Objectif jungle laotienne

Objectif jungle laotienne

Rencontrer l’ethnie katu

Nous embarquons pour un voyage hors normes dans le Haut Sékong, petite Amazonie laotienne, ultime frontière et domaine des énigmatiques Katu. Nous découvrons une région sujette à de nombreux fantasmes, redoutée, constituant à l'époque coloniale un véritable blanc sur la carte, des confins insoumis, un pays de rebelles et de chasseurs de sang. Ce fin-fond de l’Extrême-Orient est reclus dans les méandres de la cordillère Annamitique, dans un relief tourmenté composé d'étroites vallées creusées par d'impétueux torrents, formant des redoutes et des barrières naturelles, au pied desquelles s'arrêtent les influences extérieures. Dans cet environnement vivent les Katu, peuple autochtone discret dont le mode de vie reste en grande partie traditionnel. Nous les rencontrons au cours d'une vraie aventure, dans une contrée oubliée, pour les voyageurs aguerris souhaitant vivre une expérience unique.

Partez à l'aventure
Votre accompagnateur

Nicolas Vidal

© Sarah Williamson
L’ancienne grande forêt, milieu naturel aussi hostile que merveilleux, fondant dans l’imaginaire collectif les grandes oppositions entre peuples des plaines [...] et peuples des forêts, civilisation et sauvagerie, religions et animisme, rationalité et magie noire.
Nicolas Vidal

Pyrénéen de naissance, Nicolas Vidal se rend pour la première fois en Asie du Sud-Est dans les années 1990. Il y est notamment prospecteur et guide pour des agences de voyage. Il se prend alors rapidement de passion pour les minorités ethniques de la Birmanie, du Laos, du Cambodge et du Vietnam. Suivant les modèles de l’explorateur Henri Maitre et de l’ethnologue Jean Boulbet, il passe la plus grande partie de son temps dans les régions de plateaux et de montagnes, autant de zones reculées de pays s’ouvrant alors timidement au reste du monde après des périodes de guerre, d’embargos ou de conflits internes. Ces explorations lui inspirent Les Jungles perdues, paru en 2003 chez l’éditeur Le Capucin.

Votre voyage

En 1937-1938, Jean-Louis Le Pichon, garde principal de la garde indigène de l’Annam, entre en contact avec quelques villages katu, pour une mission de reconnaissance et de pacification dans la région sauvage du Haut Sékong qui résiste jusque-là à la colonisation. Les Katu sont connus à l’époque pour leurs chasses au sang basées sur la capture de prisonniers dont la consommation du sang, du foie et du cœur devaient attirer les faveurs des génies. À la fin des ères coloniales, dans les années 1950, les principales tâches blanches d’Indochine péninsulaire sont le Naga Land à la frontière Birmanie-Inde, le Haut Sékong des Katu au Sud Laos et le domaine des Cau Maa’ au Sud Vietnam. Étrangement, en 2019 ces trois tâches blanches demeurent et semblent être liées à un destin d’insularité et d’impénétrabilité. En 2019, le Haut Sékong est toujours difficile d’accès et ses populations vivent en quasi autarcie. Si les chasses ne se pratiquent plus, le mode de vie des Katu reste pour l’essentiel inchangé.

© Nicolas Vidal
© Nicolas Vidal

L'itinéraire de votre voyage

Jour par jour

© Chrystel Sous

Jour 1 et 2

Vol vers Pakse

Vol vers Pakse ou Ubon en Thaïlande. À l'arrivée à Pakse, accueil par le guide et transfert à l'hôtel. Pakse est la capitale du Sud Laos, ville ensommeillée établie le long du Mékong, au pied du plateau des Bolovens et non loin du Vat Phou, fameux temple khmer. En fin d'après-midi, si nos horaires de vols le permettent, navigation le long des berges du Mékong. Découverte de la vie locale et du fleuve mythique. Nuit en hôtel.

