils sont conditionnés dans des flacons ou tubes de 100 ml maximum chacun. Un sachet peut contenir plusieurs tubes, flacons,…

Quelles sont les exceptions autorisées en cabine ?
- Les médicaments liquides (insuline, sirops…) : vous pouvez les emporter en cabine à condition de présenter aux agents de sûreté une attestation ou une ordonnance à votre nom. Il n’y a aucune restriction pour les médicaments solides (comprimés et gélules).
- Les aliments liquides pour bébés : il n’y a pas de restriction sur ces produits. Pensez à prendre des contenants qui se referment : il pourra en effet vous être demandé de goûter ces aliments !

Comment se fait le passage du contrôle de sûreté ?
- Retirez votre veste ou votre manteau.
- Présentez à part :
- Tous vos grands appareils électriques : ordinateur portable, gros appareil photo numérique, lecteur DVD…
- Votre sac plastique transparent contenant vos flacons et tubes.
- Vos médicaments accompagnés d’une ordonnance ou d’une attestation.
- Vos aliments liquides pour bébé.
- Vos achats réalisés dans les boutiques des aéroports qui auront dû être mis sous sac plastique scellé par votre vendeur. Attention : toutes les boutiques ne proposeront pas ce sac. Renseignez-vous avant de faire vos achats ! Les achats de liquides réalisés après le contrôle de sûreté s’effectuent librement sous réserve des limitations douanières. Attention cependant aux correspondances : renseignez-vous avant tout achat.

Vêtements

Le choix vestimentaire pour les climats froids demeure très personnel. Il dépend de votre adaptabilité et de votre sensibilité au froid. Pour votre confort et sécurité, évitez d’être mouillé (que ce soit par la transpiration, la pluie, des bottes inadaptées ou des embruns). Apportez des vêtements protégeant de l’eau et du vent. Evitez les vêtements trop serrés qui ne laissent plus de place pour l’air : l’air est un très bon isolant thermique. La laine, la soie et quelques nouvelles fibres synthétiques comme la fibre polaire retiennent mieux la chaleur que le coton.

Le secret pour rester bien couvert est le "principe des 3 couches". Autrement dit, il vaut mieux porter plusieurs couches légères qu’une seule importante : vous pouvez enlever une de ces couches si vous avez trop chaud ou en remettre une si vous avez froid.

La couche la plus importante est l’externe, qui doit être résistante à l’eau et au vent car un petit vent de 6 km/h peut entraîner une déperdition de chaleur huit fois plus importante que sans vent ! Un dicton habituel dans l’Arctique : " Il n’y a rien d’aussi mauvais que le mauvais temps, sauf d’être mal habillé !". La chaleur corporelle est plus facilement perdue par les parties du corps qui ont beaucoup de surface mais peu de masse : les extrémités. Gardez-les à la chaleur et au sec. Pour les mains, les moufles sont préférables aux gants.

Si le reste de votre corps est couvert, vous pouvez néanmoins perdre 90% de la chaleur par la tête. Assurez vous de porter un bonnet, un passe-montagne ou une cagoule. Ils peuvent être abaissés afin de protéger vos oreilles, le front, le cou et le menton. Le cou a également besoin de protection par une écharpe.

Lorsque vous préparez votre sac, n’emportez pas trop de vêtements ou d’équipements. Sélectionnez ce qui est essentiel pour votre voyage, incluant :
pas des chaussures trop lourdes.
- Une veste imperméable munie d’une capuche. Le Gore-tex ou les vestes de marin sont l'idéal bien qu’il soit possible de trouver des tenues étanches moins chères. La veste étanche est la couche de vêtements la plus importante.
- Un pantalon chaud. Un pantalon de ski ou un pantalon robuste sera porté entre vos sous-vêtements et le pantalon imperméable. Une paire de jeans et un pantalon de velours conviennent bien pour des excursions ou pour porter à bord du bateau.
- Un pantalon imperméable est essentiel pour votre confort : il garde vos sous- vêtements secs et chauds. Le Gore-tex et les tissus similaires sont résistants à l’eau et respirants.
- Sous-vêtements : la soie ou le polypropylène sont fortement recommandés, ils vous gardent au chaud sans surpoids. Des sweat-shirts en polaire de poids moyen sont recommandés.
- Moufles et gants. Garder ses mains au chaud et au sec est important. Des gants fins en polypropylène peuvent être portés sous des moufles. Vous pouvez donc retirer les moufles lorsque vous prenez des photos et être toujours protégé du froid.
- Un bonnet chaud et une écharpe protègent les oreilles.
- Des chaussettes robustes, de grandes chaussettes en laine sur une paire plus fine en soie, polypropylène ou coton/laine permettent l’isolation des pieds. Apportez plusieurs paires, sachant que vous aurez inévitablement les pieds mouillés par la transpiration ou si vous mettez malencontreusement un pied dans l’eau.
- Une paire de bottes en caoutchouc complètement étanche, rigide et antidérapante est essentielle pour les accostages, obligatoire. Vous pouvez descendre du bateau pneumatique dans des endroits où il y a jusqu’à plusieurs centimètres d’eau glacée. Les bottes doivent couvrir le mollet (bottes de chasse, de pêche recommandées). Elles peuvent être fournies à l'inscription.
- Une paire de chaussures de randonnée ou de marche, les balades se faisant principalement sur du terrain inégal, très souvent rocailleux et/ou spongieux.

Equipement

- Des lunettes de soleil de bonne qualité. Notez que la réverbération sur l’eau et la neige/glace peut pénétrer même si le ciel est couvert.
- Un bâton de marche si vous estimez en avoir besoin.
- Un petit sac à dos pour débarquer les mains libres
- Une paire de jumelles
- Des boules Quiès peuvent être utiles si vous partagez votre cabine avec un ronfleur.

3. Formalités et santé

Formalités spécifiques

Pour les ressortissants de l'UE, vous devez vous munir d'un passeport en cours de validité.

Passeport

Passeport valide pour les ressortissants de l’Union Européenne. Pour les autres nationalités, se renseigner auprès du consulat ou de l’ambassade de Norvège.

Si vous voyagez avec vos enfants sachez que, dorénavant, les mineurs doivent eux aussi avoir un passeport individuel (valable 6 mois après la date de retour du voyage).
A partir du 15 janvier 2017, l'autorisation de sortie du territoire est rétablie pour les mineurs français voyageant sans au moins l'un de leurs parents.
Si l’enfant, voyageant, est accompagné d’un parent portant un autre nom que le sien, il devra être muni d’un document (livret de famille) prouvant la filiation.

De nouvelles mesures de sécurité sont entrées en vigueur dans les aéroports : les appareils électroniques (smartphones, tablettes, portables…) doivent être chargés et en état de fonctionnement pour tous les vols allant ou passant par les Etats-Unis et Londres. Les agents de contrôle doivent pouvoir les allumer. Par précaution, ayez votre chargeur à portée de main. Si votre appareil est déchargé ou défectueux, il sera confisqué. Cette mesure étant susceptible d’être étendue à d’autres aéroports, nous vous conseillons de charger vos appareils électroniques avant le vol quelle que soit votre destination.

Visa

Pas de visa pour les ressortissants de l’Union Européenne. Pour les autres nationalités, se renseigner auprès du consulat ou de l’ambassade de Norvège.

Vaccins Obligatoires

Aucune vaccination obligatoire.

Vaccins Conseillés

Comme partout, il est important d'être immunisé contre :
- diphtérie ;
- tétanos (complication possible de gelures graves) ;
- poliomyélite ;
- coqueluche (dont la réapparition chez les adultes, même en France, justifie la vaccination pour tout voyage) ;
- hépatite B (maladie sexuellement transmissible) ;
- hépatite A (maladie transmise par l'alimentation) ;
- éventuellement contre la rage, pour des séjours plus longs et rustiques que les voyages touristiques ordinaires.

Autres risques

Ils sont, bien sûr, très différents en fonction des conditions du voyage (durée, hébergement, déplacement) et peuvent être dus : à la région elle-même ; aux conditions climatiques parfois extrêmes ; aux moyens de déplacement utilisés sur place.

La région.
Si, l’hiver, la circulation des microbes et des virus se fait plus difficilement que dans les zones tempérées ou chaudes, l’été, leur transmission d'homme à homme, de l'animal à l'homme ou des aliments à l'homme est un risque non négligeable. Risque, en particulier, de toxi-infections alimentaires dues aux viandes de chasse, aux aliments contaminés par des déjections d'animaux sauvages ou par leur mauvaise conservation à bord des bateaux de croisières.