© Chris CaldicottAxiom Design Pics Photononstop

Jour 3

PaksePaksongPlateau des Bolovens

Départ vers la cascade de Tad Moun. Puis marche vers la ferme de monsieur Khamsone, bordée de plantations de café. Il nous explique les méthodes de culture des arbustes caféiers puis dégustation de différents types de cafés locaux. Excursion en direction d'une grotte ayant servi d'abri aux villageois durant la guerre secrète au Laos. Passage le long d'une multitude de plantations de café, via une rivière et un pont de bambou. Découverte des lieux et discussion avec le guide local sur les batailles ayant fait rage dans la région. Nuit chez l’habitant.

© Rob Arnold Alamy Stock Photo

Jour 4

Plateau des Bolovens : découverte du caféRencontre avec l'ethnie Laven

Présentation et dégustation des différents types de cafés locaux. Puis marche sur une sente menant vers le sommet du mont Phou Katouk, utilisé par les forces armées communistes pour canarder les troupes américaines durant les conflits. Observation du panorama puis redescente et transfert vers le village de Ban Kanglou. Sur le trajet, arrêt dans un village de l'ethnie laven pour interagir avec les habitants. Puis ascension de la montagne de Phasavan pour une vue imprenable sur les environs et installation dans le campement. Nuit sous tente.

© Pawopa3336

Jour 5

Plateau des Bolovens : café, rizières et forêts sacrées

Escapade vers la cascade de Tad Namsai. Cheminement à travers jungle et plantations de café et de cardamome. Rencontres avec les villageois laven, kuy ou lao. Route vers Dan Xinsai et randonnée de 2h sur le piémont du Phou Chouam. Traversée d'une rizière puis marche le long d'une sente boisée et arrivée aux premières plantations de café. Elles présentent l'intérêt d'être dans un milieu naturel, en l'occurrence une forêt sacrée, permettant d'appréhender le quotidien des minoritaires, leurs superstitions et coutumes. Nuit en hôtel.

© Nicolas Vidal

Jour 6

Plateau des BolovensNew Kalum (entrée dans le Haut Sékong)

Transfert pour New Kalum, ville nouvelle destinée à regrouper et « laociser » une quarantaine de communautés katu du Haut Sékong. La piste longe le Sékong, passe sur de vieux ponts de l'époque française, traverse une forêt-clairière se caractérisant par la beauté de ses lataniers et quelques villages où des arrêts sont possibles afin de se familiariser avec l'univers des minorités katouïques. La piste serpente ensuite sur une haute crête offrant des panoramas sur de profondes vallées et les monts méridionaux du Haut Sékong. Nuit à l'hôtel.

© Nicolas Vidal

Jour 7

Randonnée de New Kalum à Val Aro

Le matin, départ pour 2h de piste et début de la randonnée. Descente surplombante vers le village katu de Ban Tanung. Traversée d'une rivière et montée sur une piste de montagne franchissant une série de cols, combes, petites vallées, à l'ombre de forêts secondaires et de pinèdes. Spectaculaires vues sur la cordillère Annamitique. Déjeuner en brousse. Poursuite de la randonnée jusqu'à la combe du site de Val Aro, village constitué d'une quarantaine de maisonnées construites autour d'une maison communale. Nuit dans la maison du chef.

© Nicolas Vidal

Jour 8

Randonnée de Val Aro à Tamplin Apial

Randonnée jusqu'à Tamplin Apial, village katu construit sur une colline au centre d'un impressionnant cirque. Jusque dans les années 1940, les Katu sont connus pour leurs chasses au sang. Ils mènent des expéditions guerrières afin de capturer des victimes à sacrifier aux génies. L’expédition est en général décidée suite à une malemort ou une récolte insuffisante. Ils capturent leurs victimes et les percent de leurs lances, avant d’en consommer le sang, le foie et le cœur. Les sacrifiés sont désormais remplacés par les buffles. Nuit chez l'habitant.

© Nicolas Vidal

Jour 9

Randonnée de Tamplin Apial à Paleng

Randonnée jusqu'au village de Paleng, à travers forêts et plantations. Découverte du khork, élément essentiel de la culture katu. Dès leur plus jeune âge, les Katu fument le khork, pipe à eau taillée dans un bambou. Le tabac est cultivé localement, séché, puis haché, mélangé avec du miel ou parfois des substances exotiques et psychotropes, infusé dans de l'eau avant d'être roulé et introduit dans les gros foyers des pipes. Pour un Katu et surtout les femmes, fumer le khork s'associe à tous les moments de la vie, à tous les travaux.