Les conditions climatiques.
L'extrême rigueur des hivers péri-polaires représente un risque lors de raids à ski, en raquettes, en traîneau ou à motoneige, plus que lors de confortables croisières.
Une bonne information avant le voyage, permettra d'éviter les gelures graves.
En cas d'onglée ou d'engourdissement, il faut :
- boire abondamment,
- réchauffer,
- ne pas fumer,
- ne pas ôter les chaussures (risque de ne pas pouvoir les remettre si le raid n'est pas terminé).
En cas de lésions plus avancées (douleur, doigt « mort », œdème, nécrose), l’évacuation vers un centre spécialisé est une urgence.

Moyens de déplacement.
Les voyages dans les régions polaires se font souvent en bateau de croisière. Les risques, liés surtout au confinement en espace clos, sont (quelle que soit la latitude) de toutes les affections contagieuses, respiratoires, alimentaires…
Il y a en général, et bien que la législation maritime soit floue à ce sujet, un médecin à bord (dont les consultations ne sont pas comprises dans le prix du voyage). Il est important de se faire préciser tout cela avant le départ.

4. Pays et climat

Climat et Informations régionales

Informations générales sur l’archipel du Svalbard
Géographie
A moins de 1000 km du pôle Nord, le Spitzberg, qui veut dire "montagnes pointues" en norvégien, est la plus grande île de l’archipel du Svalbard entre le 76e et le 81e parallèles. Un peu plus de 2000 personnes y vivent en permanence (environ 2/3 de Norvégiens et 1/3 de Soviétiques) en majorité mineurs, l’activité principale étant l’extraction de charbon.
Ce pays, grand comme la Belgique paraît désolé, tantôt creusé par des glaciers de plusieurs kilomètres de large se jetant dans les fjords sans fin, tantôt recouvert d’une immensité de glace d’où émergent des sommets aux formes sombres. Mais en regardant de plus près ce paysage à la fois féerique et impressionnant, on s’aperçoit qu’il recèle une vie intense, qui survit en hiver et explose l’été venu.

Climat
L’été connaît une faible amplitude thermique et les différences sont peu prononcées. Du fait de l’absence de nuit, la température est assez stable. Sur la côte ouest, partie la plus douce, la moyenne est d’environ 5°C avec des valeurs variant entre 1°C et 10°C. Le maximum enregistré est de 17°C. Il est courant d’observer de courtes périodes de gel en fin d’été.
Les précipitations sont peu abondantes, environ 400 mm par an sur la côte ouest et un peu moins à l’intérieur ou sur la partie orientale. La saison la plus humide est l’automne. Avec ces valeurs pourtant basses par rapport aux pays tempérés, le Svalbard est une des régions arctiques les plus humides.
En raison de la latitude du Svalbard, l’alternance jour/nuit n’est pas la même que sous nos latitudes. En été, le soleil est en permanence au-dessus de l’horizon alors qu’en hiver la nuit est continuelle. Le passage du jour à la nuit est d’autant plus rapide que la latitude est élevée.

Les glaces
60% de l’archipel sont recouverts de glaciers. Les plus grandes calottes polaires se trouvent dans le nord-est, particulièrement sur Nordaustlandet. Alors que l’île la plus au nord (Kvitøya) est presque totalement recouverte de glace, la plus au sud (Bjørnøya) est dépourvue de glaciers. Les régions les moins glacées du Spitzberg sont le Nordenskiöld Land (près de Longyearbyen) et Andrée Land au nord. Ce sont les zones au climat plus continental, c’est-à-dire moins humide et plus ensoleillé.
Depuis le XIXe siècle, la plupart des glaciers ont nettement reculé. De grandes moraines marquent leur extension maximale nettement au-delà de leur front actuel. En général, ces variations sont de bons indices du climat. Mais au Svalbard, les glaciers ne se comportent pas de façon normale. Ils peuvent brusquement avancer de plusieurs kilomètres à raison de 30 à 40m par jour, puis se stabiliser et rester immobiles pendant des années. Ce phénomène qui reste mal connu et difficilement expliqué s’appelle "surge". Dans un passé plus récent les glaciers ont pour la plupart maigri et reculé . Cette fonte des glaces s’est considérablement accélérée depuis plusieurs décennies. De ce fait, les cartes ne situent pas le front au niveau actuel. Leur position est donc à prendre avec une certaine réserve.
Les glaciers se terminant dans la mer vêlent régulièrement des blocs de glace. Ces icebergs à la dérive sont beaucoup plus petits que ceux que l’on rencontre au Groenland ou en Antarctique
La banquise a une extension maximale en avril. En moyenne, l’ensemble de l’archipel, excepté Bjørnøya au sud (l’île aux Ours), est bloqué par la glace en fin d’hiver. Sur la côte ouest, seule une faible largeur (environ 50 km) est recouverte mais le nord-ouest est souvent dégagé, même en hiver. En août et septembre, la banquise est à son extension minimale.
Les conditions sont variables d’une année sur l’autre et d’une période à l’autre. Ces variations sont imprévisibles. Il suffit d’un coup de vent pour chasser la glace au large ou au contraire bloquer une partie de la côte.

La flore
En raison du sous-sol gelé en permanence, l’eau ne peut s’infiltrer, ce qui donne un sol marécageux dans les zones planes. La saison de dégel ne dure que 6 à 10 semaines. Dans ces conditions aucun arbre, au sens ou nous le connaissons, ne pousse. Mais les arbres se sont adaptés au climat. Le saule arctique et le bouleau nain ne mesurent que quelques centimètres de hauteur, de même que l’ensemble de la végétation qui reste au ras du sol pour se protéger du vent et profiter au maximum des rayons du soleil. Les zones les plus prisées par la végétation sont les éboulis aux pieds des falaises où nichent les oiseaux. Les déjections y apportent de la matière nutritive favorable au développement des mousses et des lichens. C’est un signe repérable pour localiser les colonies. La région centrale du Spitzberg représente à elle seule 75% des 170 espèces présentes. Il est interdit de prélever, cueillir ou détruire toute végétation. De plus il faut se déplacer sur cette végétation fragile avec beaucoup de précaution car elle met de nombreuses années à pousser.

La faune
Il y a seulement trois mammifères originaires du Svalbard : le renard arctique, le renne du Svalbard et l’ours polaire. Le renard se trouve partout au Svalbard. Le renne, bien représenté à l’origine, a été chassé massivement jusqu’en 1920. En 1925 une protection totale a été décidée.
L’ours a pour territoire la glace mouvante mais on le rencontre souvent sur la terre ferme en hiver. Nous aurons sans doute la chance de le croiser sur la côte Est et les îles du Spitzberg. "Kong Karls Land" est la zone la plus connue où une réserve naturelle a été créée dès 1939. La chasse fut réglementée en 1970 puis totalement interdite en 1976. Il y a de nombreux ours blancs sur tout l’archipel mais surtout le long des côtes orientales et septentrionales. L’ours est un animal curieux attiré par la nourriture. Un ours affamé peut être agressif et dangereux pour les êtres humains. Soyez donc circonspects lors de vos randonnées pédestres et une arme est obligatoire. Le gouverneur doit être prévenu aussi tôt que possible lorsqu’un ours a été abattu. La peau et la carcasse appartiennent alors à l’Etat norvégien.
En mer, le mammifère que l’on rencontre le plus souvent est le phoque annelé (son nom vient des dessins en forme d’anneaux qu’il porte sur le dos), appelé aussi phoque marbré. On rencontre aussi le phoque barbu, beaucoup plus grand (200 à 300 kg pour près de 3m de long). Etant peu chassé, il n’est pas très sauvage et se laisse facilement approcher. Le morse avait presque disparu en 1952 lorsque fut décidée sa protection. On en rencontre maintenant assez facilement, spécialement dans le nord et autour de l’île de Moffen où ils viennent s’y reposer très souvent.