© Nicolas Vidal

Jours 10 et 11

Immersion à Paleng

Participation aux activités, souvent agricoles, du village. Départ dans un rây pour participer aux semailles, au débroussaillage d'un sous-bois, etc… Le rây est un champ temporaire, non irrigué, gagné sur la végétation sauvage incendiée. Les rây katu sont l’objet de tous les soins, ils sont parfois protégés par des barrières et par des batteries de bambous ou de vieux ustensiles de métal suspendus à des cordes et dont l’entrechoquement est censé faire fuir les nuisibles, sangliers sauvages, cerfs, éléphants sauvages, oiseaux, etc.

© Nicolas Vidal

Jour 12

Randonnée de Paleng à Ban Along Ape

2 randonnées possibles selon notre forme physique : marche de 4h ou randonnée de 10h en terrain technique. Marche sur des sentiers katu au cœur d'un bois puis à travers des plantations de piment et de canne à sucre. Montée sur les crêtes dominant le massif escarpé du Xe Xap, couvert de forêts abritant de nombreuses espèces de mammifères et d'oiseaux. Redescente sur les pentes dominant la Haute Sékong.

© Nicolas Vidal

Jour 13

Ban Along ApePahe Camp

Randonnée le long d'une crête dominant la Haute Sékong, descente vers un torrent, traversée d'une série de combes, de brûlis, de bois et arrivée à un col, points de vue sur le sud Xe Xap et le mont dominant l'estuaire de la Pahé. Descente vers la Sékong, que nous traversons sur des pirogues katu. Courte marche jusqu'à l'estuaire de la Pahé. Installation du campement sur une plage bordant les deux cours d'eau. Barbecue sur la berge.

© Nicolas Vidal

Jour 14

Pahe CampKrong Nai Camp

Dernière journée de randonnée. Longue montée pour sortir des gorges, passage d'un col et descente vers la rivière Tavang. Nous traversons le cours puis marchons dans un bois jusqu'au village de Ban Pom, constitué de 20 maisons. Après un court transfert, marche le long de la rivière Nam Dak. Traversée de la Sékong puis marche le long des gorges du Krong Nai dans un labyrinthe de blocs de grès, de petites plages sableuses et traversées de petits affluents aux eaux claires. Deuxième nuit en campement sur une plage.

© Rémi Lasseigne

Jour 15

Krong Nai Camp Champassak

Petite marche puis nous reprenons les 4x4. Nous quittons le Haut Sékong en direction de Champassak, bourg offrant un mélange harmonieux de demeures coloniales et d'habitats traditionnels.

© Nicolas Vidal

Jour 16

Champassak : Vat Phou

Visite du célèbre site préangkorien de Vat Phou, classé en 2001 au patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco. Temps libre l'après-midi et le soir, selon le jour, participation à un théâtre de marionnettes d'ombres ou visionnage de Chang, un classique du cinéma muet retraçant l'historie du royaume aux millions d'éléphants, rythmé par la musique et les chants traditionnels interprétés en live avec des instruments d'époque.

© Nicolas Vidal

Jour 17 et 18

ChampassakPakse ou UbonParis

Selon le vol retour, transfert à l'aéroport de Paksé ou d'Ubon (en Thaïlande) et vol retour.

Des questions ? Contactez votre conseiller

Denis
Denis

Voyager au Laos et au Cambodge c’est retrouver l’ambiance fascinante des pays d’Asie. Des paysages verts apaisants de rizières, de jungle, palmiers, multitude d’arbres et fruits exotiques, cascades et l’immense fleuve Mékong, une nature luxuriante unique. Des rencontres spontanées et authentiques avec un peuple souriant d’agriculteurs et de pêcheurs, des villages plein de vie avec beaucoup d’enfants.

+33 1 53 73 76 89 / dchambon@terdav.com

Objectif jungle laotienne

Partez à l'aventure Votre voyage en détail