Les oiseaux sont particulièrement nombreux en quantité et en variété. Le seul qui réside toute l’année au Svalbard est le lagopède. À l’approche de l’été, des milliers, voire des millions d’oiseaux viennent nicher. On peut citer : le guillemot de Brünnich et le guillemot à miroir, le mergule nain, le macareux moine, la mouette tridactyle, le goéland sénateur, la sterne arctique (l’oiseau qui fait la plus grande migration puisqu’on le retrouve en Antarctique), le labbe parasite, le pétrel fulmar, l’eider à duvet, la bernache nonnette, l’oie à bec court, le bruant des neiges, le plongeon catmarin, le bécasseau violet, le phalarope à bec étroit...

Pour notre bonheur, les moustiques n’ont pas envahi le Svalbard.
Les cétacés ont presque disparu, massacrés par les chasseurs baleiniers du XVIIe siècle. Néanmoins on peut toujours observer des groupes de bélugas le long des côtes et au fond des fjords. De temps en temps une (ou un petit groupe) baleine peut être identifiée autour de l’archipel.

Informations sur le Scoresby Sund
Au début du 19e siècle, William Scoresby parvient à franchir les glaces compactes isolant la côte est du reste du monde. Il pénètre dans le plus grand fjord du monde et découvre les terres de Jameson et de Liverpool. La côte est alors inhabitée mais on y relève les traces d’une occupation récente…

Ce n’est qu’en 1925 que fut fondée la colonie du Scoresby Sund lorsque le bateau de Gustave Holm y déposa 70 Inuit de la région d’Ammassalik. La chasse et la pêche étant bonne, la communauté a prospéré.

La municipalité d’Ittoqqortoormiit s’étend aujourd’hui sur un territoire vaste comme la Grande Bretagne pour seulement 549 habitants dont les plus proches voisins sont… les Islandais ! La municipalité ne comporte que trois communautés : le village d’Ittoqqortoormiit (en français "ceux qui vivent dans des grandes maisons"), Uunartoq (Kap Tobin) et Ittajimmiit (Kap Hope). Le territoire abrite, outre le plus grand fjord du monde, la plus haute montagne de l’Arctique (Gunnbjorns Fjeld 3 694 mètres) et le plus large parc national au monde ! Autre particularité, la région a sa propre heure locale : GMT-1

Les paysages de la région sont typiques du haut Arctique (montagnes imposantes, vastes glaciers se jetant dans la mer), les icebergs y atteignent parfois des tailles formidables. L’isolement de la région associé à une nature fantastique en font une destination d’exception.

Climat

L’archipel connait une période de nuit permanente (de mi-novembre à début février, pour la latitude de Longyearbyen) et une période de jour permanent (de mi-avril à fin août, pour la même latitude). L’été (de juin à août), les variations de température sont peu importantes, avec une moyenne de 5° sur la côte ouest, qui est la partie la plus tempérée. Des pointes à 20° y ont été enregistrées. On peut toutefois avoir de courtes périodes de gel en été, comme des périodes de dégel en hiver. Pendant les froidures, les températures peuvent, exceptionnellement, descendre sous -40°. Les pluies sont peu abondantes (400 mm par an sur la côte ouest). L’automne (septembre et octobre) est la saison la plus arrosée.

Géographie

L’archipel du Svalbard, dans l’océan Arctique, s’étend du 76e au 81e parallèle, à 1 000 km environ du pôle nord. « Spitzberg » est désormais le nom de l’île principale, à l’ouest, mais désignait autrefois l’ensemble de l’archipel : « montagne pointue ». Nordaustlandet, au nord-est, Edgeoya et Barentsoya, à l’est, sont également des îles importantes. Elles sont partiellement couvertes de glaciers. L’Austfonna, sur Nordaustlandet, est la deuxième calotte glaciaire d’Europe : 8 120 km². Les glaciers couvrent environ 60% de l’ensemble. Ils sont en recul depuis le XIXe siècle, mais demeurent susceptibles d’avancées spectaculaires. De larges moraines marquent les zones de rétraction. Des fjords profonds pénètrent l’intérieur du pays (Wijdefjorden, 108 km ; Isfjorden, 107 km…). La banquise a sa pleine extension en avril, ne laissant que peu d’eaux libres ; août voit son extension minimale. La dérive nord-atlantique (courant chaud, dans le prolongement du Gulf Stream) tempère le climat arctique.

5. Tourisme responsable

Protection des sites

Protection des vestiges culturels
Ils peuvent être divisés en 3 catégories principales :
- les traces laissées au XVIIe siècle par la pêche aux baleines.
- les restes de l’activité des chasseurs.
- les vestiges des premières activités industrielles au Svalbard.
On trouve de même les traces des opérations de guerre dans l’archipel.

Certains vestiges sont protégés indépendamment de leur âge comme les tombes, les pierres funéraires, des inscriptions dans la pierre ou des lieux de culte ... D’autres vestiges sont conservés s’ils datent d’avant 1946. Ceux-ci peuvent être des constructions, des croix et des monuments commémoratifs, des objets artisanaux ou industriels. Il est interdit d’endommager ou de soustraire des vestiges fixes comme par exemple des outils de chasse, des pièces de monnaie, des meubles ... lorsque ceux-ci sont présumés d’avant 1946. D’éventuelles découvertes doivent être signalées au gouverneur.

Protection de l’environnement
L’environnement du Svalbard est vulnérable. La vie animale et végétale se sont adaptées aux dures conditions des régions arctiques. Même de petites interventions humaines peuvent avoir de graves conséquences pour le fragile équilibre écologique. C’est pourquoi il est essentiel que les visiteurs connaissent les règles de déplacement sur l’archipel et qu’ils les respectent.
Il a été créé 7 parcs nationaux, 3 réserves naturelles, 15 réserves d’oiseaux (plus Moffen pour les morses) et 3 régions de protection des plantes.
Dans les parcs nationaux et les réserves, il est interdit d’utiliser des véhicules tout terrain ou d’atterrir en avion ou hélicoptère, sans une autorisation préalable du gouverneur. Tout déplacement à l’intérieur d’une limite de 300 mètres autour des réserves d’oiseaux est interdite. Vous devez être très respectueux des zones de nidification. Ne pas jeter vos mégots de cigarettes… les boîtes de pellicules photos peuvent être une solution comme cendrier portable individuel.
Ne pas laisser de graffitis sur les roches ou les bâtiments. Ne pas collecter ou emporter de spécimens biologiques ou géologiques, tels que des roches, des ossements, des œufs, des fossiles ou des restes des habitations anciennes.

GNGL, membre de l' AECO (Association of Arctic Expedition Cruise Operators), s'engage à suivre les directives de l'association pour les visiteurs concernant la préservation de l'environnement et la sécurité au Svalbard. Cette association internationale regroupe les organisateurs de croisières-expéditions dans l'Arctique.

En route vers une belle planète... Un trajet collectif

Et n'oubliez pas qu'un geste pour la planète commence dès le début du voyage : pensez au covoiturage pour vos pré-acheminements ! Une façon conviviale de diminuer votre consommation de CO2 et votre budget transport.

Nous avons sélectionné ce site pour vous, accrédité par ATR (Association pour un Tourisme Responsable) : Blablacar

6. Bibliographie

La librairie Terdav

Guides et cartes sont disponibles dans la Librairie de Voyageurs du Monde située au 48 rue Sainte-Anne 75002 Paris

Bibliographie

Albert 1er de Monaco,
Mémoires d’un navigateur, Presses de la Renaissance, réédition

Willem Bareentz,
Prisonniers des glaces (1594-1595), Ed. Chandeigne

Gérard Bodineau,
Spitzberg, l’archipel du Svalbard, Guides GNGL.

Michel Fahrenbach, Gilles Dawidowicz, Rémy Marion,
Aurores Boréales et australes, GNGL Productions, Pôles d’images

Rémy Marion,
Sur les traces de l’ours polaire, Nanouk Communication

Vsevolod Romanovskiy,
Le Spitzberg et les baleiniers basques, Ed. Atlantica.

Nathalie Thibault,
Faune et Flore du Grand Nord, Guides GNGL

Anne Steinlein,
Carnet de dessins et d’aquarelles rapportés d’une navigation à bord du Noorderlicht, Ed. Reflets d’ailleurs

Privatisation du voyage

Envie de partir en famille ou avec vos amis aux dates que vous souhaitez ?

Nous pouvons privatiser ce voyage pour un groupe à partir de 4 personnes. Faites-nous une demande de devis. Un conseiller Terres d’Aventure vous contactera ensuite pour discuter ensemble de votre projet et vous établira un devis personnalisé.